Actualités

Que faire pour limiter l’impact environnemental de nos achats en ligne ?

Le e-commerce est devenu en quelques années une part importante de nos achats. En 2019, 9 internautes sur 10 ont acheté sur internet, soit 38,8 millions de Français. Avec la crise de la Covid-19 et les confinements qu’elle a induits, le e-commerce est devenu une solution pour continuer ses achats, qu’ils soient essentiels ou non, malgré la fermeture des magasins. L‘essor de ce mode de consommation a toutefois un impact environnemental et social non négligeable.

Artificialisation des sols, pollution, déchets... Les conséquences bien réelles du commerce virtuel

Afin de répondre toujours plus rapidement aux commandes, le e-commerce nécessite une logistique importante, qui a de nombreux effets néfastes sur l’environnement.

En effet, un entrepôt de e-commerce artificialiserait en moyenne trois fois plus d’espace qu’une zone commerciale. Cette artificialisation des sols a des conséquences sur le climat (imperméabilisation des sols et diminution de leurs capacités de stockage de carbone),sur les espaces naturels agricoles et forestiers, et sur la biodiversité.

Le transport des produits achetés par le e-commerce se fait majoritairement par la route et représente 22% des émissions de gaz à effet de serre du secteur du transport (source : CITEPA). Ce transport routier a aussi un impact sur notresanté en émettant des polluants atmosphériques et particules fines et un coût sanitaire très élevé : plus de 100 milliards d’euros par an en France ;(soit l’équivalent du plan de relance économique actuel). D’autres facteurs accroissent aussi l’impact du transport des marchandises sur le climat dont :

  • Le recours au transport aérien pour assurer des livraisons toujours plus rapides dans le monde entier. Amazon a par exemple prévu de se doter d’une flotte de 70 avions d’ici à 2021 dans le but de raccourcir son délai de livraison à 24 heures (contre 48 heures aujourd’hui), ce qui implique aussi la construction de nouveaux sites logistiques dans les zones aéroportuaires et l’artificialisation de vastes surfaces ;
  • La disparité des commandes, obligeant à individualiser les contenants hors palette, ce qui augmente le volume transporté ;
  • Le changement de comportement amenant le recours à une livraison en véhicule motorisé à la place de la marche ou du vélo pour le transport de son achat chez soi ;
  • La dispersion de nos achats qui augmente le nombre de livraisons (acheter trois articles à un vendeur en trois fois au lieu d’une ou acheter trois articles à trois vendeurs au lieu d’un pour avoir le meilleur prix) ;
  • L’échec des livraisons à domicile, 25% des commandes devant être livrées une seconde fois ;
  • Les retours de produits, qui représentent 20 à 30 % de nos achats.

Le e-commerce a aussi un impact sur la consommation de ressources et d’énergie,notamment:

  • en doublant voir triplant le volume des paquets –et donc des déchets– par rapport à celui d’un achat en boutique (protection de l’article, multiplication des paquets) ;
  • en utilisant internet : faire des recherches sur des sites, y sélectionner son article, le payer en ligne puis suivre sa commande à l’aide de courriels ou autres sites de suivis postaux, tout cela nécessite d’innombrables serveurs informatiques très énergivores, qui occupent une surface importante et contribuent aux émissions de gaz à effet de serre.

Enfin, le commerce en ligne a un impact social. Il provoque entre autres :

  • une distanciation relationnelle entre le vendeur et l’acheteur ;
  • la précarisation et la disparition d’emplois locaux : en moyenne, les entrepôts de 5 000 à 10 000 m2 n'emploient que 16 salariés, et ceux de plus de 30000m2 seulement 61.

Il est aussi à l’origine de la collecte de nombreuses données personnelles.

Les bons réflexes pour réduire l’impact de ses achats en ligne

  • Installer un bloqueur de publicité sur son navigateur internet, afin d’éviter d’être sur-sollicité·e et tenté·e par des annonceurs.
  • Réfléchir avant d’acheter pour résister à la surconsommation et éviter des retours à l’envoyeur car notre achat ne nous convient pas.
  • Préférer dès que possible l’emprunt, la location ou l’achat de proximité en passant par exemple par une médiathèque pour les livres, CD ou DVD.
  • Favoriser les produits français ou européens qui respectent des normes environnementales et sociales.
  • Privilégier les sites de consommation alternative, comme Longue vie aux objets : réemploi, réutilisation, location…
  • Grouper ses achats afin de limiter le nombre d’emballages et le transport et choisir d’attendre son colis pour massifier les livraisons.
  • Faire le choix dès que possible d’être livré·e en point relais ou Clic&Collect, de grouper la réception de commandes avec des voisin·e·s8 et d’aller chercher soi-même le colis à pied ou à vélo, lorsque le volume et la distance le permettent.
  • Demander l’arrêt des projets de construction d’entrepôts de stockage géants à l’entrée des agglomérations, comme l’a fait avec succès le Chaudron des alternatives en Alsace.

Les demandes de France Nature Environnement

Au-delà de l’évolution des pratiques individuelles de consommation, des solutions existent pour réduire l’impact de la vente en ligne sur l’environnement. France Nature Environnement demande aux décideurs locaux et nationaux :

  • D’inciter les propriétaires et exploitants à implanter les entrepôts du e-commerce sur des friches industrielles plutôt que sur des espaces naturels et agricoles précieux.
  • D’inciter les propriétaires et maîtres d’œuvre à choisir des constructions ayant un impact moindre sur l’environnement et utilisant des énergies renouvelables : parkings à étages, panneaux photovoltaïques...
  • D'assurer le respect des législations en termes de construction et d’usages des entrepôts de stockage et logistique pour que la sécurité et la santé des riverains ne soit pas bradées.

France Nature Environnement demande aussi la possibilité de choisir un mode de livraison moins émetteur de CO2 en valorisant les modes de transport de marchandises autres que le camion et l’avion.

À l'approche des fêtes, le mouvement est par ailleurs signataire de la pétition Noël sans Amazon (provisoirement suspendue pour cause de cyberattaques...).

Pour aller plus loin 

Notre dossier « Méga-entrepôts, maxi bobards et giga risques »
« Amazon : Le grand décryptage » (Les Amis de la Terre)
«  E-commerce : les bons réflexes pour des achats responsables » (ADEME)
«  E-consommateur et responsable » (ADEME)
« Chiffres clés 2019 » (Fédération du e-commerce et vente à distance)
« Acheter sur les plateformes responsables : donner du sens à sa consommation » (Ministère de l’économie, des finances et de la relance nationale)

Par FNE
Le jeudi 26 novembre 2020
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don