Actualités

Lettre ouverte : Pour une réorientation du Plan Stratégique National de la PAC

A l'occasion d'un déplacement d'Emmanuel Macron à la 7e édition des rencontres Terres de Jim organisée par le syndicat des Jeunes Agriculteurs, 28 organisations paysannes, de protection de l’environnement, de solidarité et de consommateurs ont adressé ce jour un courrier au Président de la République lui demandant de traduire en action dans la PAC la promesse faite vendredi dernier lors du congrès mondial de l’UICN pour une sortie accélérée des pesticides.

Monsieur le Président de la République française,

Vendredi dernier, à l’occasion du Congrès mondial de la nature de l’UICN, vous vous êtes engagé à porter une initiative de sortie accélérée des pesticides dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne. Cet engagement est nouveau et ne pourra être ambitieux qu’à la condition d’être traduit par des actions extrêmement concrètes dans les prochaines semaines.

Si l'annonce d'une sortie complète est inédite, elle s'ajoute à une série d'engagements à réduire drastiquement l'utilisation des pesticides, pris par tous les gouvernements depuis 2008 et le Grenelle de l'environnement. Or, malgré quelques infléchissements de courbes, la France a systématiquement échoué à atteindre ses objectifs et la dynamique d'usage reste élevée : +13 % entre les périodes 2009-2011 et 2017-2019. Au-delà de l'engagement, il est donc indispensable d'identifier les causes des échecs précédents et de ne pas les reproduire.

Cet écart entre les objectifs fixés et les résultats atteints provient d'incohérences de nos po- litiques publiques actuelles et de l'échec des choix réalisés dans les précédentes PAC. Le diagnostic PSN du gouvernement reconnaît que les aides de la PAC ont accompagné l'intensification des modes de production agricole et ses impacts négatifs sur la biodiversité. Si les objectifs existent, l'argent public n'est toujours pas fléché vers l'atteinte de ceux-ci. En France, malgré 23,2 milliards d’euros d’argent public versés annuellement aux acteurs agricoles et de l’alimentation, moins de 1% ont un impact avéré sur la réduction de l’emploi des pesticides. Tant que l'essentiel des financements publics participera à maintenir le système en place, nous ne pourrons pas respecter nos engagements.

De même, le bilan politique des 5 dernières années concernant la biodiversité et notam- ment les effets des pesticides sur celle-ci nous préoccupe grandement. En effet, le double rétropédalage sur le glyphosate et les néonicotinoïdes sont des reculs inacceptables dans un contexte d’effondrement sans précédent de la biodiversité sur les 30 dernières années. Près de 80 % de la biomasse des insectes volants a disparu en Europe en moins de 30 ans. En France, un tiers de la population d’oiseaux a disparu des zones rurales au cours des 15 dernières années. Et les pesticides ont une responsabilité majeure dans ce déclin, comme l’a rappelé  l’IPBES  dans  son  rapport  de  2019.  A  quelques  mois  de  la  fin  de  votre  mandat,  nous regrettons que la France ne respecte pas ses objectifs de réduction d’utilisation des pesticides fixés dans le plan Ecophyto, tout comme elle n’atteint pas ses objectifs en matière de surfaces agricoles cultivées en agriculture biologique (le ministre a reconnu que l’objectif de 15 % de la surface agricole utilisée en bio ne serait pas atteint en 2022).

Ces faits doivent nous faire réagir. En plein Congrès pour la nature, l’heure est aux actes, à la transformation des politiques publiques. Pour le secteur agricole, une politique publique est plus structurante que toutes les autres : c’est la Politique Agricole Commune, qui représente 9 milliards d’euros par an en France, soit 47 % des financements publics aux acteurs agricoles et de l’alimentation. Accoler de nouveaux outils tels que le plan d’investissement France 2030 ne changera pas la donne si la PAC n’est pas transformée en profondeur.

Actuellement, en France, moins de 2 % des financements de la PAC ont un impact avéré sur la réduction de l’emploi des pesticides. Ces financements sont constitués essentiellement des aides à l’agriculture biologique et de certaines mesures agroenvironnementales et climatiques. Dans son rapport « Biodiversité des terres agricoles » (2020), la Cour des Comptes européenne conclut que les mesures des précédentes PAC n’ont pas permis d’enrayer le déclin de la biodiversité. Il nous faut donc éviter de reproduire les erreurs du passé.

Or la nouvelle PAC et sa déclinaison française échouent à mettre en cohérence les objectifs et les moyens. Ce qui est actuellement proposé est essentiellement un statu quo, donc la répétition des erreurs faites dans les précédentes PAC. En effet, les arbitrages finaux sur la déclinaison française de la Politique Agricole Commune qui ont été présentés en juillet ne reconnaissent et ne rémunèrent pas les systèmes qui rendent des services d’intérêt général à la société et encore moins en proportion de leur performance. Par exemple, le niveau d’aide environnementale prévu est le même que l’on soit en agriculture biologique ou en haute va- leur environnementale (HVE, certification qui autorise l’utilisation des pesticides de synthèse et dont l’évaluation par l’OFB a conclu qu’elle ne présentait aucun bénéfice environnemental dans la plupart des cas).

Par ailleurs, le ministre défend sa volonté d'avoir un éco-régime accessible à tous alors que c'est précisément la cause identifiée comme responsable de l'échec de la précédente politique de verdissement. En effet, les bilans réalisés par les Cours des comptes française et européenne ont conclu que "les critères fixés étant remplis par la quasi-totalité des exploitants, les effets des politiques de verdissement ont été limités sinon nuls".

Nous rappelons également que le Conseil d’Etat a demandé à l’Etat de prendre des mesures supplémentaires  d’ici  au  31  mars  2022  pour  réduire  les  émissions  de  gaz  à  effet  de  serre  de 40% d’ici 2030. Le Plan Stratégique National doit faire partie des politiques publiques à revoir compte-tenu de son influence pour le climat.
 
Nous vous demandons donc solennellement, Monsieur le Président, d’appliquer dès maintenant l’engagement annoncé au Congrès en réorientant fortement le Plan Stratégique National de la PAC afin de s’assurer que les aides qu’il prévoit et notamment celles l’éco-régime rémunèrent les pratiques agricoles en proportion des bénéfices réels pour l’environnement.

Dans l’attente de votre retour, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations distinguées.

Organisations signataires :

Agir pour l’environnement, Agronomes et vétérinaires sans frontières, Bioconsomacteurs, Chrétiens dans le Monde Rural, Commerce Equitable, France Conservatoires d’espaces naturels, Eau et rivières de Bretagne, FADEAR,
Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, France Nature Environnement,
Générations Futures, Greenpeace France, Humanité et Biodiversité, ISF Agrista, Justice Pesticides, Les Ami.e.s de la Confédération Paysanne, Les Amis de la Terre France, Pollinis, Réseau Civam, Réseau Environnement Santé, Slow Food France, SOL, Terre de liens, Terre et Humanisme, UNAF

Consulter la lettre sur le site de la FNH

Par FNE
Le vendredi 10 septembre 2021
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don