Actualité
Biodiversité Biodiversité

Loup : mobilisez-vous contre des mesures inacceptables !

Publié le 17 janvier 2018

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a lancé jusqu’au 29 janvier 2018 une consultation du public sur la gestion de la présence du loup pour les années à venir et sur l’organisation et le nombre de tirs. France Nature Environnement vous invite à y participer massivement pour dire votre opposition aux mesures inacceptables proposées  : elles n’ouvrent pas la voie à la coexistence entre le prédateur et les activités humaines.

Sur quoi porte cette consultation ?

Elle porte sur le projet de plan d’action national sur le loup et les activités d’élevage qui fixe les axes d’actions que l’État mettra en place d’ici 2023. Son contenu est donc déterminant car il définit les mesures qui seront mises en place pour la gestion de la présence du loup vis-à-vis de l’élevage.

La consultation concerne aussi deux projets d’arrêtés : celui qui fixe les conditions pour l’autorisation de tirs du loup et celui qui fixe le nombre de loups dont la destruction pourra être annuellement autorisée.

Pourquoi est-il nécessaire de s’exprimer ?

Plusieurs instances scientifiques saisies par l’État ont indiqué que la gestion du loup basée uniquement sur les tirs de destruction n’apporte pas de solution pérenne pour réduire les attaques sur les troupeaux. Saisi par les associations de protection de la nature, dont France Nature Environnement, la justice a quant à elle annulé des dispositions réglementaires qui dévoyaient les tirs d’un objectif de protection contre la prédation vers une politique de régulation.

Malgré ces éclairages, avec ces projets de plan d’action et d’arrêtés, l’État montre qu’il est dans une position défensive, et au lieu d’assumer un objectif de coexistence, va jusqu’à accepter les demandes des organisations professionnelles agricoles qui sortent du cadre légal et juridique. L’État n’a ni le courage de rappeler le cadre de la loi, ni celui d’affirmer qu’il est nécessaire que l’élevage s’adapte à la présence de cette espèce protégée. C’est pourquoi les orientations du Plan d’actions national sont déséquilibrées, et les dispositions des projets d’arrêtés non acceptables.

Comment faire pour dire votre désaccord ?

Jusqu’au 29 janvier 2018, laissez un commentaire sur les pages des deux consultations : celle sur le plan d’actions national pour le loup et les activités d’élevage et l’autre consacrée aux projets d’arrêtés organisant les tirs.

Une fois sur ces pages, vous pouvez exprimer votre avis en laissant un commentaire. Ci-après, vous pourrez trouver quelques arguments que nous défendons : vous pouvez vous en inspirer, mais attention, les copier-coller identiques sont considérés comme une seule et même réponse. Il est donc plus utile de personnaliser votre réponse.

Merci d’avance de votre démarche en faveur du loup et n’oubliez pas de faire largement circuler cet appel à mobilisation.

Quelques éléments de réponse sur le plan d’actions national sur le loup et les activités d’élevage

Pour participer à la consultation concernant le plan d’actions national sur le loup et les activités d’élevage, laissez un commentaire personnalisé jusqu’au 29 janvier sur la page de la consultation.

Je m’exprime sur le plan d’actions national sur le loup et les activités d’élevage

Les arguments défendus par France Nature Environnement sur le plan d’actions national sur le loup et les activités d’élevage

Si ce projet de plan d’actions présente des avancées, plusieurs de ses orientations ne sont pas acceptables. Il privilégie les tirs du loups comme solution pour abaisser le nombre d’attaques, répondant en réalité au but poursuivi et assumé par les organisation professionnelles agricoles, à savoir faire régresser la population de loups et la contenir spatialement :

  • assouplissement accru des conditions d’autorisation de tirs du loup
  • certaines autorisations de tir ne sont pas conditionnées à la mise en place effective des moyens de protection
  • la vérification et la certification par les préfets de l’état de protection des troupeaux pour lesquels des autorisations de tirs sont donnés n’est pas exigée
  • si les indemnisations des dégâts du loup sont dorénavant conditionnées à la mise en place effective des moyens de protection, le cadre prévu est trop restrictif pour une mise en œuvre effective de cette disposition
  • le tir d’effarouchement est considéré comme une solution annexe alors qu’il peut avoir plus d’efficacité que le tir létal car il permet d’inculquer au loup un réflexe d’évitement des troupeaux.

Donnez votre avis sur le plan d’actions national sur le loup et les activités d’élevage

Quelques éléments de réponse sur les arrêtés concernant les tirs sur le loup

Pour participer à la consultation concernant les tirs du loup, laissez un commentaire jusqu’au 29 janvier sur la page de la consultation.

