Communiqués

La fausse bonne idée du stockage souterrain de CO2

L'engouement pour le stockage souterrain du CO2 est en train de retomber. Un rapport parlementaire vient de confirmer la position des associations. FNE réaffirme son opposition à cette technique inutile et coûteuse, qui n’arrange que les producteurs d’énergies fossiles. Pendant que Total fore toujours.

<div align="justify"><strong>Un stockage souterrain de CO2 dans les Pyr&eacute;n&eacute;es Atlantiques</strong><br />
<br />
Depuis des mois, les associations nationales, r&eacute;gionales et locales de protection de l&rsquo;environnement s&rsquo;opposent au premier projet fran&ccedil;ais de captage et stockage souterrain de CO2, port&eacute; par TOTAL dans les Pyr&eacute;n&eacute;es - Atlantiques. <br />
<br />
Marie-Laure Lambert, membre du directoire du r&eacute;seau juridique de FNE, accuse : &laquo; <em>Pour verdir son image et surtout r&eacute;cup&eacute;rer des permis d&rsquo;&eacute;mission, Total fore actuellement un nouveau puits sous le vignoble de Juran&ccedil;on, m&eacute;prisant les risques de fuites pour les riverains et l&rsquo;acidification des terrains, prot&eacute;g&eacute; par un r&eacute;gime juridique sur mesure qui le d&eacute;gagera, en 2013, de toute responsabilit&eacute; en mati&egrave;re de surveillance, d&rsquo;entretien du site et d&rsquo;intervention en cas d&rsquo;accident. &raquo;</em><br />
<br />
FNE demande la suspension imm&eacute;diate des travaux en cours sur ce site Total, qui rel&egrave;vent du coup de force. En effet, toutes les autorisations n&rsquo;ont pas &eacute;t&eacute; donn&eacute;es. <br />
<br />
<strong>Le d&eacute;bat doit avoir lieu </strong><br />
<br />
Parall&egrave;lement, un d&eacute;bat public national portant sur l'int&eacute;r&ecirc;t ou pas de cette technique doit &ecirc;tre organis&eacute;. Ce d&eacute;bat permettra une discussion approfondie et d&eacute;mocratique sur tous les aspects de ce dossier (risques, int&eacute;r&ecirc;t collectif, financement, responsabilit&eacute;), et la mise &agrave; plat du r&eacute;gime juridique qui aujourd'hui, transf&egrave;re la responsabilit&eacute; &agrave; long terme sur l'Etat et les finances publiques.<br />
Les scientifiques r&eacute;serv&eacute;s <br />
<br />
Or d&eacute;sormais, nombreux sont ceux qui s&rsquo;interrogent &agrave; leur tour sur l&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t de cette technique. Les revues scientifiques ont d&eacute;j&agrave; publi&eacute; des articles tr&egrave;s r&eacute;serv&eacute;s sur les mirages de cette solution simpliste. Aujourd&rsquo;hui, ce sont les tr&egrave;s s&eacute;rieux d&eacute;put&eacute;s de l'Office Parlementaire d'Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques qui critiquent clairement le soutien co&ucirc;teux de l&rsquo;Etat aux recherches priv&eacute;es dans ce domaine.<br />
<br />
<strong>La transition &eacute;nerg&eacute;tique retard&eacute;e </strong><br />
<br />
En effet, le CSC (Captage et stockage souterrain de CO2) d&eacute;tourne des financements consid&eacute;rables de la recherche sur les &eacute;nergies renouvelables : 26 milliards d&rsquo;euros de financements publics pour seulement 2 milliards d&rsquo;euros pour l&rsquo;&eacute;olien et 2 milliards d&rsquo;euros pour la g&eacute;othermie (rapport Birraux p. 37). <br />
<br />
C&rsquo;est autant de retard sur la voie de la transition &eacute;nerg&eacute;tique. La recherche et les financements priv&eacute;s et publics devraient &ecirc;tre au contraire massivement orient&eacute;s vers l&rsquo;am&eacute;lioration de la performance &eacute;nerg&eacute;tique et des &eacute;nergies renouvelables. <br />
<br />
Le CSC est une fausse solution qui vise uniquement &agrave; &laquo; verdir &raquo; l&rsquo;image des &eacute;nergies fossiles, vestiges du pass&eacute;, et qui n&eacute;cessite en outre une consommation d&rsquo;&eacute;nergie suppl&eacute;mentaire de 40% ! Le CSC &laquo; conforte l&rsquo;utilisation des &eacute;nergies carbon&eacute;es dans les pays qui les importent, avec m&ecirc;me le risque d&rsquo;accro&icirc;tre leur d&eacute;pendance &eacute;nerg&eacute;tique, puisque l&rsquo;implantation d&rsquo;un dispositif de CSC impose un suppl&eacute;ment de consommation d&rsquo;&eacute;nergie &raquo; (rapport Birraux p.105).<br />
<br />
<strong>Soutenir d&rsquo;autres &eacute;nergies </strong><br />
<br />
Il faut au contraire se tourner tr&egrave;s rapidement et massivement vers des &eacute;nergies de substitution, qui sont aujourd&rsquo;hui techniquement disponibles. <br />
<br />
Nous soutenons la conclusion des parlementaires : &laquo; <em>Le soutien public accord&eacute; &agrave; l&rsquo;effort technologique doit &ecirc;tre ajust&eacute; pour &eacute;viter d&rsquo;encourager par contrecoup une nouvelle expansion des &eacute;nergies carbon&eacute;es en France. En particulier, l&rsquo;installation des &eacute;quipements de CSC ne doit pas &ecirc;tre subventionn&eacute;e &raquo;. P.120</em><br />
<br />
<strong>Sources </strong><br />
<br />
L&rsquo;Ecologiste n&deg;27, vol 9 n&deg;3, automne 2008, p. 48, Science et Vie mars 2009, p.69 &laquo; la capture du CO2 ne sauvera pas le climat &raquo;<br />
<a href="http://www.lesechos.fr/info/metiers/4845257-moins-de-stockage-plus-de-va... />
&quot;Moins de stockage, plus de valorisation&quot;</a> , Les Echos du 24/03/09<br />
<br />
Rapport de Christian Bataille et Claude Birraux sur l&rsquo;&Eacute;valuation de la strat&eacute;gie nationale de recherche en mati&egrave;re d&rsquo;&eacute;nergie, 3 mars 2008, N&deg; 1493, p.105 &agrave; 110<br />
</div>
<br />
<br />
<br />
<br />
<a href="/sites/default/files/com/cp_en_pdf/cp_270309.pdf"><br />
&nbsp;T&eacute;l&eacute;charger le communiqu&eacute; en format PDF</a>

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le vendredi 27 mars 2009
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don