fne_idf
Actualité
Vie associative Vie associative

Rencontrez le mouvement : FNE Île de France

Publié le 9 mai 2022

Dans cette série d’articles, nous vous invitons à rencontrer les associations qui font France Nature Environnement. Pour ce reportage nous sommes partis à la rencontre de France Nature Environnement Ile-de-France, qui a la particularité d’avoir institué une co-présidence au sein de leur Bureau. Rencontre avec Muriel Martin-Dupray et Luc Blanchard, les deux co-présidents de l’association.

Les deux responsables associatifs ont toujours été engagés.

  • Muriel, professionnellement, a travaillé sur les questions d’urbanisme et d’aménagement, et a participé à la création du premier ministère de l’environnement dans les années 70 (« on devait être une quinzaine au début »). Au niveau associatif, elle a commencé à militer dans le 13eme arrondissement de Paris, au sein de l’association ADA13, qui traitait des problématiques d’aménagement, d’espace vert, de construction. Petit à petit elle s’est rapprochée de ce qui s’appelait alors Ile-de-France Environnement, en entrant au bureau comme secrétaire générale adjointe.
  • Luc est également entré dans le mouvement de la défense de l’environnement assez jeune, en se mobilisant d’abord contre le nucléaire. En 1992, il a co-fondé l’association intercommunale Val-de-Seine Vert, couvrant le centre du département des Hauts-de-Seine. L’association s’est ensuite étendue à l’ensemble du département. En 2014, Luc s’intéresse à la métropole du Grand Paris, et après avoir contacté Dominique Duval, la présidente de FNE Ile-de-France de l’époque, il anime un groupe de travail sur la préfiguration du Grand Paris. Par la suite, il rentre au Conseil Économique Social et Environnemental de la région.

Une histoire liée à celle de paris et sa région

L’histoire de FNE Ile-de-France va de pair avec la densification urbaine des Trente Glorieuses dans les années 70. C’est à ce moment-là que la population des milieux urbains commence à s’inquiéter du développement des autoroutes et voies à grande circulation qui entraine une multiplication des nuisances. Une « résistance » informelle se constitue autour de la création de l’association pour la défense et l’embellissement du site de Notre-Dame, alors qu’un projet de parking promet de défigurer les abords de la cathédrale. Plusieurs comités locaux se regroupent pour former le Bureau de liaison des associations de défense de l’environnement de Paris et de la région parisienne.

En 1974, le Bureau entre formellement dans la sphère politique en interrogeant plusieurs candidats à la présidence sur des questions touchant au développement excessif de l’agglomération. Ces questions sont posées directement par les citoyens. Ce coup d’éclat apportera les premiers succès du Bureau, qui inspire le programme « Environnement » de Valéry Giscard d’Estaing, le Président en place. Surtout, la pression associative permettra l’adoption de la loi de protection de la nature en 1976 et la création d’un ministère regroupant les services de l’équipement et ceux de l’environnement en 1978.

Dans les années 80, la structuration du Bureau se précise. Il se rapproche d’autres fédérations aux thématiques écologiques plus générales, et se transforme en association déclarée tout en obtenant l’agrément préfectoral. C’est en 1993 que le Bureau de liaison devient Ile-de-France Environnement (IDFE). Forte de fédérer 200 associations, IDFE adhère également à France Nature Environnement.

Depuis IDFE est devenue FNE Ile-de-France : elle fédère 400 associations sur l’ensemble de la région francilienne et compte 40 000 adhérents.

Une organisation innovante, représentative du territoire francilien

Pour gérer cette grande fédération, le bureau de FNE Ile-de-France a innové en 2020 en mettant en place une co-présidence paritaire avec Muriel et Luc. Cette co-présidence permet de partager le travail et les participations dans les divers CA, commissions. Luc représente FNE Ile-de-France au CESER, et s’occupe au niveau de la fédération des partenariats avec le privé. Muriel est au bureau de FNE Paris ainsi qu’au CA de FNE, et gère les partenariats institutionnels et le fonctionnement interne. Par la suite, pour les grandes décisions, ils se concertent. « C’est aussi plus facile pour répondre aux journalistes, ou aller à des tables rondes », explique Muriel.

Aussi, l’association a eu à cœur de représenter tous les aspects du territoire francilien dans son bureau : chaque membre représente l’un des 8 départements, avec un équilibre entre zone urbaine dense et zone moins dense et rurale. Un « bureau élargi », récemment renommé « conférence des présidents départementaux », réunit régulièrement les président.e.s des fédérations départementales.

equipe_fneidf

Pour appuyer cette structuration et la mise en œuvre du projet de l’association, FNE Ile-de-France peut compter sur une directrice et un juriste permanent, ainsi que des alternants, stagiaires et services civiques de manière régulière.

