Actualités

Transition écologique : comment passer à l’acte ?

Même lorsqu’on est convaincu de la nécessité de la transition écologique, il n’est pas toujours facile de savoir par où commencer. France Nature Environnement vous propose 5 actions concrètes pour mettre vos comportements pleinement en accord avec vos convictions.

1. Changer de fournisseur d’électricité

D’où provient le courant derrière ma prise ? Les fournisseurs achètent l’électricité auprès de producteurs en France ou en Europe, et peuvent faire le choix de fournir une électricité dite « verte » si elle est issue d’énergie renouvelable. Mais parfois, ils se contentent d’acheter des certificats, appelés « garanties d’origine », équivalant à une quantité d’électricité d’origine renouvelable produite en Europe.

Pour soutenir la transition énergétique et le développement des projets d’énergie renouvelable et consommer une électricité sans nucléaire ni énergies fossiles, mieux vaut privilégier les fournisseurs qui ont leur propre production renouvelable en France et investissent dans de nouveaux projets. C’est le cas de Planète OUI et Enercoop, meilleurs fournisseurs verts d’après le classement réalisé par Greenpeace. Vous pouvez simuler votre consommation d’électricité et évaluer le coût de votre nouvel abonnement chez ces fournisseurs.

Vous êtes déjà chez un fournisseur vert et vous souhaitez aller plus loin ? Mobilisez-vous pour développer des projets citoyens d’énergie renouvelable (ENR) ! En Allemagne, par exemple, 40% des projets d’ENR sont détenus par des particuliers et des agriculteurs, ce qui change beaucoup de choses pour l’économie des territoires. En France, cette pratique tend à se développer de plus en plus, sous l’impulsion d’Energie Partagée et de nombreuses collectivités engagées.

2. Changer de banque

On dit souvent que notre épargne « dort » à la banque, pourtant notre argent est loin d’être inactif. Oxfam a développé un outil vous permettant de calculer l’empreinte carbone de votre compte bancaire : à titre d’exemple, 10 000 € à la Société générale, c’est 6,5 tonnes d’équivalent CO2 par an. Selon Oxfam, les trois premières banques françaises (BNP Paribas, Crédit agricole, Société générale) ont chacune une empreinte carbone supérieure à celle du territoire français.

En 2018, selon une étude Oxfam / Les Amis de la Terre, 70% des financements énergétiques des grandes banques françaises étaient orientés vers les énergies fossiles : changer de fournisseur d’énergie tout en restant client·e d’une de ces banques tend donc à s’annuler...

Heureusement, des alternatives existent : certaines banques comme la Nef, Helios ou le Crédit coopératif, selon le type de produits que vous recherchez, peuvent vous permettre de diminuer l’impact carbone de votre argent. Le label Finansol vous signale également les produits d’épargne solidaire. Enfin, chaque banque doit proposer un Livret de développement durable et solidaire (LDDS) : France Nature Environnement est une des associations bénéficiaires des LDDS du Crédit coopératif, de la Banque postale, de Crédit mutuel - Arkea et de Fortunéo.

3. Rénover son logement

Rénover son logement pour améliorer ses performances énergétiques est à la fois écologique et économique. Cela peut permettre de diviser par 5 sa facture énergétique ! Mais seule une rénovation globale et performante peut avoir un véritable impact : de petits gestes isolés et dans le désordre coûtent au total plus cher, pour un résultat moindre.

Alors par où commencer ? Vous pouvez d’abord prendre contact avec un conseiller FAIRE, qui vous aidera gratuitement à faire le bilan de votre consommation et à identifier les besoins de rénovation et les aides au financement dont vous pouvez bénéficier.

Certaines banques proposent des prêts à taux intéressants pour vous permettre de réaliser ces projets au service de la transition énergétique. C’est par exemple le cas du Crédit coopératif, notre partenaire depuis 2005, avec son prêt « Prev’Air » (d’ailleurs, du 15 septembre au 14 octobre, le Crédit coopératif nous fait un don de 20€ pour toute souscription d’un prêt de ce type !)

4. Adopter les mobilités douces

Nos déplacements restent la principale source d’émissions de gaz à effet de serre, et plus particulièrement les trajets en voiture et en avion. Avant même de penser à changer de voiture, le plus efficace est de ne l’utiliser que quand on n'a vraiment pas d’autre choix.

Pour les déplacements du quotidien, le vélo à assistance électrique peut remplacer certains des trajets motorisés, pour se rendre au travail par exemple. Avec une vitesse de 25 km/h, tous les trajets de moins de 10 km peuvent se faire en moins de 30 minutes. De nombreuses régions et communes proposent des aides à l’achat, complétées par une aide de l’État ou de certaines entreprises. Pensez aussi au covoiturage : dans la très grande majorité de nos trajets, nous sommes seuls en voiture.

Et pour partir plus loin ? Il n’existe pas encore de vraie alternative à l’avion pour les trajets intercontinentaux et l’avion vert n’existe, pour l’instant, que dans les promesses des compagnies aériennes. En revanche, partir en train en Europe est déjà possible et deviendra de plus en plus facile avec l’ouverture prochaine de 6 nouvelles lignes européennes.

5. Adopter des habitudes de consommation vertueuses

Si le transport et le bâtiment sont les deux secteurs les plus polluants, l’ensemble de nos modes de consommation ont des conséquences sur la planète et le climat. Réduire la part de protéines animales dans notre alimentation, prolonger autant que possible la vie de nos textiles ou de nos équipements, adopter un usage raisonné du numérique… Autant de bons réflexes qui s’additionnent et contribuent à nous faire avancer ensemble vers un monde plus durable !

Pour aller plus loin :

Par FNE
Le mercredi 15 septembre 2021
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don