Actualité
Climat Climat
Energie Energie

Fukushima, 10 ans après : entretien avec Cécile Asanuma-Brice

Publié le 9 mars 2021

Sociologue et chercheuse au CNRS, Cécile Asanuma-Brice vit au Japon depuis plus de vingt ans. Elle est l’autrice de « Fukushima, 10 ans après. Sociologie d’un désastre », paru le 4 mars 2021 aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme. Elle nous livre son analyse de la catastrophe et des leçons que le Japon comme la France pourraient en tirer en matière de prévention et de gestion des risques nucléaires.

Le Japon apparaît, dans l’imaginaire occidental du moins, comme un pays de haute technologie, de rigueur, d’ordre, où la sécurité et la qualité du travail semblent des valeurs cardinales. Bref : comme sans doute le dernier pays où une catastrophe nucléaire pouvait se produire. Et pourtant… Comment expliquer la catastrophe de Fukushima ? Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ?

Le Japon étant un pays technologiquement à la pointe et très nerveux quant au respect des normes, il y avait une conviction qu’un tel accident ne pourrait jamais arriver. Une conviction d’ailleurs, qui était également celle du Premier ministre de l’époque (aujourd’hui devenu un fervent anti-nucléaire, parce qu’intimement persuadé que « même en étant préparé un accident nucléaire est ingérable » dixit), mais également de ses conseillers. Cette société (mais ça n’est pas la seule), dans laquelle on accorde toute confiance à l’ingénierie seule, a établi un processus décisionnel dans lequel on se conforte les uns les autres sur l’impossibilité de l’accident jusqu’à ce qu’il arrive et que l’on s’aperçoive que l’on est incapable d’y faire face, les dégâts étant incommensurables.

 

Dix ans après la catastrophe, les plaies sont-elles refermées ?  Quelles sont les conséquences sociales et humaines une décennie après l’explosion des réacteurs ? Où en est-on dans la prise en charge des victimes et la cicatrisation de cette blessure ?

Les séquelles sont nombreuses. Elles concernent notamment encore des dizaines de milliers de réfugiés, les centaines de procès menés par certains réfugiés ou par des ouvriers de la centrale qui demandent une reconnaissance de leur maladie comme maladie du travail, ou encore les stigmates produits par la reconstruction elle-même qui, étant donnée la façon dont elle est menée, est une nouvelle violence faite à la population. La prise en charge des victimes est extrêmement variée et dépend de nombreux critères, comme le fait qu’elles aient été évacués ou qu’elles appartiennent aux personnes désignées comme « réfugiés volontaires ». Les indemnités ont été très inégales selon les cas, l’issue des procès, etc. Cette situation n’a pas été sans générer des jalousies, qui sont pour partie à l’origine des violences discriminatoires qu’ont pu subir une partie des réfugiés.

Quelles leçons le Japon a-t-il tirées de cette catastrophe, que ce soit d’un point de vue social, politique, sanitaire ou environnemental ? 

La façon dont on reconstruit la zone d’évacuation qui a été en grande partie rouverte (on passe de 1100 km2 évacués en 2011, soit 11 communes, à 360 km2 en 2021) montre que bien peu de leçons ont été tirées dix ans après. Cette reconstruction privilégie toujours des logiques d’ingénierie, construisant des digues de plusieurs mètres de hauteur en faisant fi de l’érosion générée, derrière lesquelles on bitume le moindre m2 de terre et l'on reconstruit des petits collectifs et des lotissements pavillonnaires, soit un tissu urbain de banlieue qui anéantit la richesse de la mixité urbaine anciennement présente pour la remplacer par un bâti uniforme là où le tsunami est passé, et où il avait été prouvé que les parcelles qui avaient pu y résister étaient celles qui avaient été protégées par les arbres cassant la dynamique de la vague. Certains diront qu’il est certainement temps de « réenchanter le monde », c’est-à-dire de revenir à une appréhension plus sensible de nos sociétés et de ce qu’elles produisent tant d’un point de vue industriel que dans la construction de nos lieux d’existence.

Et la France, quelles leçons devrait-elle tirer de la catastrophe de Fukushima ? À la lumière de ce qui s’est passé au Japon depuis dix ans, peut-on imaginer l’impact d’une crise comparable sur la société française ?

Je crois que l’heure est venue de s’interroger sur le rapport entre le politique et le scientifique et la façon dont ils peuvent ou non avoir une action commune. Cette question est ancienne et est structurelle à nos modes de fonctionnement démocratique. C’est une question qui avait déjà été développée par Max Weber dans l’ouvrage Le savant et le politique (publié en 1959, mais rapportant des propos de 1919) ou encore Hannah Arendt qui décrit très bien ce processus, notamment à propos de la guerre du Vietnam.

Bien que les contextes soient différents, les processus sont identiques. Le scientifique se doit de douter, puisque c’est le doute qui est au fondement de sa quête. Le politique, lui, doit décider, mais est pris dans des intérêts liés à la séduction d’un électorat, imposée par la nécessité d’élection pour pouvoir continuer son action politique. Aussi, il est difficile de demander à ce que le chercheur fasse partie du processus de décision politique parce qu’il sera de suite pris dans un jeu d’intérêts de partis, d’intérêts économiques/industriels et autres qui relèvent, pour partie, du processus de séduction précédemment évoqué. Cet environnement l’empêchera de produire une réflexion indépendante. Aussi, afin de préserver la place prestigieuse qui lui est attribuée au cœur de l’État, il aura tendance à vouloir rassurer plutôt que d’être l’annonciateur de LA mauvaise nouvelle, et parfois à se convaincre lui-même, et ce malgré les évidences, que « tout va bien » et que l’on a fait les bons choix. Cette attitude peut parfois avoir des conséquences dramatiques comme ce fut le cas ici, aussi. Il est certainement important de rappeler qu’il est nécessaire de permettre à la science d’être totalement indépendante du/des pouvoir(s) (politiques, industriels, organisations internationales, etc.) en place afin qu’elle puisse continuer à produire une science de qualité.  

Nous remercions chaleureusement Cécile Asanuma-Brice d'avoir pris le temps de répondre à nos questions. Pour plus d'informations sur Fukushima, 10 ans après. Sociologie d'un désastre ou pour commander l'ouvrage, rendez-vous sur le site des Éditions de la Maison des sciences de l'homme.

Rejoignez-nous sur

Pour aller plus loin

Communiqué de presse
bandol_éclairage nocturne
Biodiversité Biodiversité

Le jour sans fin : près de 1600 éclairages illégaux recensés

Publié le 9 octobre 2021
1592, c’est le nombre d’éclairages illégaux recensés par le mouvement France Nature...
Actualité
cigéo - Crédit Aurélien Glabas
Climat Climat

Appel : dites NON à CIGÉO, la plus grosse poubelle nucléaire d’Europe !

Publié le 5 octobre 2021
L’État travaille depuis 30 ans sur le projet de de Centre Industriel de stockage GÉOlogique...
couv_virage 180_meynen
Publication
Climat Climat

Virage à 180° : essai sur la pandémie et le changement climatique

Publié le 4 octobre 2021
France Nature Environnement vous propose la traduction d'un essai de Nick Meynen : Virage à 180°. L'auteur y tire les leçons de la...
couverture ecoguide automobile inspire
Publication
Climat Climat

L'éco-guide de l'automobile

Publié le 17 septembre 2021
Lorsqu'une voiture est indispensable, comment choisir la motorisation ayant le moins d'impact possible sur l'environnement et la santé...