L'essentiel

Post-covid : pas de retour à l’anormal

Alors que le Covid-19 a plongé le monde dans une crise imprévue, cette période doit nous interroger sur le monde dans lequel nous vivons, mais aussi sur celui que nous voulons. Car la pandémie qui nous a frappés découle de nos modes de vie, et il nous faudra les transformer pour éviter qu’elle ne se répète.

Un virus fruit de son époque

En décembre 2019, alors que les premiers cas de Covid-19 commençaient à être connus à l’international, nous étions encore loin d’imaginer l’impact potentiel d’un tel virus. Quelques mois plus tard, le monde ressortait hébété de cette expérience, laissant dans son sillage de nombreuses interrogations.

Avec son modèle de développement et l'accélération de la mondialisation, l’époque moderne a créé toutes les conditions favorables à l’émergence et la diffusion de ce type de virus. D’abord, car, en favorisant la déforestation et la destruction de ses habitats naturels, elle rapproche la faune sauvage des animaux d’élevage et des hommes, favorisant du même coup l’apparition de nouvelles pathologies.

Ensuite parce que toutes les interactions y sont devenues plus nombreuses, plus fréquentes et plus faciles : l’agriculture intensive concentre les populations animales dans des espaces réduits, les zones d’habitation humaines se sont densifiées au cours des dernières décennies. Le développement des transports et l’internationalisation du commerce ont démultiplié les échanges et réduit les distances entre les zones de peuplement.

De nouvelles chaînes de transmission sont ainsi créées, provoquant une redoutable poudrière. Les barrières de protection peu à peu levées, la probabilité que des épidémies régionales deviennent des pandémies s’est inévitablement renforcée.

S’il est vrai que le confinement a permis de voir certaines espèces réinvestir des lieux qu’elles avaient désertés ou les taux de pollution enregistrer une baisse de circonstance, le Covid-19 n’est en aucun cas une bonne nouvelle pour l’environnement. Une telle analyse n’est possible qu’au prisme d’une logique court-termiste.

Si nous réfléchissons à long terme, nous ne pouvons pas nous contenter de contenir les maladies, les unes après les autres, au prix d’efforts économiques, sociaux et sanitaires difficiles et douloureux et de bilans humains très lourds.

Comme le résume l’Organisation des Nations Unies dans un message d’avril : « nous devons reconstruire en travaillant avec la nature, pas contre elle ». Il est donc temps de tirer des leçons de la crise que nous venons de vivre, pour ne pas avoir à la revivre.

Sortir des logiques de court-terme

Cette logique semble ne pas avoir primé pendant le confinement, forçant les associations de protection de l’environnement à rester vigilantes pour dénoncer les abus. En effet, à la faveur de la crise environnementale, la liste des atteintes à l’environnement s’est allongée.

Pour lutter contre le virus, de nombreux réflexes sanitaires de courte vue ont été pris, en présumant parfois de leur efficacité, ou sans se préoccuper de leur impact. Ainsi, plusieurs communes ont décidé de désinfecter leurs rues, ce qui s’est avéré inutile dans la lutte contre la propagation du virus, mais désastreux à la fois pour les écosystèmes et les centrales de traitement des eaux.

Le Covid-19 présente aussi un effet d’aubaine pour les lobbyistes, qui se sont engouffrés dans la brèche. Les producteurs de plastique à usage unique, par exemple, ont ainsi milité pour détricoter la législation autour des emballages à usage unique, arguant de leur plus grande efficacité sanitaire. Mais plusieurs études[1],[2] ont prouvé que la survie du virus était plus longue sur le plastique que sur d’autres matériaux, comme le carton. De manière plus générale, l’utilisation massive par le grand public de matériaux à usage unique pour des raisons sanitaires aggrave également des problématiques existantes, comme celles des déchets sauvages.

 

Suite à cette crise, la FNSEA a également plaidé pour une « nécessaire souplesse réglementaire » pour faire face aux « aléas climatiques ». Une fois de plus, cette logique court-termiste est une fausse solution, qui mettrait en danger nos cours d’eau en les polluant ou en impactant la gestion quantitative de l’eau, à l’heure même où la logique voudrait que nous réfléchissions sur le long terme, et pour le bien commun.

Cette crise a aussi été l’occasion de porter de nouvelles atteintes au droit de l'environnement. Sous la pression des lobbys, des textes ont été pris afin de permettre des procédures de concertation au rabais durant le confinement… De plus, en avril, un décret a étendu et pérennisé la faculté donnée aux préfets de déroger à certaines normes, notamment en matière de protection de l’environnement.

Par ailleurs, le confinement et l’arrêt de l’activité économique ont mis à mal de nombreuses filières, impactant fortement leur activité. Certaines d’entre elles, comme l’aviation ou le secteur automobile ont demandé à être soutenues, et ce parfois sans condition.

Pour éviter des crises plus graves dans l’avenir, il est indispensable de profiter de cette reprise pour réviser notre modèle économique, en favorisant la transition des entreprises les plus impactantes. Soutenir de manière inconditionnelle des entreprises dont l’impact environnemental est avéré et leur permettre de relancer leur activité sans remettre en cause leur modèle est tout bonnement impensable, et c’est pourtant ce qui risque de se passer si nous n’agissons pas.

Quel monde d’après ?

Dans le contexte très difficile de la sortie de crise, de nombreux risques sociaux vont se multiplier pour nos concitoyens : non-recours aux soins, difficultés pour se nourrir, payer son loyer, rembourser des prêts, difficultés de nombreuses entreprises qui vont occasionner des pertes d’emploi ou l'accroissement de la précarité, des baisses de revenus.

