Actualités

Masques jetables : la face cachée

Bientôt la fin du masque chirurgical ? Sur nos visages, oui ! Mais dans la nature c’est une toute autre histoire. Car bien utilisé, il sauve des vies, mais mal jeté, il en détruit. Symbole de ce début des années 2020, le masque est emblématique du lien brisé entre les humains et leur environnement. Alors on le jette et on l’oublie ? Pas si vite…

Le meilleur déchet est celui qui n’existe pas

3,4 milliards de masques jetés chaque jour dans le monde (anglais). Un chiffre vertigineux… Si la gestion des déchets était un problème avant la pandémie, on se doute que l’explosion du matériel à usage unique n’a pas amélioré les choses.

Or l’alternative est simple : en ville comme à la campagne, un déchet qui n’est pas jeté dans une poubelle finit dans la nature. Et après un passage par les égouts ou les rivières, le périple se termine presque immanquablement dans l’océan. Dégradés par les rayons ultraviolets et l’eau salée, les déchets se désintègrent, mais ne disparaissent pas. On estime ainsi qu’un masque peut relâcher jusqu’à 173 000 microfibres plastiques chaque jour (anglais) après une semaine en mer. Une bonne raison de jeter soigneusement son masque à la poubelle après usage ou, mieux, d’opter pour les masques lavables et réutilisables de catégorie 1 recommandés par la Haute Autorité de Santé.

Crise sanitaire : l’occasion d’un sursaut ?

Mais au-delà des masques, ce sont chaque année 11 millions de tonnes de plastiques qui finissent dans les océans. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter, au point qu’on pourrait y trouver d’ici 2030 plus de plastiques que de poissons !  

Si le Covid nous a masqué le nez et la bouche, il nous a aussi ouvert les yeux. Sur ce qui est vraiment important dans nos vies, sur la fragilité de nos sociétés, mais aussi sur notre très grande résilience et notre capacité au changement. Il a fallu repenser nos mobilités, notre rapport au travail, nos modes de consommation… Et nous l’avons fait ! Notre quotidien a été bouleversé, mais partout des solutions ont émergé, des solidarités se sont nouées, des idées nouvelles ont germé.  

Dans un élan d’optimisme, nous tirions déjà des conclusions de la crise l’été dernier, qui restent valables aujourd’hui. Après les bouleversements subis, il est temps d’initier des changements volontaires :

  • Sortir des logiques de court-terme en engageant une vraie transformation sociale, écologique, économique et démocratique
  • Repenser la santé publique en lien avec la santé animale et environnementale
  • Travailler avec la nature, et non contre elle
  • Mieux gérer nos ressources, en évitant les gaspillages et pollutions inutiles
  • Engager une véritable transition dans nos modes de transport
  • Promouvoir la recherche et l’éducation à la santé environnementale

Les solutions sont nombreuses, concrètes et à notre portée. Ensemble, faisons de cette crise une opportunité pour ne pas en vivre d’autres.

Comment agir à mon échelle ?

Pour aller plus loin

Par FNE
Le jeudi 17 juin 2021
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don