Cette architecture collégiale permet de représenter et de traiter les problématiques issues de chaque département : l’Ile-de-France regroupe beaucoup de problématiques différentes, comme l’agriculture céréalière, la gestion de l’eau ou bien entendu l’urbanisation. Cela se traduit concrètement par des actions de court terme et de long terme, comme la création d’outils pédagogiques et de plaidoyers, mais aussi l’animation de groupes de travail constitués d’experts. FNE Ile-de-France se nourrit et nourrit en retour le plaidoyer de France Nature Environnement, en mettant en avant les spécificités de la région.

Vie publique, pollution lumineuse, terres fertiles : de multiples champs d’action

  • Lors des régionales de 2021, un livre blanc, fruit d’un travail collectif, a été publié. Cette mobilisation pour les élections a donné lieu à un webinaire avec les têtes de liste des partis politiques : un vrai succès, tant sur le fond (tous les candidats invités ont répondu présent) que sur la forme (un gros travail collectif de toute la fédération et de tous les salariés, stagiaires et services civiques a rendu ce succès possible).
  • La question de la trame noire et de la pollution lumineuse est également importante dans la région. L’association essaie de faire baisser l’intensité lumineuse sur trois communes (Sèvres, Chaville et Viroflay). Pour cela, elle propose d’expérimenter une meilleure gestion des sources lumineuses : éclairage public, mais aussi boutiques et bureaux qui restent allumés toute la nuit. FNE Ile-de-France espère essaimer ensuite cette dynamique dans d’autres zones denses de la région.
  • Autre exemple, avec une cartographie de la végétation en zone urbaine dense (ZUD). FNE Ile-de-France milite pour créer des cartes de paysage à l’échelle des arbres, en partenariat avec des universitaires. C’est un travail nécessaire car ce genre de cartes permet d’influencer les plans locaux d’urbanisme intercommunaux. Pour développer ces cartes, « on s’appuie sur différentes données existantes, mais aussi sur des cartes infrarouges produites par des satellites, afin d’avoir réellement une vision de l’existant ».

Récemment, on peut noter deux grandes actions :

  • Un travail sur l’eau, avec une conférence sur les problématiques de l’eau dans les 8 départements (sécheresse, inondation…), en partenariat avec l’Agence de l’eau Seine-Normandie. Un grand colloque sur l’eau est également prévu pour novembre 2022 et une plaquette pédagogique a été publiée.
  • La défense des terres fertiles, avec l’organisation en octobre dernier d’une marche -pour faire converger les luttes sur le triangle de Gonesse, le  Val Bréon, à Thoiry et à Grignon, entre autres, pour défendre les terres fertiles. Il y a un vrai manque d’agriculture de proximité, de maraîchers pour approvisionner l’Ile-de-France. Une marche qui a abouti à un rassemblement devant l’hôtel de ville de Paris le 10 octobre, et qui se poursuit aujourd’hui par le lancement d’une campagne de sensibilisation à la protection des terres agricoles.

On pourrait également citer l’énergie, et la question des énergies renouvelables, la nature en ville et dans les zones urbaines denses ou encore l’envie de reconnecter le public francilien avec la nature et la biodiversité.

Finalement toutes ces problématiques se retrouvent dans la question globale que pose le phénomène de métropolisation dense, qui semble difficile à stopper. Cette avancée des « hubs » urbains et son lot de destructions environnementales constitue un combat majeur pour les années à venir.

Comme le soulignent mes deux interlocuteurs en guise de conclusion : « On est un peu atypique dans notre région, on est vraiment une île, comme la Corse. Une espèce d’île qui concentre toutes les menaces en cours par rapport à l’environnement : terres agricoles, forêts, pollution de l’air, inondations, énergie, urbanisation. Ce que nous n’avons pas, ce sont les grands barrages ou les centrales nucléaires ! ».

Plus d’infos sur FNE Île-de-France :

Pour aller plus loin

Actualité
chasse hérissons cachés
Vie associative Vie associative

Chasse au trésor : parviendrez-vous à trouver les hérissons cachés ?

Publié le 2 novembre 2021
Pour fêter le lancement de notre nouveau site, ça vous dirait de jouer à un jeu ? Retrouvez les…
Actualité
Vie associative Vie associative

Rencontrez le mouvement : FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur

Publié le 9 juillet 2021
France Nature Environnement fédère aujourd’hui plus de 5800 associations au sein de 46…
Communiqué de presse
rapport annuel
Vie associative Vie associative

France Nature Environnement : un bureau renouvelé et équilibré

Publié le 8 juin 2021
L’Assemblée Générale de France Nature Environnement des 28 et 29 mai derniers a adopté les…
Actualité
logo fne bretagne
Vie associative Vie associative

Rencontrez le mouvement : FNE Bretagne

Publié le 10 mai 2021
Dans cette série d’articles, nous vous invitons à rencontrer les associations qui font France…