Mais soutenir l’économie ne doit pas signifier mettre les ambitions climatiques ou la protection de la biodiversité de côté. Jouer des objectifs de court terme contre des enjeux de long terme, non moins importants, serait faire courir des risques majeurs à notre société. Présenté le 11 décembre 2019, le Pacte Vert pour l’Europe se révèle ambitieux, mais, tout comme les engagements environnementaux de la France, il ne doit pas être retardé, ajourné ou dénaturé sous de faux prétextes.

La situation réclame au contraire une profonde transformation sociale, écologique, économique et démocratique. Les plans de sauvetage et de soutien représentent des opportunités de décarboner nos économies, en fondant enfin nos objectifs sur la réalité des enjeux climatiques, non sur des courbes de PIB ou de consommation déconnectées de leur impact environnemental.

Une seule santé

L’initiative « One Health » a émergé au début des années 2000 : elle promeut une approche de la santé qui considère les domaines de la santé publique, animale et environnementale comme connectés et intégrés. Afin d’anticiper et interrompre les processus permettant l’émergence de pandémies comme le Covid-19, cette conception de la santé doit être intégrée dans les politiques publiques.

Par ailleurs, la crise actuelle a entrainé l’utilisation excessive et souvent irraisonnée de produits nettoyants virucides ou biocides et non exempts de perturbateurs endocriniens, qui dégradent autant l’environnement que la santé humaine. En voulant réduire l’exposition à la pandémie, le risque est grand d’aggraver certaines maladies chroniques. Par ailleurs, de nombreuses maladies chroniques peuvent avoir des causes environnementales : alimentation ultra-transformée, pollution de l’air, sédentarité... Il est donc urgent d’axer nos politiques de santé sur la prévention et d’agir sur ces différents facteurs.

Chercher des solutions fondées sur la nature

La corrélation entre cette pandémie et les atteintes à la biodiversité est désormais avérée. Il est crucial de protéger les espèces sauvages, tout en limitant leurs contacts avec les populations humaines ou d’animaux d’élevage. Cela passe par la lutte contre les trafics illégaux et le développement les aires protégées.

Remettre plus de nature dans nos territoires et limiter l’artificialisation serait un autre gage de santé de long terme : des études[3] ont montré l’impact positif des espaces naturels sur la santé. Ils diminueraient la fréquence de plusieurs maladies chroniques. Ils auraient également un impact positif sur le stress, l’isolement social et sur l’exposition au bruit et à la pollution atmosphérique. Ils participent également au développement et au maintien de la biodiversité. C’est tout l’objet du projet fédéral de France Nature Environnement pour l’année 2020 de mettre en avant auprès des élus les bénéfices des Solutions Fondées sur la Nature.


[3] Urban green spaces and health - a review of evidence (2016) - OMS

Mieux gérer nos ressources

Notre gestion des ressources pendant la crise démontre la nécessité d’une transition vers une logique de long-terme. France Nature Environnement plaide pour la mise en place de modèles d’économie circulaire mettant l’accent sur la sobriété et la proximité. L’enjeu est d’inverser la tendance, en mettant en avant une économie de la fonctionnalité, qui amène les entreprises à orienter leur R&D dans des directions plus respectueuses de l’environnement. Dans le secteur de la santé notamment, il faudra éviter la surconsommation et le mésusage des Equipements de Protection Individuels et conduire à une utilisation plus rationnelle de l'usage unique (masques, gants, contenants gels).

La gestion des ressources renouvelables, comme l’eau ou le bois, est également traversée par des impératifs similaires. Dans le cas de l’eau, il devient essentiel d’adapter nos usages à la quantité d’eau disponible, l’inverse ne pouvant conduire qu’à une impasse. Il en va de la responsabilité de tous d’éviter d’inutiles pollutions et gaspillages, pour assurer les besoins en eau des territoires dans l’avenir et anticiper des périodes de sécheresses.

Transports : une nécessaire transition

On l’a vu, la question des transports est étroitement liée à celle de la santé, en particulier car notre modèle économique et fiscal encourage des modes de transports impactant sur la qualité de l’air. Pendant le confinement, il a pu être constaté une baisse drastique de la pollution avec l’arrêt d’une très grande partie de la circulation routière et du transport maritime. La reprise doit être l’occasion de promouvoir des mobilités alternatives à la voiture pour les particuliers et aux camions pour les marchandises, mais aussi de conditionner les aides aux secteurs les plus polluants, comme le transport aérien, ou encore d’orienter les aides en priorité à l’entretien du réseau ferroviaire du quotidien.

Promouvoir la recherche et l’éducation à la santé environnementale

Développer la recherche pour comprendre les causes de l’émergence des nouvelles pandémies et les prévenir est un impératif. La santé environnementale est un domaine en rapide évolution, qui entrecroise de nombreux sujets sanitaires d’actualité et permet une meilleure compréhension des enjeux environnementaux. Ce sujet, tout comme l’écologie, doit être davantage pris en compte dans le secteur éducatif. Il nous faut également mieux comprendre les mécanismes écologiques qui prévalent à la fonctionnalité et à la résilience des écosystèmes : accorder plus de moyens à la recherche dans ce secteur est donc indispensable.

Ne nous y trompons pas, la crise du Covid-19 est un symptôme de la crise écologique, et doit être une nouvelle alarme sur l’urgence d’agir pour le résorber. Il s’agit d’une opportunité d’aller de l’avant, pour bâtir une société plus résiliente et nous prémunir contre les catastrophes à venir.

Dossier paru dans la Lettre du Hérisson n°271

Crédit photo : Morning Brew, Natalie Ng, Claudio Schwarz Purzlbaum, Shane McLendon, Javier Allegue Barros, Bernard Hermant, Pat Whelen, Markys Spiske - Unsplash
Faire un don