Agriculture : Gabriel Attal tire à côté de la cible une fois sur deux
Communiqué de presse
Agriculture Agriculture
Biodiversité Biodiversité

Agriculture : Gabriel Attal tire à côté de la cible une fois sur deux

Publié le 1 février 2024

Le Premier ministre s’est de nouveau exprimé aujourd’hui sur les questions agricoles. La présence de Bruno Le Maire traduit un début de prise de conscience de la logique industrielle du modèle d’agriculture défendu par la FNSEA. Celle de Christophe Béchu pourrait suggérer la reconnaissance du rôle clé de l’agriculture dans la lutte contre le dérèglement climatique et l’effondrement de la biodiversité. Une reconnaissance malheureusement balayée par la volonté de complaire à la FNSEA. Symboliquement, le mot « biodiversité » n’est toujours pas prononcé, pas même par le ministre de l’écologie. Analyse de ces quelques pas en avant et gros pas en arrière, et de l’éléphant absent.  

Quelques mesures qui visent juste… 

Quelques-unes des mesures annoncées par le Gouvernement vont permettre de traiter des vrais sujets :   

  • Appliquer la loi Egalim, notamment pour que l’Etat et les collectivités territoriales proposent du bio et du local dans les cantines : un vrai sujet à la fois pour la santé des Français·es et pour créer des débouchés pour le bio ;  
  • Veiller à ce que la grande distribution n’impose pas des prix impossibles, pour que les agriculteurs et agricultrices puissent vivre de leur métier ;   
  • Refuser le traité Mercosur : c’est indispensable. Il faut même aller au-delà et bloquer tous les accords de libre-échange, nocifs pour notre agriculture et la santé des Français·es ;  
  • Instaurer plus de transparence sur l’origine des produits : c’est un enjeu aussi pour les consommateurs ; 
  • Appliquer des clauses miroirs pour ne pas importer des aliments traités avec des pesticides interdits en Europe.

… et beaucoup qui tirent à côté 

De nombreuses mesures sont des erreurs, sacrifiant l‘environnement à la démagogie et ne permettant pas de régler les réelles causes de la crise agricole :  

  • Aucun pesticide ne pourra être interdit en France si ils ne sont pas interdits au niveau européen : le premier ministre n’a semble-t’il pas pris le temps de se faire conseiller correctement sur le sujet. Les autorisations de mise sur le marché concernent au plan européen les substances, et au plan national les préparations. Il n’est pas anormal de voir des substances autorisées et de refuser l’homologation dans certains pays de préparations à base de ces substances ou d’en règlementer l’usage. C’est comme regretter que le Cognac soit interdit aux mineurs en France alors que l’alcool n’est pas interdit par l’Europe.
  • Les dérogations aux règles protégeant les prairies et zones humides et instaurant des « jachères » par exemple vont avoir un effet très négatif sur la biodiversité, sans changer grand-chose aux revenus des agriculteurs et agricultrices. Il faut garder en tête le but de ces normes : 
    • « Jachères » : en réalité « surfaces d’intérêt écologique », sont des terres, mais aussi des haies ou des arbres nécessaires à la biodiversité et aux pollinisateurs = moins de pesticides = économies pour les agriculteurs et gain pour la santé de tous ! 
    • Préservation des prairies et des zones humides = préservation de la biodiversité + stockage du carbone et de l’eau = atténuation du dérèglement climatique et des effets des sécheresses l’été qui frappent de plein fouet les agriculteurs ! Les prairies dans lesquelles les bêtes pâturent participent au bien-être animal et à des productions de qualité à  l’inverse des fermes usines industrielles.  Alors que les éleveurs sont parmi les agriculteurs les plus en difficulté, déroger à la protection des prairies ou des zones humides est totalement contreproductif ; 
  • Mise à l’arrêt du plan Écophyto : c’est un scandale sanitaire, une régression grave pour la santé des citoyen·nes. Gabriel Attal semble oublier que si on essaye de faire baisser l’utilisation des produits phytosanitaires, c’est parce qu’ils sont cancérogènes (y compris et surtout pour les agriculteur.ices) et une des causes majeures de l’effondrement des populations d’insectes et d’oiseaux.  
  • Un discours sur les normes environnementales, à côté de la plaque car elles ne sont pas à l’origine des difficultés de la profession.   

La réforme de la PAC, grande absente des annonces  

Nous regrettons que, malgré la multiplication des annonces, Gabriel Attal garde le silence sur la mesure la plus nécessaire pour s’attaquer à la racine du problème : une vraie réforme de la PAC (et du plan de déclinaison français qui peut être revu dès demain), pour encourager une transition vers une autre agriculture, permettant aux agriculteurs et agricultrices de vivre de leur métier et de produire une alimentation saine, consommée localement. Plutôt que le système actuel qui encourage à produire à n’importe quel prix, y compris en détruisant la biodiversité et la santé des agriculteurs et agricultrices et des consommateurs et consommatrices, pour continuer d’exporter.  

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin

Epandage de pesticides
Actualité
Agriculture Agriculture

Ecophyto : casser le thermomètre ne fera pas baisser la fièvre !

Publié le 23 février 2024
Ce lundi 12 février, France Nature Environnement et 6 autres organisations de la société civile…
Tomates françaises sur un marché
Dossier
Agriculture Agriculture

La souveraineté alimentaire : reconnecter agriculture, alimentation et territoires

Publié le 21 février 2024
En 1996, la Via Campesina, mouvement paysan international, a posé les fondements de la souveraineté alimentaire en tant que “droit des…
pesticides
Communiqué de presse
Agriculture Agriculture

Ecophyto : une consultation biaisée sur l'indicateur de réduction de l'usage des pesticides

Publié le 15 février 2024
Le 12 février dernier, 8 ONG ont claqué la porte du Comité d’orientation stratégique et de…
champ de blé
Dossier
Agriculture Agriculture

5 bonnes raisons de dire non aux nouveaux OGM (NTG)

Publié le 2 février 2024
Alors que la colère gronde dans le monde agricole, les nouvelles techniques génomiques (NTG), que la Commission européenne veut…