Actualités

FNE fait son Tour #3 : de Paris à Toulouse avec Fiona

Pour clore cette mini-série de portraits autour du vélo et des mobilités douces, France Nature Environnement a discuté avec Fiona Jegou, apprentie coordinatrice à FNE Midi Pyrénées. Avec le soutien de toute l’équipe FNE MP, elle s’est lancée dans un projet un peu fou : relier Paris à Toulouse en vélo triporteur pour aller à la rencontre des initiatives locales. Départ prévu le 23 août !

← Commencer par l'épisode 1

Peux-tu te présenter rapidement et nous parler de ta relation au vélo ?

Je suis assez hyperactive et le sport a toujours été pour moi un exutoire, dans mes études et dans mes expériences pro. J’ai toujours fait du sport, course à pied, athlétisme… et je me suis mise au vélo lors de mon arrivée à Toulouse. C’était le moyen le plus simple pour me déplacer, même si j’ai eu pas mal de petits accrochages sans gravité avec des bus ou des voitures. Ça fait 5 ans que je me suis mise au vélo de route sportif et j’y ai vite pris goût. C’est le seul sport où je me suis sentie en situation de devoir me dépasser physiquement et j’aime les challenges !

En parlant de challenge, peux-tu nous en dire plus sur le projet Au’tour du climat ?

Au’tour du climat se déroule en 2 phases. Une première phase de mobilisation inter-régionale : un périple en vélo triporteur électrique de Paris à Toulouse, sur à peu près 910 km, 13 étapes et une quinzaine de jours entre fin août et septembre. La deuxième étape se passera en région Occitanie, à travers une série d’évènements et de rencontres festives. Le but, c’est de découvrir et rassembler les acteurs de la transition écologique du mouvement France Nature Environnement et au-delà, pour recenser les initiatives qui contribuent concrètement à cette transition. À l’issue du projet, on souhaite aussi rédiger un cahier de revendications à communiquer aux élu·es pour donner de la visibilité aux solutions rencontrées tout au long du parcours.

Et pourquoi avoir décidé de faire ce projet à vélo plutôt qu’avec un autre moyen de transport ?

Le vélo triporteur, c’est un bon moyen de marquer les esprits. C’est un projet qui n’est pas banal et qui ne devrait pas passer inaperçu ! Et puis ça permet de laisser la place à l’imprévu et aux rencontres. Au départ, j’ai proposé le projet sur le ton de l’humour mais en en discutant avec l’équipe de FNE, on a très vite commencé à se prendre au sérieux. On s’est dit « allez, on le tente ! »

Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées ou que tu penses rencontrer ?

Dès que je suis entrée dans le monde du vélo, j’ai vu à quel point c’était un milieu hyper masculin et lorsque j’ai commencé à parler du projet, j’ai eu pas mal de réactions de mecs qui questionnaient ma capacité à « tenir le coup » physiquement et qui pensaient qu’une nana n’était pas capable de faire autant de kilomètres. Moi, ça m’a plutôt boostée et ça m’a donné envie de prouver que je pouvais le faire, mais pour d’autres femmes, ce type de commentaires peut clairement être un repoussoir.

Pour en savoir plus sur le projet de Fiona et suivre son périple, c'est par ici ! Nous la suivrons également sur nos réseaux sociaux.

Par FNE
Le vendredi 09 juillet 2021
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don