Actualité
Biodiversité Biodiversité

Première observation d’un chien viverrin dans les Grisons

Publié le 8 juin 2009

Fin avril, pour la première fois, la présence d’un chien viverrin a pu être attestée à St Luzisteig dans les Grisons et pour la sixième fois, la présence de l’espèce est prouvée en Suisse. Voici quelques détails sur l’aventure de cet autre canidé.











Le 27 avril 2009, dans les Grisons, un joggeur a trouvé sur son parcours, à la frontière avec le Liechtenstein, le cadavre d’un chien viverrin. La dépouille de l’animal a été conduite au muséum d’histoire naturelle du canton, où il a été établi que l’animal avait été attaqué par un chien de taille moyenne. L’autopsie a également révélé qu’il s’agissait d’un mâle, très amaigri et fortement attaqué par les tiques.



Depuis 1997, cinq chiens viverrins ont été enregistrés en Suisse, dans les cantons d’Aagau, du Jura et d’Uri, soit beaucoup plus à l’ouest du pays. La plupart étaient des mâles, en provenance d’Allemagne, où une petite population s’est établie suite à des réintroductions et des migrations naturelles en provenance de l’est.

Le chien viverrin retrouvé fin avril dans le canton des Grisons pourrait également provenir de Bavière, après avoir traversé la principauté du Liechtenstein.



Le chien viverrin (Nyctereutes procyonides), appelé aussi enok ou tanuki au Japon, appartient à la famille des canidés. C’est un animal trapu, court sur patte, au pelage épais et long. Son corps mesure de l’ordre de 50 à 70 cm auquel il faut ajouter une queue de 15 à 25 cm. Il est reconnaissable surtout par son masque sombre et se distingue du raton laveur par sa queue moins longue et non annelée. Sa particularité est d’être le seul canidé à hiberner. Cette hibernation, entre décembre et février, est liée à la température. Il alterne donc entre des périodes d’activités et de sommeil au gré des oscillations de température. Omnivore, il se nourrit de petits animaux, de fruits sauvages et ne dédaigne pas à l’occasion la charogne.



Originaire d’extrême-Orient, son aire de répartition se limitait à l’Asie orientale, de l’Amour-Oussouri en Russie, à la Corée, la Chine orientale, le Japon et le nord de l’Indochine. Mais au début du 20ème siècle, convoité pour sa fourrure, le chien viverrin a fait l’objet d’un élevage conséquent, notamment par la Russie. À la fin des années 1950, la fourrure tombée en désuétude, les chiens viverrins ont été relâchés dans la nature et c’est ainsi qu’ils ont progressivement migré vers l’ouest du continent européen.



En France, la première observation de chien viverrin remonte à 1975 en Moselle. Selon une»>http://www.oncfs.gouv.fr/events/point_faune/mammifere/2007/FS269_leger.p… étude réalisée par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, soixante-quatorze chiens viverrins auraient été repérés, surtout dans l’est de la France où quelques cas de reproduction naturelle seraient avérés en Haute-Saône. Les chiens viverrins observés en Alsace, Lorraine et Franche-Comté seraient issus d’une colonisation à partir des populations allemandes. En revanche, la présence de chiens viverrins dans les autres régions de France serait due à des animaux échappés de chez des particuliers ou des parcs zoologiques.



Le chien viverrin figure sur la liste nationale des espèces susceptibles d’être classées nuisibles. Les préfets de département peuvent donc localement, après consultation, organiser sa destruction.

Rejoignez-nous sur

Pour aller plus loin

Actualité
bouquetins
Biodiversité Biodiversité

Bouquetins, bovins et brucellose : des pistes pour susciter l’apaisement

Publié le 3 janvier 2022
Alors que le Bouquetin des Alpes avait disparu du territoire français au XIXe siècle, des…
Actualité
Animation Kamishibaï dans une zone humide © FNE Savoie
Biodiversité Biodiversité

À la découverte des zones humides : des animations pour tous les âges !

Publié le 21 décembre 2021
Mares, tourbières, forêts alluviales, mangroves… Les zones humides sont des milieux riches en…
Communiqué de presse
La France doit mieux faire pour la pêche durable
Biodiversité Biodiversité

Pêche durable : la France peut mieux faire

Publié le 14 décembre 2021
Les 12 et 13 décembre dernier, les différents ministres européens de la pêche se sont réunis à…
Communiqué de presse
Présidence française de l'Union européenne : se mettre en règle pour être crédible
Agriculture Agriculture

Présidence française de l'Union européenne : se mettre en règle pour être crédible

Publié le 9 décembre 2021
A partir du 1er janvier 2022, la France assurera la présidence de l’Union Européenne pour 6…