Communiqués

Décharge de Limeil-Brévannes : la colline qui cache la montagne

L’évacuation médiatisée d’une montagne de déchets à Limeil-Brévannes (94) braque les projecteurs sur un cas de stockage illégal de déchets. France Nature Environnement et deux de ses associations membres, Ile-de-France Environnement et FNE Midi-Pyrénées dénoncent l’existence de dizaines d’autres sites illégaux, qui mettent en danger la santé des riverains, la qualité de l’eau, de l’air et des sols.

<br />
<div align="justify">La soci&eacute;t&eacute; LGD a re&ccedil;u une autorisation en 2002 pour exploiter un site de transit des d&eacute;chets de chantiers &agrave; Limeil-Br&eacute;vannes. Il s'est av&eacute;r&eacute; par la suite qu'elle recevait toute sorte de d&eacute;chets (d&eacute;chets organiques, plastiques, m&eacute;tal, voire des d&eacute;chets dangereux&hellip;) qui, loin de &laquo; transiter &raquo; pour une p&eacute;riode limit&eacute;e, se sont accumul&eacute;s pendant neuf ans. <br />
<br />
<strong>Limeil-Br&eacute;vannes n&rsquo;est pas un cas isol&eacute;</strong><br />
<br />
La soci&eacute;t&eacute; LGD &agrave; Limeil-Br&eacute;vannes, La soci&eacute;t&eacute; BMR et la soci&eacute;t&eacute; Pat&eacute; SAS &agrave; Villeparisis, la soci&eacute;t&eacute; Gerl&eacute;ro &agrave; Saint Alban et Bessens [1] &hellip;Cette liste n&rsquo;est pas exhaustive, les 1200 inspecteurs des installations class&eacute;es pour la protection de l&rsquo;environnement n&rsquo;&eacute;tant pas en mesure de contr&ocirc;ler les 500 000 installations class&eacute;es fran&ccedil;aises. C&rsquo;est pourquoi, les entreprises peuvent parfois continuer &agrave; exploiter une activit&eacute; sans autorisation ou avec des autorisations n&rsquo;ayant rien &agrave; voir avec la r&eacute;alit&eacute; de cette activit&eacute;.<br />
<br />
<strong>Gestion des d&eacute;chets : terril en la demeure ! </strong><br />
<br />
Le nettoyage et la d&eacute;pollution du site de LGD &agrave; Limeil-Br&eacute;vannes co&ucirc;tera environ 20 millions d&rsquo;euros aux contribuables. Lors de son d&eacute;placement sur le site, la ministre de l&rsquo;environnement, Nathalie Kosciusko-Morizet, a annonc&eacute; le renforcement des obligations de garanties financi&egrave;res en la mati&egrave;re. Si cette mesure permettrait de faire payer les exploitants et non plus les citoyens, ce qui est pr&eacute;f&eacute;rable, elle n&rsquo;emp&ecirc;chera les atteintes &agrave; l&rsquo;environnement et la mise en danger des riverains. <br />
<br />
Pour P&eacute;n&eacute;lope Vincent-Sweet, pilote du r&eacute;seau d&eacute;chets de France Nature Environnement, &laquo; <em>Aujourd&rsquo;hui, ce sont tr&egrave;s souvent les associations de protection de l&rsquo;environnement, les riverains ou les employ&eacute;s de ces soci&eacute;t&eacute;s qui jouent un r&ocirc;le d&rsquo;alerte quand les inspecteurs des installations class&eacute;es n&rsquo;ont pas les moyens de contr&ocirc;ler efficacement les installations soumises ou lorsqu&rsquo;on laisse des situations critiques perdurer. Renforcer les garanties financi&egrave;res c'est bien, mais le faire sans renforcer les moyens de contr&ocirc;le, c&rsquo;est r&eacute;soudre partiellement le probl&egrave;me.</em> &raquo; <br />
<br />
Pour Michel Riottot, pr&eacute;sident d'Ile-de-France Environnement : &laquo; <em>Ce sont les d&eacute;partements de la grande couronne francilienne qui servent d'exutoire aux d&eacute;chets industriels et commerciaux puis aux d&eacute;chets m&eacute;nagers dans les centres d'enfouissements. Rien qu'en Seine et Marne, sept nouvelles demandes de zones d'enfouissement viennent d'&ecirc;tre d&eacute;pos&eacute;es aupr&egrave;s de la pr&eacute;fecture de Melun. R&eacute;duction, r&eacute;utilisation et recyclage doivent &ecirc;tre la priorit&eacute; des priorit&eacute;s en mati&egrave;re de gestion des d&eacute;chets alors que l'enfouissement ou l&rsquo;incin&eacute;ration est la solution de facilit&eacute; et une manne financi&egrave;re pour les entreprises sp&eacute;cialis&eacute;es.</em> &raquo;<br />
<br />
Bruno Genty, pr&eacute;sident de France Nature Environnement ajoute : &laquo; <em>Une fois que l&rsquo;infraction est constat&eacute;e, les riverains et les associations attendent parfois des ann&eacute;es avant que la pr&eacute;fecture ne prenne des sanctions. La pr&eacute;fecture demande parfois une simple r&eacute;gularisation de la situation. Nous attendons une meilleure r&eacute;activit&eacute; des services de l&rsquo;Etat. Les pr&eacute;fectures ne peuvent pas s&rsquo;incliner devant le fait accompli.</em>&raquo;<br />
<br />
[1] La soci&eacute;t&eacute; <strong>BMR </strong>a d&eacute;pos&eacute; une demande d&rsquo;autorisation en 2010 pour exploiter une plateforme de traitement de d&eacute;chets v&eacute;g&eacute;taux &agrave; Villeparisis (77). En r&eacute;alit&eacute;, elle r&eacute;ceptionne des d&eacute;chets non dangereux et non inertes (bois, cartons, plastiques ferraille) sans autorisation et sans aucun encadrement en mati&egrave;re de protection des sols et des eaux. Toujours &agrave; Villeparisis, la soci&eacute;t&eacute; <strong>Pat&eacute; SAS</strong> a re&ccedil;u une autorisation en 2000 pour exploiter une station de transit de verres alors qu&rsquo;elle re&ccedil;oit notamment des verres de tubes cathodiques de t&eacute;l&eacute;viseurs, qui sont des d&eacute;chets dangereux. La soci&eacute;t&eacute; <strong>Gerlero et Fils</strong> est une entreprise de d&eacute;molition qui avait le droit de stocker temporairement des d&eacute;chets du BTP &agrave; Saint Alban (31). Un contr&ocirc;le a permis de r&eacute;v&eacute;ler qu&rsquo;elle stocke des d&eacute;chets amiant&eacute;s de mani&egrave;re totalement ill&eacute;gale. Il semble en &ecirc;tre de m&ecirc;me sur le site de l&rsquo;ancienne carri&egrave;re &agrave; Bessens (82) o&ugrave; a &eacute;t&eacute; d&eacute;tect&eacute;e la pr&eacute;sence de plusieurs types de d&eacute;chets dangereux (goudrons, d&eacute;chets amiant&eacute;s, plastiques&hellip;) stock&eacute;s &agrave; quelques m&egrave;tres de la nappe phr&eacute;atique, en toute ill&eacute;galit&eacute; aussi.<br />
<a href="/sites/default/files/com/cp_en_pdf_2/cp-190911-02.pdf"><br />
T&eacute;l&eacute;charger ce communiqu&eacute; en format PDF.</a><br />
</div>
<br />

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le lundi 19 septembre 2011
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don