Actualité
Energie Energie

7 infos sur le réseau électrique pour briller en société

Publié le 10 décembre 2020

La transition énergétique n’est peut-être pas le sujet phare de vos soirées, et vous ne percevez pas bien le lien qu’il peut y avoir avec les lignes électriques ? Quelques connaissances sur le réseau électrique vous sauveront la mise en cas de débat improvisé ! Découvrez 7 infos bien utiles compilées par France Nature Environnement en partenariat avec RTE.

1.  Quatre acteurs se cachent probablement derrière votre prise électrique.

Il ne s’agit pas d’Omar Sy ni d’Audrey Tautou. Pourtant, quatre grands acteurs illuminent vos soirées en vous livrant… de l’électricité.

Vous reconnaîtrez facilement le nom de votre fournisseur d’électricité, tête d’affiche de vos factures : son rôle est d’acheter l’électricité sur le marché avant de vous la revendre. Vous identifierez aussi le rôle du producteur d’électricité. Mais que manque-t-il pour que votre prise ait du courant ? Le transport, aujourd’hui assuré par deux acteurs différents, en fonction du voltage.

Côté lignes à haute et très haute tension, c’est le Réseau de Transport d’Électricité, plus connu sous le nom de RTE, qui assure le voyage. Il répartit ainsi l’électricité dans les régions, se charge de la bonne gestion du réseau et assure les longues distances, sur le territoire ou même vers et en provenance des pays voisins.

Pour les trajets plus courts, sur des lignes à basse et moyenne tension, le distributeur entre en scène : Enedis dans une grande majorité des cas, à moins que votre ville ne fasse historiquement partie des rares lieux français desservis par une entreprise locale de distribution.

2. Cocorico ! La France possède le plus vaste réseau de transport d’électricité d’Europe.

Si les premières lignes électriques sont apparues en France dès le début du XXe siècle, il faudra attendre les années 1950 pour que commence le transport d’électricité sur de longues distances, avec les premières lignes électriques de grand transport au voltage de 400 kV.

Elles relient alors les Alpes (nouvellement équipées en barrages hydro-électriques) et Paris via Troyes et Dijon ou encore le Massif central et Bordeaux puis Paris. Au fil des ans, le réseau s’est densifié pour devenir aujourd’hui le plus vaste réseau européen de transport d’électricité avec environ 105 000 kilomètres de lignes.

3. Pour réussir la transition énergétique, le réseau électrique doit évoluer.

Le réseau électrique forme un vaste maillage sur l’ensemble du territoire. Observer le tracé de ses lignes, notamment à très haute tension, permet d’identifier les centres de consommation et les lieux de production, historiquement à dominante nucléaire.

Or la transition énergétique appelle au développement d’énergies renouvelables telles que l’éolien et le solaire. Pour raccorder ces nouveaux parcs, il est nécessaire de faire évoluer le maillage : renforcer le réseau existant et créer des liaisons nouvelles, généralement souterraines. Ces travaux doivent tenir compte de l’optimisation des lignes permise par les nouvelles technologies et anticiper l’évolution de la production et de la consommation afin d’éviter un surdimensionnement du réseau. Opérées pour réussir la transition énergétique, ces évolutions font l’objet de concertations nationales organisées par la Commission Perspectives Systèmes et Réseaux de RTE, de concertations régionales autour des Schémas Régionaux de Raccordement au Réseau des énergies renouvelables (S3REnR), ainsi que de concertations locales pour chaque projet d’ouvrage.

RTE a mené une vaste étude, restituée dans le Bilan prévisionnel de l’équilibre offre-demande (2017), qui explore l’alimentation de la France en électricité selon différents scénarios d’évolution de la consommation et de la production jusqu’en 2035. En 2019, le Schéma Décennal de Développement du Réseau  donne une vision complète de l’évolution du réseau jusqu’à l’horizon 2035, et une étude envisageant différents scénarios de mix électriques à l’horizon 2050 est attendue pour 2021[1].

4. Un grand renouvellement des lignes est indispensable d’ici 2030.

Si la transition énergétique pousse le réseau électrique à changer de visage, le vieillissement des lignes oblige également à des travaux. La durée de vie moyenne des lignes électriques aériennes, conditionnée par celle des câbles conducteurs, est de 85 ans. Or, en 2020, l’âge moyen des lignes est de 50 ans et beaucoup d’entre elles ont été installées après la fin de la Seconde guerre mondiale. La France pourrait donc faire face à un « mur » de renouvellement dès 2030 : des travaux urgents à réaliser dans un court laps de temps, engendrant des dépenses conséquentes. C’est pourquoi il est nécessaire de planifier et d’anticiper dès aujourd’hui ce renouvellement du réseau électrique, en l’adaptant par la même occasion aux besoins de la transition énergétique.

5. L’alimentation en énergies renouvelables n’est pas synonyme de coupures de courant.

Certaines idées reçues ont la vie dure ! Certes, le vent ne souffle pas tout le temps ; certes, l’énergie solaire n’est pas constante ; mais non, un mix électrique même fortement renouvelable ne met aucunement en péril l’alimentation en électricité du territoire, à partir du moment où le volume de production installée tient compte de l’intermittence de ces productions, et que le réseau est adapté.  

