Communiqués

Elections régionales et départementales : développons les voies vertes pour le « Vélotaf »

Le vélo avait déjà le vent en poupe, la pandémie de Covid-19 a accéléré le phénomène : 10% de nouveaux usagers sur l'année 2020* ! Un chiffre qui grimpe à 27% si l’on exclut les deux périodes de confinement. C’est le moment de faciliter le quotidien des cyclistes et d’encourager le vélo comme mode de déplacement du quotidien. C’est ce que proposent aujourd’hui l’Association française pour le développement des véloroutes et voies vertes (AF3V) et France Nature Environnement aux candidat.e.s aux élections régionales et départementales. Face à l’urgence climatique, les associations s’unissent et invitent les candidat.e.s à s’emparer de 10 idées d’actions concrètes pour concilier préservation de la biodiversité et développement des voies vertes, ces voies réservées aux mobilités actives comme la marche, le vélo, le roller, la trottinette… Et c’est à la fois bon pour la santé et le climat.

Objectif : un tiers des déplacements domicile-travail réalisés à vélo

Des voies lisses, durables, suffisamment larges, sécurisées et bien entretenues. Des usagers associés à leur conception. Ce sont quelques-unes des idées de bon sens que AF3V et France Nature Environnement proposent aux candidats aux élections régionales pour développer le « Vélotaf ». Pourquoi ? Parce que le secteur des transports représente la première source d’émissions de gaz à effet de serre au niveau national, et plus de la moitié d’entre elles proviennent des voitures particulières. Pour rejoindre leur lieu de travail, 30% des Françaises et Français parcourent moins de 5km et 50% parcourent moins de 9km**. Des distances aisément réalisables à vélo ou avec d'autres formes de mobilités douces, faisant du Vélotaf un puissant outil de protection du climat.

Une nouvelle habitude à prendre, qui peut être encouragée par des infrastructures sécurisées. C’est ici que les voies vertes entrent en jeu : aménagées sur d’anciennes voies ferrées ou des chemins de halage, elles permettent à leurs usagers, qu’ils soient piétons, cyclistes, ou utilisateurs d’autres engins non motorisés (trottinette, roller…), de rejoindre le cœur des agglomérations depuis la périphérie en évitant les embouteillages et en émettant zéro gaz à effet de serre !

« Les voies vertes ne sont pas uniquement des aménagements récréatifs, mais de vraies infrastructures de transport qui permettent de rejoindre son lieu de travail sans émissions de gaz à effet de serre. Avec des aménagements adaptés, un tiers de nos déplacements domicile-travail pourraient être faits en vélo, en 15 minutes ou moins et la moitié en 30 minutes ou moins », explique Pierre Hémon de l’association AF3V.

Des solutions à portée de main des candidates et candidats aux élections régionales et départementales

Le schéma national des véloroutes (SNV) est aujourd’hui réalisé à 69%. Pour l’AF3V le succès du réseau des véloroutes et voies vertes en France ne dépend pas uniquement du nombre de kilomètres réalisés mais bien, aussi, de la qualité des infrastructures. Pour encourager un usage quotidien des voies vertes, il faut soigner leur réalisation qui dépend principalement des Conseils départementaux et régionaux : c’est pourquoi France Nature Environnement soutient la campagne d’interpellation lancée par l’Association française pour le développement des véloroutes et voies vertes (AF3V) auprès de tous les candidates et candidats aux prochaines élections départementales et régionales pour que les réalisations soient plus fonctionnelles et de meilleure qualité.

« Confort de vie, santé, climat, biodiversité… il n’y a que des bonnes raisons de le faire : candidates et candidats, prenez publiquement position en faveur de 10 solutions qui permettront aux voies vertes de développer le vélotaf, c’est-à-dire de booster l’usage du vélo pour aller au travail ! », conclut Arnaud Schwartz, président de France Nature Environnement.

Les 10 solutions de l’AF3V pour développer le vélotaf grâce aux voies vertes

  1. Créer des comités d’itinéraire avec les usagers. Pour mieux prendre en compte leurs besoins en mobilité du quotidien.
  2. Employer des revêtements lisses et durables. Pour encourager les déplacements utilitaires et favoriser l'inclusion sociale.
  3. Aménager les voies vertes en enrobé plutôt qu’en stabilisé. Pour préserver l’environnement, grâce au meilleur bilan écologique de l’enrobé.
  4. Créer des corridors biologiques distincts des voies vertes. Pour sauvegarder la biodiversité le long des voies.
  5. Supprimer les barrières inadaptées et les potelets dangereux. Pour améliorer l’accessibilité universelle des voies vertes.
  6. Généraliser la priorité donnée aux piétons et aux cyclistes. Pour mieux sécuriser les intersections des voies vertes.
  7. Raccorder les voies vertes aux gares et aux stations de transports collectifs. Pour renforcer l’intermodalité et fluidifier les déplacements.
  8. Prévoir une largeur de 5 m pour les voies vertes. Pour faciliter la cohabitation entre les usagers, plus nombreux chaque année.
  9. Assurer l’entretien régulier et la maintenance hivernale des voies vertes. Pour garantir la qualité de l’infrastructure toute l’année, comme pour le réseau routier et TER.
  10. Soutenir le projet Vélo expresS porté par l’AF3V.
    Pour favoriser l’autonomie des publics précaires dans leur mobilité grâce aux voies vertes.

 

*Source : Bulletin de suivi de la fréquentation cyclable de Vélo & Territoires, en lien avec le ministère de la Transition écologique
**Source : Enquête INSEE
Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le mardi 06 avril 2021
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don