larivot
Actualité
Actions en justice Actions en justice
Climat Climat

Centrale du Larivot : 3e victoire face à un projet climaticide

Publié le 19 juillet 2022

En Guyane, la centrale thermique au fioul lourd de Dégrad-des-Cannes arrive en fin de vie : pour la remplacer, EDF propose de construire une méga-centrale thermique dans une zone naturelle, le Larivot. Face à l’autorisation de ce projet détruisant une zone humide exceptionnelle de l’île de Cayenne, soumis au risque de submersion marine, à fort impact carbone et imposant la construction d’un oléoduc de 14 kilomètres dans des zones naturelles et habitées, Guyane Nature Environnement (GNE) et France Nature Environnement (FNE) agissent pour proposer une réelle alternative à ce projet cher, inutile et dangereux pour l’environnement. Un autre chemin est possible pour accomplir la transition énergétique de la Guyane et atteindre l’autonomie énergétique d’ici 2030.

Comment a commencé la mobilisation sur la centrale du Larivot?

L’obsolescence de la centrale de Dégrad-des-Cannes est connue depuis longtemps : mise en service en 1982, elle devait être arrêtée en 2007. Sa durée de vie a néanmoins été prolongée, le temps de mettre en place un nouveau projet. Si la nécessité de remplacer cette centrale ne fait aucun doute, le projet proposé est l’une des pires options. Le projet de centrale du Larivot a été mentionné dans la Programmation pluriannuelle de l’énergie de la Guyane de 2017, ce qui a attiré la vigilance des associations. Guyane Nature Environnement a alerté sur les conséquences d’un tel projet lors de la concertation publique de 2018 et de l’enquête publique de 2020. Malgré nos remarques, le projet a été autorisé par plusieurs arrêtés fin 2020, pour un début de travaux en 2021. Constatant une prise en compte insuffisante des enjeux environnementaux, FNE et GNE ont contesté quatre arrêtés préfectoraux devant le tribunal administratif de Cayenne.

Quels sont les arguments des associations?

A travers les quatre recours au fond que nous avons déposés, nous mettons en avant plusieurs points d’illégalité par rapport à différentes réglementations : le risque inondations, l’atteinte aux espèces protégées et aux zones humides, le manque de recherche d’alternatives, l’impact carbone du projet. Plus précisément, nous avons attaqué l’autorisation environnementale et le permis de construire de la centrale, l’autorisation et la déclaration d’utilité publique de l’oléoduc, ce qui nous permet de soulever une grande variété d’arguments.

Comment les associations ont-elles obtenu l’arrêt du chantier ?

Après le dépôt des recours au fond, il fallait compter le temps d’instruction par la juridiction qui peut être d’environ un an. Or le chantier avançait vite, notre action risquait d’aboutir quand les dégâts seraient déjà irréparables et la construction trop avancée. Il fallait accélérer : nous avons donc intenté en juillet 2021 un recours en référé, qui impose au juge de statuer sous un mois. Le 27 juillet 2021, le tribunal administratif de Cayenne a rendu sa décision et a suspendu l’autorisation environnementale de la centrale, arrêtant ainsi le chantier, car il y avait des doutes sérieux sur sa légalité, vis-à-vis de l’empreinte carbone du projet et de sa compatibilité avec la loi Littoral.

Une fois le chantier suspendu, comment le combat continue-t-il ?

La suspension du chantier est la première étape d’un long processus judiciaire. Il s’agissait d’une action en référé : place maintenant aux actions au fond, qui statuent sur la légalité des autorisations. La première décision au fond a été rendue le 28 avril 2022 et reconnaît l’illégalité de l’autorisation environnementale car les alternatives au terrain choisi n’ont pas été suffisamment étudiées, ce qui contrevient à la réglementation sur les espèces protégées.

Le 18 juillet 2022, le juge a également reconnu l’illégalité du permis de construire de la centrale, par rapport à la loi Littoral et à l’intérêt écologique du site du Larivot. Les travaux, qui avaient pu reprendre le 21 juin grâce à une décision de sursis, sont de nouveau arrêtés. Le juge ne retient pas l’illégalité des autorisations de l’oléoduc mais ces autorisations sont de toute façon inutiles si le projet de centrale est illégal.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Les prochaines étapes seront les jugements d’appel des décisions pour lesquelles les associations ont obtenu gain de cause : l’autorisation environnementale et le permis de construire de la centrale. Ces appels seront jugés à la Cour de Bordeaux, vraisemblablement dans le courant de l’année. Si les associations obtiennent de nouvelles victoires, il est probable que la procédure continue au Conseil d’Etat.

En parallèle, GNE et FNE continuent leur plaidoyer auprès des pouvoirs publics pour mettre en place la transition énergétique sur le territoire guyanais : en effet, il existe de nombreuses alternatives à ce projet et la Guyane peut atteindre l’autonomie énergétique grâce à un mix énergétique cohérent. Entre optimisation des moyens de production actuels et mise en place de projets sur des surfaces dégradées, une réelle transition est possible.

Articles liés
Communiqué de presse
guyane_larivot
Actions en justice Actions en justice

Centrale du Larivot en Guyane : victoire historique, les travaux sont suspendus

Publié le 28 juillet 2021
A la suite du dépôt de leur référé le 7 juillet, les associations Guyane Nature Environnement…
Communiqué de presse
Nouvelle victoire juridique pour France Nature Environnement et Guyane Nature Environnement
Actions en justice Actions en justice

Centrale du Larivot : nouvelle victoire pour nos associations, l'autorisation environnementale annulée

Publié le 28 avril 2022
Ce jeudi 28 avril 2022, le Tribunal administratif de Cayenne a annulé l’autorisation de la…

Pour aller plus loin

Actualité
continuité écologique saumon
Actions en justice Actions en justice

3 victoires juridiques majeures pour la nature

Publié le 5 août 2022
Et une, et deux, et trois victoires majeures en justice pour la nature ont été obtenues ce mois…
Communiqué de presse
L'affaire du barrage de Caussade a commencé il y a quatre ans.
Actions en justice Actions en justice

Barrage illégal de Caussade : nouvelle condamnation possible pour la chambre d'agriculture

Publié le 28 juin 2022
Ce triste feuilleton a commencé il y a 4 ans. La construction illégale de cette retenue d’eau…
dossier barrage de caussade
Dossier
Actions en justice Actions en justice

Barrage de Caussade : histoire d’un projet illégal et dangereux pour le Lot-et-Garonne

Publié le 23 juin 2022
Inadapté, dangereux et profondément injuste : le barrage illégal de Caussade, dans le Lot-et-Garonne, est un véritable cas d’école des…
Communiqué de presse
Nouvelle victoire juridique pour France Nature Environnement et Guyane Nature Environnement
Actions en justice Actions en justice

Centrale du Larivot : nouvelle victoire pour nos associations, l'autorisation environnementale annulée

Publié le 28 avril 2022
Ce jeudi 28 avril 2022, le Tribunal administratif de Cayenne a annulé l’autorisation de la…