Droit & Démocratie

Loi Climat & Résilience : "la question est de savoir si l'on veut piloter la transition qui nous attend"

A l'occasion d'une conférence de presse sur le Projet de loi Climat & Résilience donnée lundi 3 mai par le Réseau Action Climat, dont France Nature Environnement est membre, Arnaud Schwartz, notre président, a pris la parole pour faire le bilan et rappeler que changement climatique et inégalités sociales sont étroitement liés.

Comme vous le savez, les militants de France Nature Environnement se sont très fortement mobilisés pour engager le dialogue avec leurs députés et les encourager à améliorer sensiblement l’efficacité de ce projet de loi Climat & Résilience. Des dizaines de courriers personnalisés ont été adressés à chacun de nos députés, des appels téléphoniques ont été passés et des rendez-vous ont eu lieu, les poussant à prendre la mesure du défi collectif qui nous attend et à agir en conséquence.

Il y a eu quelques avancées, assez timides, notamment sur la forêt, qui a été incluse dans le projet de loi. C’était une de nos demandes prioritaires. Mais nous sommes encore vraiment loin du compte. Pourquoi ?

Dans les réponses qu’ont adressées certains des députés, la grande question qui nous a été posée, parfois sous forme d’argument, a été celle de l’acceptabilité sociale de nos propositions.

Il y a une grande peur de répétition du passé au sein de la majorité. Elle semble réellement vivre dans le traumatisme de la révolte des Gilets Jaunes, essentiellement née, d’après nos interlocuteurs, d’un projet de taxe carbone qu’elle n’avait pas voulue accompagner socialement… contrairement à ce que nous, organisations environnementales et solidaires de la société civile, lui proposions.

Nos députés ont tout à fait raison de poser la question de l’acceptabilité sociale. Mais ils la posent à l’envers. C’est-à-dire que la majorité actuelle voit la lutte contre le dérèglement climatique comme une contrainte imposée du haut vers le bas, et qui reproduirait les mêmes schémas de domination et d’inégalité, ce qui, effectivement, ne peut pas fonctionner.

Au contraire, cette lutte pour notre survie et celle du reste de la nature telle que nous la connaissons devrait, doit être pensée comme un levier permettant d’aller vers davantage d’égalité et de justice sociales, au niveau local, au niveau national et au niveau mondial.

Les 10% des humains les plus riches sont responsables à eux seuls de plus de la moitié des émissions cumulées de CO2. Du point de vue de la justice sociale, on voit bien où sont les principaux gisements d’économies d’émissions de CO2 ! Inégalités économiques, sociales et environnementales sont un même ensemble.

Concrètement, comment cela peut-il se traduire dans le projet de loi actuel ?

L’exemple le plus évident, c’est le logement. Des logements bien isolés, bénéficiant d’une vraie et bonne rénovation thermique, au niveau A ou B, c’est beaucoup d’économies d’énergie, donc beaucoup d’émissions de gaz à effet de serre économisées. C'est aussi un plus grand confort pour les occupants, et des dépenses en moins, ce qui est très important, en particulier pour les familles les plus modestes. C’est un acte social, à condition qu’il soit largement ouvert à toutes et tous, même les plus modestes (donc sans reste à charge pour eux) et avec des obligations strictes pour les propriétaires bailleurs.

Autre exemple parlant, celui de la nourriture, sujet essentiel lui aussi : l’accès à une alimentation saine et de proximité, et donc écologiquement vertueuse, doit être ouvert à toutes et tous… Pas un privilège social. Aujourd’hui, nous le savons, l’agriculture industrielle, très fortement subventionnée, produit des aliments peu chers, mais de faible qualité nutritionnelle, avec des impacts en termes de climat, de biodiversité, d’emploi désastreux. Nous demandons vraiment une réorientation de la politique agricole et nutritionnelle française pour rendre abordable l’accès aux produits issus d’une agroécologie paysanne et de proximité.

Mais cela doit aller encore plus loin. Il faut réduire drastiquement l’empreinte carbone des Français dans son ensemble. Or, la face cachée de cette empreinte, ce sont les émissions importées, c’est-à-dire les émissions de gaz à effet de serre générées par la production à l’étranger de biens et de services consommés en France. Ces émissions importées représentent, selon un rapport du Haut Conseil pour le Climat, 60% de l’empreinte carbone des Françaises et des Français. Ces émissions sont directement liées à notre consommation, et donc une fois encore, liées avec les inégalités sociales : les personnes au plus fort pouvoir d’achat, et en particulier celles sensibles à la publicité, ont une empreinte carbone mécaniquement beaucoup plus élevée. Cet aspect n’est pas du tout abordé dans le projet de loi Climat Résilience. Le volet publicité y est très insuffisant, et il est portant fondamental : comment réduire l’empreinte carbone réelle des Françaises et Français ? Comment réduire cette inégalité foncière qui fait qu’aujourd’hui, c’est le pouvoir d’achat qui détermine l’empreinte carbone des individus ? Comment faire en sorte que la capacité d’émettre du carbone ne soit plus indexée sur les revenus ? C’est une question essentielle qui n’est pas du tout abordée.

Généralement, à ce point de la discussion, arrivent les qualificatifs de khmers verts et autres du même style. On nous explique que nos propositions sont utopiques et qu’elles ne tiennent pas compte des réalités économiques. Alors justement, écoutons ce qu’ont à dire les économistes.

L’étude de référence, c’est celle menée par l’Institute for Policy Integrity de la faculté de droit de l’Université de New York. Elle interroge à intervalles réguliers l’ensemble des économistes dans le monde ayant publié des articles traitant du changement climatique. Dans leur dernière livraison, qui date du 30 mars dernier, 738 économistes du monde entier ont donc répondu, c’est un record. 74% d'entre eux ont indiqué que des mesures urgentes et drastiques étaient nécessaires pour lutter contre le dérèglement climatique. Ils n’étaient que 50% à le penser il y a 5 ans. Il y a consensus pour dire que la lutte sérieuse contre le dérèglement climatique va coûter très cher, mais que l’inaction coûtera beaucoup plus : 1 700 milliards de dollars par an dès 2025 et plus de 30 000 milliards de dollars par an en 2075.

L’autre enseignement de cette étude, c’est que le dérèglement climatique va creuser les inégalités sociales : 70% de ces économistes en sont persuadés. Lutter contre le réchauffement climatique est donc un moyen de lutter contre l’aggravation des inégalités sociales et lutter contre les inégalités sociales est un levier essentiel pour lutter contre le dérèglement climatique.

Ce sera difficile. Ce sera même sans doute douloureux. Mais la question n’est pas là. La question est celle de savoir si l’on veut essayer de piloter cette transition qui nous attend, en faisant le maximum pour à la fois réduire l’ampleur du dérèglement climatique et son impact social, ou si on laisse faire, afin de permettre aux plus riches de jouir jusqu’au bout de leurs privilèges, avant le grand saut dans l’inconnu.

Arnaud Schwartz, Président de France Nature Environnement

En savoir plus sur le site du Réseau Action Climat

Par FNE
Le lundi 03 mai 2021
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don