Grâce à son maillage, le réseau électrique est en mesure de faire face en permanence aux variations de la production, liées aux conditions de vent, de soleil, au moment de l’année et de la journée. Ce maillage assure une solidarité entre les territoires européens et permet de rediriger l’électricité là où on en a besoin, à tout instant. Il garantit la robustesse de l’alimentation électrique.

L’émergence des technologies de stockage électrique (batteries, « power to gas ») facilitera d’autant plus cette gestion à partir de 2030. Celles-ci permettront d’optimiser l’utilisation des énergies renouvelables en absorbant les surplus de production en dehors des temps de consommation et en les restituant aux heures où la demande est importante : un usage à analyser selon la maturité des technologies et leur impact économique et environnemental.

6. La mise en souterrain des lignes électriques est à privilégier… dans la mesure du possible.

Vous la préférez souterraine ou aérienne, votre ligne électrique ? Pour répondre à cette question, géographie et budget sont les principaux critères à prendre en compte. Pour les lignes régionales à haute tension de 63kV et 90kV, la quasi-totalité des lignes neuves sont mises en souterrain, les coûts d’investissement étant sensiblement équivalents à ceux d’une installation aérienne.

La question se complique pour les lignes à très haute tension de 225kV, qui permettent de transporter davantage d’électricité d’une région à une autre : à cette échelle, le souterrain est en moyenne 40% plus cher que l’aérien. Toutefois, la mise en souterrain reste souvent l’option la plus pertinente, notamment dans des zones urbaines ou péri-urbaines denses ou lorsque des contraintes de faisabilité technique ou environnementale entrent en jeu.

Pour les lignes à très haute tension de 400kV, transportant l’électricité sur de très longues distances ou vers l’international, l’enfouissement de nouvelles lignes pose un vrai défi technique et son coût est jusqu’à 10 fois supérieur à celui de l’aérien. Seules des liaisons souterraines à courant continu, particulièrement onéreuses, peuvent en effet relever le défi technique, comme celles qui existent sous la Manche, à l’est des Pyrénées et bientôt sous les Alpes.

7. Renforcer l’interconnexion du réseau européen est indispensable pour réussir la transition énergétique.

Au niveau européen, le réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d’électricité (ENTSO-E en anglais) a renforcé la coopération entre ses membres et organise la mise en commun des capacités de production, notamment les productions d’origine renouvelable souvent très peu chères, ainsi que l’assistance mutuelle en cas de situation perturbée dans un réseau électrique national.

Ainsi, d’ici 2030, chaque État membre devrait pouvoir transporter 15% de l’électricité qu’il produit vers un pays voisin (l’objectif est non contraignant, chaque nouvelle interconnexion est soumise à une évaluation coût bénéfice stricte). La France, connectée au reste de l’Europe à chacune de ses frontières, joue un rôle clé dans cette ambition.

Depuis septembre 2020, FNE est membre de RGI (Renewable Grid Initiative), alliance européenne d’ONG et de Gestionnaires de Réseaux de Transport œuvrant pour un développement de réseau équitable, transparent et durable permettant l’intégration des énergies renouvelables au système électrique et la décarbonation complète conformément à l'Accord de Paris.

France Nature Environnement (FNE) et le gestionnaire français du Réseau de Transport d’Électricité (RTE) dialoguent et partagent leurs points de vue sur le système électrique et son évolution dans le cadre d’un partenariat initié en 2012. Acteurs engagés dans la transition énergétique, France Nature Environnement et RTE promeuvent le développement des énergies renouvelables électriques dans un esprit de concertation active. Ils s’engagent pour faciliter la mise en œuvre des objectifs de la transition énergétique et les adaptations du réseau électrique nécessaires à leur intégration, dans le respect de l’ensemble des enjeux environnementaux.

[1] Concertations dans le cadre de Groupes de Travail de la Commission Perspectives Système et Réseau (CPSR) de RTE.

Rejoignez-nous sur

Pour aller plus loin

Actualité
cigéo - Crédit Aurélien Glabas
Climat Climat

Appel : dites NON à CIGÉO, la plus grosse poubelle nucléaire d’Europe !

Publié le 5 octobre 2021
L’État travaille depuis 30 ans sur le projet de de Centre Industriel de stockage GÉOlogique...
Actualité
transition
Climat Climat

Transition écologique : comment passer à l’acte ?

Publié le 15 septembre 2021
Même lorsqu’on est convaincu de la nécessité de la transition écologique, il n’est pas toujours...
Communiqué de presse
Mer et littoral Mer et littoral

Nouvel Eoloscope offshore : nourrir le débat pour des projets éoliens offshore exemplaires

Publié le 8 septembre 2021
A l’occasion du Congrès mondial de la Nature à Marseille, France Nature Environnement présente...
couverture eoloscope offshore
Publication
Energie Energie

Eoloscope Offshore

Publié le 3 août 2021
France Nature Environnement édite l’Eoloscope Offshore, outil de dialogue territorial, d’aide au positionnement à destination des...