Droit & Démocratie

Climat : nos parlementaires hésitent, rassurons-les !

L'urgence climatique fait aujourd'hui descendre dans les rues des milliers de Français. Pour cause : demain démarreront à l'Assemblée Nationale les débats autour du projet de loi Climat et Résilience, dont les mesures paraissent dérisoires en comparaison aux enjeux. Nos parlementaires hésitent ? Donnons-leur de courage de prendre des mesures fortes pour préserver le climat. Rappelons-leur que c'est ce que nous voulons. Tribune d'Arnaud Schwartz, président de France Nature Environnement.

Lire la tribune sur le site d'Alternatives Economiques

Comme déjà plusieurs milliers de citoyen·nes français·es, j’ai utilisé l’outil mis en place par France Nature Environnement pour écrire à chaque député et l’encourager à muscler sérieusement le projet de loi Climat et Résilience pour le rendre vraiment efficace.

J’ai reçu une réponse très rapide du parlementaire de ma circonscription. Un bon point. Sur le fond, par contre, cela restait vague. J’ai réécrit pour remercier pour la réponse et, aussi, demander des précisions et notamment quels amendements précis mon député voterait. Je n’ai pas de réponse au moment où j’écris ces lignes.

Nous sommes donc plusieurs milliers dans ce cas. Qui s’ajoutent aux 150 citoyens de la Convention Climat dont les propositions ont été reprises à travers 100 filtres. L’expérience de la Convention Citoyenne pour le Climat est éclairante pour saisir l’urgence écologique. Vous prenez au hasard 150 citoyen·nes tiré·es au sort dans les différentes catégories de population, les faites plancher 6 mois durant sur les questions de climat et vous les transformez en écologistes convaincus, avec une liste très large de mesures à prendre immédiatement pour sauver le futur de nos enfants.

Ils ne sont pas entendus.

La question se pose donc : qui, les parlementaires, nos représentant·es, écoutent-ils ? Entendent-ils ?

La question du changement climatique n’est pas neuve. Elle a abondamment été traitée par les scientifiques. Le consensus est établi. Les scientifiques du monde entier connaissent les causes, maîtrisent de mieux en mieux les mécanismes, et sont capables de prévoir une bonne partie des conséquences du changement climatique. Quiconque les écoute est forcément saisi du sentiment d’urgence devant la catastrophe annoncée, et encore pourtant évitable, si on agit très, très vite.

Mais nos parlementaires hésitent.

Le gouvernement a fait évaluer l’efficacité de sa politique environnementale par un cabinet de conseil international, le Boston Consulting Group (BCG). Que dit ce rapport ? Pour arriver à une baisse de 40% de nos émissions d’équivalent CO2, il faudrait les baisser de 107 millions de tonnes par an. Les mesures prises pendant ce quinquennat permettraient une « baisse probable » de 21 millions de tonnes par an. Un cinquième de l’objectif. Autrement dit, objectif raté à 80%. Dans toute organisation, cela entraînerait un branle-bas de combat, une mobilisation générale, une remise à plat des décisions, la recherche de nouvelles idées et d’une nouvelle forme d’efficacité.

Mais nos parlementaires hésitent.

Météo-France sort une étude sur l’évolution du climat en France. Nous sommes sur une trajectoire à +4°C d’ici la fin du siècle. Décryptons le +4°C : grosso modo, les enfants qui sont aujourd’hui à la maternelle connaîtront dans leur vie, en France, un climat qui ressemble aujourd’hui à celui du sud de la Tunisie. Dans le sud de la Tunisie, il n’y a pas grand-chose qui pousse. +4°C, c’est la fin de l’agriculture en France, c’est la fin de nos traditions viticoles centenaires, c'est la fin de nos forêts… c’est la fin, vraiment, de beaucoup de choses. Les amoureux de notre patrimoine gastronomique, les amoureux de notre savoir-faire agricole et viticole, ou tout simplement les parents et grands-parents qui souhaitent à leurs enfants et petits-enfants de pouvoir manger à leur faim tout au long de leur vie commencent à s’affoler.

Mais nos parlementaires hésitent.

A Francfort, dans les gratte-ciels de la Banque Centrale Européenne, on fait les comptes. C’est le rôle des banquiers. Et on se demande combien ça va nous coûter cette affaire – le changement climatique. On sort les calculatrices, on fait tourner les tableurs et on regarde : combien cela coûte-t-il de ne rien faire, en termes de catastrophes naturelles, de faillites d’entreprises, de coûts d’adaptation. En face, combien cela coûterait-il de prendre les mesures pour maintenant, tout de suite, faire en sorte de limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C. Dans les deux cas, cela va coûter cher, très cher. Mais selon nos banquiers centraux, ne rien faire coûtera beaucoup, mais vraiment beaucoup plus cher que s’attaquer au problème, là, maintenant, le plus rapidement possible. Nos banquiers sont des gens réalistes : ils demandent qu’on agisse tout de suite et efficacement contre le réchauffement climatique.

Mais nos parlementaires hésitent.

Les sondages et enquêtes d’opinion se suivent et se ressemblent. Entre deux tiers et trois quarts des Français·es font du réchauffement climatique une priorité absolue, et demandent des mesures fortes. Dans un pays démocratique, un·e élu·e se préoccupe de l’opinion publique parce que c'est sa mission, mais aussi car c’est sa réélection qui est en jeu.

Mais nos parlementaires hésitent.

Alors que faire ? Continuer à s’exprimer, à parler, de plus en plus fort.

Soyons honnêtes : c’est difficile pour nos parlementaires. La situation demande des mesures radicales, un changement de société, des modes de production et de consommation plus sobres, un changement d’imaginaire même. C’est vertigineux. On peut comprendre que certain·es s’enferment dans les ors de la République, enfilent leurs bouchons d’oreilles et veuillent faire le dos rond. Alors, c’est à nous, simples citoyen·nes de les secouer – gentiment –, de crier tellement fort que le son de nos voix transpercera les murailles du Palais Bourbon et leurs bouchons d’oreille, que nous pourrons leur donner le courage de se mettre à la hauteur de l’enjeu historique qu’ils doivent relever. L’espoir est minime mais il est là et il grandira à mesure que nous serons de plus en plus nombreux à nous faire entendre.

Oui, sortons dans la rue pour les Marches pour le Climat, oui, continuons à inonder les boites courriels des parlementaires de nos demandes. Oui, écrivons ! Marchons ! Interpellons ! Exigeons des réponses ! C’est notre avenir, vraiment, qui se joue.

Arnaud Schwartz, président de France Nature Environnement

J'interpelle mon ou ma député·e

Par FNE
Le vendredi 26 mars 2021
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don