Je m’exprime sur les tirs

Les arguments défendus par France Nature Environnement sur le projet d’arrêté fixant les conditions et les limites dans lesquelles le loup peut être abattu

Son contenu est déterminant car il réglemente les conditions et les limites dans lesquelles les effarouchements et les destructions du loup peuvent être autorisés par les préfets. De nombreux points sont inacceptables :

  • jusqu’à présent, les tirs du loup étaient suspendus entre le 1er mars et le 30 avril pour ne pas perturber la reproduction de l’espèce. Cette suspension a été retirée ce qui fait que le loup pourra être abattu en période de reproduction et d’élevage des petits
  • le tir de défense simple avec une arme létale est autorisé pour une durée de 5 ans, sans aucune condition d’attaque ou de dommage, alors que la loi conditionne ces tirs à l’existence de dommages importants
  • le tir de défense renforcé, qui a contribué à abattre le plus de loups les années précédentes, est dorénavant autorisé pour une durée de 3 ans, indépendamment de l’existence d’attaque sur le troupeau concerné, ce qui ne respecte pas non plus les conditions pour déroger à la protection du loup
  • les tirs de prélèvements renforcés sont autorisés alors que les troupeaux ne sont plus exposés au risque de prédation du loup, par exemple lorsque les troupeaux ne sont plus à l’extérieur ou sont redescendus des alpages
  • sur les fronts de colonisation, dans des secteurs dont le préfet arrêtera qu’ils sont «difficilement protégeables du fait des modes de conduites des troupeaux domestiques», des tirs de destruction du loup sont autorisés sans mise en place préalable d’aucun moyen de protection. Ceci revient à autoriser des tirs du loup sans aucune mesure d’effarouchement ou de protection, et donc d’autoriser sans condition l’abattage d’une espèce protégée, ce qui encore une fois excède les possibilités dérogatoires.

Les arguments défendus par France Nature Environnement sur le projet d’arrêté fixant le nombre maximum de spécimens de loup dont la destruction pourra être autorisés chaque année

En cours d’année, le plafond défini à 10 % de l’effectif moyen de loups présent peut être relevé de 2 % pour des tirs de défense simple ou renforcée si le plafond de 10 % est atteint avant la fin de l’année : ceci ne respecte pas les préconisations de l’expertise scientifique diligentée par l’Etat lui-même, qui définit la nécessité de ne pas dépasser ce taux de 10 %.

Pire encore, en cas de situation « exceptionnelle », les tirs de défense simple peuvent être autorisés au-delà du plafond fixé annuellement. Sans définition de ce qui est entendu par « situation exceptionnelle », sans nombre limitatif de ce dépassement, les tirs de défense simple qui peuvent conduire à la destruction de loup (9 cas sur les 6 derniers mois), cette disposition revient à établir par arrêté qu’il n’y a tout simplement plus de plafond annuel maximal de tir !  L’Etat abandonne le moyen le plus objectif et mesurable de garantir à terme la viabilité de l’espèce. Cette disposition, introduite au dernier moment et jamais évoquée dans les instances consultatives, doit être abandonnée car non conforme aux engagements de notre pays.

Donnez votre avis sur les deux projets d’arrêtés concernant les tirs

© Photographie : Christophe Froidefond

Pour aller plus loin

Communiqué de presse
Les locaux de France Nature Environnement Haute-Savoie ont une nouvelle fois été la cible d'actes de vandalisme
Biodiversité Biodiversité

Les locaux de France Nature Environnement une nouvelle fois vandalisés

Publié le 23 mai 2022
Dans la nuit de dimanche à lundi, les locaux abritant les bureaux de France Nature…
Communiqué de presse
30 ans de la Directive Habitats-Faune-Flore, France Nature Environnement fait le bilan
Biodiversité Biodiversité

30 ans de la Directive Habitats-Faune-Flore : on fait le bilan

Publié le 20 mai 2022
La directive européenne « Habitats-Faune-Flore » qui a posé les fondements juridiques de la…
Actualité
bouquetin_bargy
Biodiversité Biodiversité

Victoire : l'abattage des bouquetins du Bargy est suspendu !

Publié le 19 mai 2022
Excellente nouvelle pour les bouquetins du massif du Bargy ! Grâce au recours en justice de…
Actualité
Mare
Biodiversité Biodiversité

Fête des mares 2022 : découvrez leur richesse

Publié le 17 mai 2022
Chaque année, le printemps est l’occasion de célébrer les mares et toute leur biodiversité…