Actualité
Biodiversité Biodiversité

Consultation publique : Arrêtons l'arrêté autorisant des tirs contre 6 loups supplémentaires

Publié le 12 février 2016

Loups : jusqu'au 4 mars 2016, vous pouvez participer à la consultation électronique du public sur l'arrêté autorisant la destruction de 6 loups supplémentaires. France Nature Environnement s'oppose fermement à cet arrêté qui porterait de 36 à 42 le nombre de loups détruits dans la période 2015-2016. Participez et partagez cette consultation publique afin de faire entendre la voix de la biodiversité au ministère de l'Environnement.

Comment faire ?

Jusqu'au 4 mars 2016, rendez-vous sur la page du Ministère de l’environnement dédiée à la consultation publique sur un "projet d’arrêté fixant un nombre supplémentaire de spécimens de loups dont la destruction pourra être autorisée pour la période 2015-2016"

Une fois sur la page, vous pouvez exprimer votre avis en laissant un commentaire. Ci-dessous, les arguments que nous avons présentés dans notre participation : vous pouvez vous en inspirer, mais aussi faire largement circuler la consultation publique. Attention, les copier-coller identiques sont considérés comme une seule et même réponse : il vous faut personnaliser votre retour. Merci d'avance de votre mobilisation.

Consultation publique, notre message : refusons un nouvel arrêté contre le loup

Mardi 9 février 2016, le Conseil National de Protection de la Nature a donné, à une très forte majorité, un avis défavorable à la prise de cet arrêté.

Je demande à ce que les ministres concernés suivent cet avis. Cela pour plusieurs raisons :

  • le fait même d'envisager que le plafond de destruction puisse être révisé en cours de saison alors que l'établissement du plafond initial était en principe basé sur des données scientifiques enlève toute crédibilité à l'établissement d'un plafond "maximum" pour la saison
  • la manière dont les autorisations de destruction du loup ont été accordées ces derniers mois, y compris dans des secteurs où les troupeaux n'étaient plus dehors, constitue une faute lourde de l'Etat et de la préfecture coordinatrice. Alors que des loups ont ainsi été tués alors que la preuve que "toute autre méthode de prévention se révèle inadaptée ou insuffisante" n'était pas apportée, il n'est pas responsable de la part de l'Etat de projeter ensuite une augmentation des autorisations de destruction.
  • en l'absence d'éléments démontrant l'efficacité préventive de ces abattages massifs, et alors même qu'une étude italienne récente conduite sur huit années démontrent que les meutes stables et structurées consomment préférentiellement des proies sauvages alors que les individus isolés et erratiques s'attaquent en priorité à des animaux domestiques,  l'Etat ne vise pas des objectifs scientifiques ou techniques mais fait de la destruction de loups une réponse "politique" à une situation face à laquelle il n'assume ni ses responsabilités en matière de gestion d'une espèce protégée ni une approche globale et équilibrée.
  • d'après les services gouvernementaux, le plafond maximal de 36 loups était fixé sur la base d’éléments scientifiques tendant à démontrer qu’avec ce plafond, le bon état de conservation du loup n’était pas remis en cause selon les graphiques fournis ; mais sur la base des mêmes éléments, on constate qu’en passant de 36+6 = 42 loups, sans compter plusieurs individus dont l'origine de la mortalité n'est pas encore déterminée, les risques que l’espèce régresse ou stagne s’élèvent autour de 73 %, ce qui dans tous les cas de figure représente de la part de la France un manquement à l’obligation communautaire de protection et de maintien dans un état de conservation favorable
  • l'Etat projette d'augmenter le nombre d'autorisations de destructions sans avoir établi un bilan de l'impact de la mort des individus déjà abattus, ni au regard des dommages ni au regard de la situation de la population lupine, alors que ces abattages risquent d'entraîner pour la seconde année consécutive une perspective démographique défavorable de la population.
  • enfin, seul un portage politique assumé par l'Etat d'une nécessaire logique de compromis sera de nature à créer les conditions de la coexistence loup / homme : c'est vers cela que l'Etat doit s'engager, et non s'enferrer dans une gestion "politique" de court terme qui ne solutionne pas les problème des éleveurs tout en menaçant la viabilité de l'espèce dans des territoires où, à l'instar d'une grande partie d'autres Etats européens, elle a sa place.

Rejoignez-nous sur

Pour aller plus loin

Communiqué de presse
bandol_éclairage nocturne
Biodiversité Biodiversité

Le jour sans fin : près de 1600 éclairages illégaux recensés

Publié le 9 octobre 2021
1592, c’est le nombre d’éclairages illégaux recensés par le mouvement France Nature...
Actualité
vanneau huppé
Biodiversité Biodiversité

Contre les « chasses traditionnelles » des oiseaux : participez à la consultation

Publié le 17 septembre 2021
Le ministère de la transition écologique a ouvert plusieurs consultations publiques concernant...
Communiqué de presse
uicn stand fne
Biodiversité Biodiversité

Congrès Mondial de la Nature : espoirs et déceptions

Publié le 10 septembre 2021
Alors que s’achève le Congrès Mondial de la Nature de l’UICN (Union Internationale de la...
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Tribune. Appel de Marseille : Aidons la nature à nous aider !

Publié le 8 septembre 2021
A l’occasion du Congrès Mondial de l’Union Internationale de la Conservation de la Nature (UICN...