Actualité
Agriculture Agriculture

Sols agricoles : terreau des productions alimentaires et solution pour le climat

Publié le 27 novembre 2015

FNE soutient l’initiative 4pour1000 portée par Stéphane Lefoll dans le cadre de la COP 21. Explications de contexte et des points de vigilance.

Les sols si importants, et pourtant si mal traités

Les sols sont au cœur d’enjeux primordiaux pour notre société : Terre nourricière, réservoir de biodiversité, régulateur des flux de gaz à effet de serre… ils sont le berceau de la vie sur terre. En effet, ils fournissent les éléments de la croissance des plantes cultivées et de nombreux services qui permettent de produire durablement notre alimentation  à condition que leur activité biologique, et leur structure physique ne soient pas dégradées. Les pratiques agricoles de ces 60 dernières années, ne sont pas allées dans ce sens.

La mécanisation de l’agriculture et les engrais de synthèse ont fait des sols un simple support pour la production agricole. De nombreux services rendus naturellement ont été remplacés par des engrais et des pesticides chimiques très coûteux en énergie (à la fois pour les produire, mais aussi pour les épandre). Et, cercle vicieux : plus les sols sont dégradés par ces pratiques, plus les apports d’engrais et pesticides ont besoin d’être intenses pour suppléer les fonctions naturelles des sols. Ces pratiques, ce modèle agricole, n’est pas durable environnementalement, socialement et économiquement. 

La matiere organique clef de voute du systeme sol

Un des facteurs à l’origine de la dégradation des sols est la forte réduction de leurs taux de matière organique, l’humus. Il constitue à la fois la nourriture et l’élément structurant (complexe argilo humique) des sols. En effet, les sols riches en humus retiennent mieux l’eau et fournissent les nutriments essentiels aux plantes. Ainsi, ils s’érodent moins évitant au sol de partir dans les cours d’eau et résistent mieux aux tassements. De plus, la matière organique étant composée d’éléments carbonés (l’humus est composé de 60% de carbone), elle permet au sol de stocker du carbone

Les sols sont prêts à fonctionner de nouveau

Malgré des années de mauvais traitements, les sols sont capables de retrouver leurs fonctions et d’améliorer leur état. Pour cela, il faut apprendre à bien les gérer et leur apporter de la matière organique « à manger ». Pour vivifier les sols et maintenir leurs fonctions, trois conditions minimales sont nécessaire :

  • porter des végétaux tout au long de l’année 
  • leur rendre une partie de la matière organique qu’ils contribuent à créer
  • réduire au maximum le travail du sol

La plupart des pratiques agricoles actuelles n’appliquent pas ce trio gagnant pour la santé des sols.

Conserver suffisamment de sols non construits

Un autre danger pour les sols agricoles est l’artificialisation, en fait le bétonnage des sols. S’il est important d’améliorer la qualité des sols agricoles, il faut aussi pouvoir les conserver, en quantité. L’artificialisation touche des sols agricoles dans 90% des cas, toutes les secondes ce sont ainsi 26 m2 de terres agricoles qui disparaissent
Conséquence directe du grignotage des terres cultivées, les agriculteurs se tournent vers des parcelles qu’ils ne cultivaient pas jusqu’à ce que l’artificialisation gagne du terrain. Les prairies naturelles sont alors retournées entrainant le déstockage le carbone enfoui naturellement dans les prairies naturelles. Si la France dans sa stratégie nationale bas carbone n’a pas oublié cet enjeu, les objectifs fixés sont très peu ambitieux avec 490 000 ha de prairie « autorisée » à disparaitre d’ici 20 ans. 

Le plan 4/1000 en bref : Une initiative encourageante pour préserver la qualité des sols

Le plan 4/1000 proposé par le ministère de l’agriculture et de la forêt, porte un objectif simple : augmenter le taux de carbone dans les sols de 0.4% chaque année. Cela permettrait de stockerune partie des émissions de gaz à effet de serre.  C’est la principale proposition venant du ministre pour le secteur agricole en France pour la COP 21, elle sera annoncée le 1er Décembre par le ministre de l’agriculture. Si l’initiative donne en exemple des bonnes pratiques pour améliorer le stockage du carbone des sols, on peut regretter qu’elle ne définisse pas de cadre d’actions claires et concrètes de mise en place.

FNE soutient cette initiative car elle peut être à la fois pertinente pour le climat mais aussi pour une production agricole globalement plus vertueuse et renouant avec ses bases agronomiques.

Une nouvelle rampe de lancement pour l’agroécologie 

Pour FNE, cette initiative se dessine dans les contours du plan agroécologie lancé par le Ministre il y a  maintenant 2 ans. Voici, quelques pratiques que nous aimerions voir développées et soutenues :

  • Les techniques alternatives au labour : Du semis direct au labour agronomique.
  • Le couvert des sols toute l’année avec un minimum d’interruption.
  • Préservation des prairies permanentes
  • Un retour de matière organique sur les sols  
  • Une orientation des aides pour soutenir les systèmes agroécologiques
  • La préservation et la replantation de haies et d’arbres en milieu agricole

Les pratiques agricoles associées au sol doivent être en cohérence avec les principes de l’agro-écologie, en particulier la réduction des intrants chimiques (pesticides, fertilisant, herbicides…). Il est important de soutenir une recherche-expérimentation qui permette aux agriculteurs de sortir de la soumission aux intrants, aux herbicides notamment. C’est en associant ces pratiques innovantes sur le travail du sol avec d’autres pratiques agroécologiques que les objectifs peuvent être doublement atteints.

Cette initiative peut devenir une sortie par le haut, dans une stratégie « gagnant-gagnant » pour l’environnement et pour la production agricole, qui a tout à gagner à préserver la vie dans les sols, en changeant ses pratiques, car à terme une vie riche du sol préserve les rendements de la production des plantes. Le 4/1000 doit permettre d’avancer vers une agriculture adaptée aux enjeux environnementaux et au changement climatique : L’agroécologie

 

Rejoignez-nous sur

Pour aller plus loin

Actualité
L'usage du nombre de doses de pesticides a augmenté de 13% entre 2019 et 2020.
Agriculture Agriculture

Augmentation des pesticides : la déception du plan Ecophyto

Publié le 23 novembre 2021
Les chiffres 2019-2020 sur l’évolution de l’usage des pesticides de l’agriculture française ont…
Communiqué de presse
Parc national de la Vanoise
Actions en justice Actions en justice

Les pesticides dans les sites Natura 2000 c'est terminé

Publié le 15 novembre 2021
Nouvelle victoire de France Nature Environnement. Par arrêt du 15 novembre 2021, le Conseil d…
Actualité
glyphosate épandage
Agriculture Agriculture

Glyphosate : mobilisons-nous pour son interdiction

Publié le 9 novembre 2021
Cela fait des années que ce combat est porté. Cela fait des années que les études scientifiques…
Communiqué de presse
varenne
Agriculture Agriculture

Varenne de l’eau : 5 organisations dénoncent le modèle agricole promu par le Varenne

Publié le 20 octobre 2021
Ce mercredi 20 octobre a lieu la réunion à mi-parcours des travaux du Varenne agricole de l’eau…