Communiqué de presse
Agriculture Agriculture
Santé Santé

Le Covid-19, un prétexte pour épandre au plus près des riverains : nous saisissons la justice

Publié le 23 avril 2020

Sous le prétexte que le Covid-19 empêcherait les consultations du public, le Gouvernement recule de nouveau en accordant des réductions supplémentaires pour épandre les pesticides à des distances encore plus faibles des habitations que celles pourtant insuffisamment protectrices imposées en décembre. Afin de protéger les riverains, nous déposons, avec 8 ONG, deux recours devant le Conseil d’Etat contre cette décision inadmissible.

Contexte : des distances d'épandage à proximité des habitations déjà très faibles

Le Gouvernement avait organisé durant l’automne 2019 une parodie de consultation nationale aboutissant à des distances d’épandage de pesticides à proximité des habitations, ridiculement faibles. Avec plusieurs organisations, nous avions alors  dénoncé et attaqué ces mesures devant le Conseil d’Etat. Mais voilà que profitant du Covid-19, le Gouvernement a adopté une instruction et communiqué sur la possibilité de réductions supplémentaires. Ces dérogations permettent de passer outre le processus de concertation à l’initiative des utilisateurs de pesticides, et l’obligation faite dans la Loi de respecter des zones sans traitement en l’absence de chartes. Chartes dont la démarche de concertation et le contenu doivent être approuvés par les préfets.

En clair, pas besoin de concertations autour de chartes, ni d’approbations préfectorales : il suffit d’un simple projet de charte pour pouvoir pulvériser des produits toxiques à des distances encore plus faibles des habitations et des riverains qui y sont confinés, et ce jusque fin juin, période durant laquelle les épandages sont nombreux.

Cette situation est d’autant plus inquiétante qu’une exposition chronique à la pollution de l’air est considérée par ATMO-France comme un facteur aggravant les conséquences d’une infection par le Covid-19. Il serait justifié, dans de telles circonstances sanitaires, d’éloigner les pulvérisations de pesticides des domiciles des riverains des zones cultivées. Malgré la forte mobilisation de collectifs, d’associations et de citoyens qui ont interpellé largement les préfets sur ce sujet depuis plusieurs jours, aucune annonce de mesures visant à éloigner les épandages n’a été faite. Au contraire, dans de nombreux cas, les distances sont fortement réduites. En témoignent les chartes proposées actuellement en Bretagne ou dans le Nord, ou encore dans les Pays de Loire dans 5 départements : Loire-Atlantique, Maine et Loire, Mayenne, Sarthe et Vendée. Des chartes ont été déposées par les syndicats agricoles, divisant les distances nationales par quasiment 2 voire 3 selon les cultures, sans concertation réelle.

Des actions juridiques indispensables

Parce que le Gouvernement refuse toujours de répondre à nos organisations sur ce sujet, que les conditions de dialogue et de participation de nos organisations ne sont pas réunies pour réellement atteindre le “mieux-vivre ensemble”, et que les Préfets font également la sourde oreille, nous avons décidé d’engager deux recours, l’un sur le fond devant le Conseil d’Etat et l’autre en référé suspension, contre :

  • L’instruction technique DGAL/SDQSPV/2020-87 du 3 février 2020 (N° NOR AGRG2003727C),
  • Le communiqué de presse « Distances de sécurité pour les traitements phytopharmaceutiques à proximité des habitations », publié le 30 mars 2020 sur le site internet du Ministère de l’agriculture,
  • La note « Eléments de mise en œuvre », dans sa 4e version du 30 mars 2020, mise en ligne sur le site internet du Ministère de l'agriculture.

Lire le dossier de presse complet

Afin de protéger la santé et les conditions de vie des citoyen.es confiné.es en milieu rural, la période actuelle commanderait que les questions de santé publique deviennent de réelles priorités. Nous entendons tout mettre en œuvre pour que soit mis fin aux mesures dérogatoires permettant aux utilisateurs de pesticides d’épandre leurs produits dangereux aux pieds des habitations avant que de réelles concertations aient lieu dans les territoires. Rappelons que les populations confinées dans ces zones sont considérées par la réglementation européenne comme des groupes vulnérables, car exposées sur le long terme à petites doses aux produits, et que les études scientifiques démontrent un risque accru de développer des pathologies lourdes du fait de ces expositions. A la justice d’entendre nos arguments ainsi que nos attentes et celles de populations fragiles concernées.

Les ONG impliquées : AMLP / Collectif de Soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest / Eau et Rivières de Bretagne / France Nature Environnement / Générations Futures / LPO / UFC-Que choisir / Union syndicale Solidaires : sont requérantes. Le Collectif Victimes des Pesticides des Hauts de France est en soutien car organisation non constituée.

Rejoignez-nous sur

Pour aller plus loin

Communiqué de presse
varenne
Agriculture Agriculture

Varenne de l’eau : 5 organisations dénoncent le modèle agricole promu par le Varenne

Publié le 20 octobre 2021
Ce mercredi 20 octobre a lieu la réunion à mi-parcours des travaux du Varenne agricole de l’eau...
Actualité
glyphosate épandage
Agriculture Agriculture

Glyphosate : mobilisons-nous pour son interdiction

Publié le 15 octobre 2021
Cela fait des années que ce combat est porté. Cela fait des années que les études scientifiques...
Actualité
cultures alternatives
Agriculture Agriculture

Agriculture, eau et biodiversité : des solutions pour produire en préservant

Publié le 8 octobre 2021
Comment concilier agriculture, eau potable et bon état des milieux naturels ? Quelles...
dossier nitrate ammonium
Dossier
Agriculture Agriculture

Nitrate d’ammonium : comment renforcer la sécurité des installations ?

Publié le 16 septembre 2021
Le 21 septembre 2001 à Toulouse, la terre a tremblé et les effets de l’explosion dévastatrice survenue sur le site de la société AZF...