Actualité
Transports Transports

FNE fait son Tour #1 : à Bayeux avec l’association Dérailleurs

Publié le 5 juillet 2021

Toute la semaine, France Nature Environnement met à l’honneur des cyclistes de son mouvement qui s’engagent pour la promotion du vélo. Première étape : Bayeux, avec Marc Le Rochais, un des responsables de l’association « Dérailleurs ». Depuis des années, il se bat pour que le développement du vélo ne se limite pas aux grandes métropoles. Pas mal d’inventivité, beaucoup de détermination, et ça marche !

Peux-tu te présenter rapidement ?

Je suis militant avec de multiples casquettes, FNE bien sûr, mais aussi, FUB (Fédération des usagers de la bicyclette) et anciennement FNAUT (Fédération nationale des usagers des transports). J’utilise le vélo au quotidien, pour faire tous mes déplacements. Ce n’est même pas la peine de lister tout ce que ça m’apporte : les bénéfices du vélo sur la santé, l’écologie, la pollution… sont très bien documentés !

L’association « Dérailleurs », c’est quoi ?

À l’origine, en 1990, le nom de l’association « Dérailleurs » ne vient pas de la pièce de vélo du même nom. Ça vient de « dé-railler » : enlever des rails. Notre premier combat, c’était autour d’un projet au Sud de Caen. Le Département voulait enlever une ancienne voie ferrée inutilisée pour la transformer en voie verte. Nous, on s’est battu aux cotés des associations écologistes dont le CREPAN, syndicats, partis politiques, pour que la transformation de la voie ferrée ne soit pas irréversible.

Grâce à notre action, la voie verte est parallèle à la ligne au lieu de la remplacer entièrement et quand on en aura besoin, on pourra réaménager la ligne pour faire à nouveau circuler des trains de voyageurs et de fret, tout en gardant la voie verte (moyennant quelques aménagements). La même philosophie guide toujours nos actions aujourd’hui : on n’oppose pas les modes de transport et on essaie de réfléchir à la mobilité de façon plus globale. Depuis 1990, l’association a grandi et on a ouvert une antenne sur Bayeux avec une centaine d’adhérent·es et de sympathisant·es.

Que fait l’association concrètement ?

On a trois types d’actions : on a des relations avec les élu·es pour leur dire de s’emparer de tout ce que prévoit le Code de la route pour développer la marche à pied, le vélo… On a aussi un aspect plus revendicatif, on organise par exemple des « parking days » : on paye le parcmètre pour une place de stationnement, on sort des tapis, des transats, et on s’installe sur une place de parking pour interpeller les gens sur la place de la bagnole. Et puis on organise des sorties vélo pour faire découvrir le territoire et pour que les gens qui voient le vélo uniquement comme un loisir se rendent compte qu’ils peuvent l’utiliser au quotidien.

Avec le récent développement du vélo, on peut avoir l’impression que tout est gagné, que les élu·es et les services sont convaincus. Qu’en penses-tu ?

Il faut vraiment faire la différence entre les grandes métropoles, où effectivement on peut avoir des élu·es très motivé·es et des services techniques compétents, et les territoires plus ruraux où ils restent encore dans l’idée que la voiture est le mode de déplacement à privilégier. La grosse difficulté, quand on fait des aménagements cyclistes, c’est de réussir à convaincre les villes de prendre de l’espace sur les voitures (routes, parkings…) plutôt que sur les espaces piétons. Une de nos plus belles victoires par exemple ça a été de réussir à installer les premiers doubles sens cyclables à Bayeux.

L’enjeu, c’est aussi d’associer les usagers cyclistes dans les aménagements. Encore trop souvent, les villes ne consultent pas les cyclistes, elles font des aménagements qui ne répondent pas aux besoins et s’étonnent quand leur équipement – qui leur a coûté cher – n’est pas utilisé.

Quel peut être, d’après toi, le rôle des associations de protection de la nature dans le développement du vélo à l’avenir ?

On le sait bien, s’il n’y a pas de mobilisation citoyenne, ça avance moins vite. Nous, à Bayeux, on est un peu le « poil à gratter » : on a mis la pression sur la mairie et il y a eu des avancées. Le secteur des transports, c’est le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre, il y a des gros progrès à faire. On a beaucoup d’associations qui sont très naturalistes – et évidemment il y a une urgence sur la biodiversité –, mais la mobilité, c’est vraiment un sujet dont les associations doivent s’emparer davantage. Il y a un gros boulot de formation du mouvement sur ces thématiques-là !

→ Aller à l’épisode 2

Pour aller plus loin

Développons les voies vertes pour le «vélotaf»

Rejoignez-nous sur

Pour aller plus loin

couverture guide mobilité durable
Publication
Transports Transports

Guide pédagogique de la mobilité durable - 2021

Publié le 14 octobre 2021
Comment sensibiliser les 12-15 ans aux enjeux et bonnes pratiques de la mobilité durable ? Pour répondre à cette question, France…
couverture ecoguide automobile inspire
Publication
Climat Climat

L'éco-guide de l'automobile

Publié le 17 septembre 2021
Lorsqu’une voiture est indispensable, comment choisir la motorisation ayant le moins d’impact possible sur l’environnement et la santé…
Actualité
transition
Climat Climat

Transition écologique : comment passer à l’acte ?

Publié le 15 septembre 2021
Même lorsqu’on est convaincu de la nécessité de la transition écologique, il n’est pas toujours…
Actualité
Transports Transports

FNE fait son Tour #3 : de Paris à Toulouse avec Fiona

Publié le 9 juillet 2021
Pour clore cette mini-série de portraits autour du vélo et des mobilités douces, France Nature…