L'essentiel

L’épopée du textile, partie 2 : de la boutique à la seconde vie

Dans le dossier précédent, publié en février dernier, nous revenions sur l’essor de la fast fashion [1] et les impacts environnementaux occasionnés par la production, la fabrication et le transport de nos textiles. Mais l’épopée ne s’arrête pas en boutique : la moitié des impacts environnementaux ont lieu après l’acte d’achat[2] ! D’où proviennent-ils ? Et surtout comment les réduire ? C’est l’objet de ce deuxième volet.

Le défi #DresseTonDressing continue !
Rendez-vous chaque dernier vendredi du mois sur Facebook et Twitter
Prochain rendez-vous : le 30 juillet 2021


[1] La fast fashion est une tendance qui repose sur un « renouvellement ultra-rapide des collections ».Fast fashion et slow fashion : de quoi parle-t-on ?, Oxfam France, 23 février 2021
[2] ADEME, Le revers de mon look, 2018

1. L’entretien

Le lavage en machine représente 12 % de la consommation d’eau annuelle d’un foyer français[3]. C’est également lors du lavage que s’opère une des plus importantes pollutions liées à notre consommation textile : la contamination aux microparticules de plastique (ou microplastiques). Celles-ci sont issues des textiles synthétiques désormais omniprésents dans nos garde-robes, tel que le polyester[4]. Lors du lavage, les particules en question sont transférées aux eaux usées et sont si petites [5] qu’elles ne sont pas filtrées par les stations d’épuration. Résultat : elles se retrouvent dans nos cours d’eau et finissent leur course dans le milieu marin ! On estime ainsi à 500 000 tonnes la quantité de microfibres retrouvées chaque année dans nos mers et océans [6]. Il s’agit d’une importante source de pollution et d’un vrai danger pour l’environnement marin, au même titre que les sacs plastiques. En effet, les microplastiques contiennent de nombreux additifs qui sont de potentiels contaminants chimiques, et peuvent être le support de bactéries se fixant à leur surface et pouvant occasionner une contamination biologique des milieux [7].

Outre les microplastiques, les fibres textiles et la lessive que nous utilisons contiennent de nombreuses substances toxiques qui sont relarguées dans les eaux de lavage. Les différentes molécules (parfums, colorants, conservateurs et autres tensio-actifs) se trouvant dans les lessives et adoucissants sont connues pour être peu biodégradables. Elles peuvent également être un problème pour la peau, car potentiellement allergènes.

Enfin, laver à la machine, sécher ou encore repasser son linge consomme beaucoup d’énergie. Laver ses vêtements à 90°C consommerait 3 fois plus d’électricité que de les laver à 30°C[8], sans que cela soit nécessaire la plupart du temps. Et ce n’est pas tout : des lavages trop fréquents ou à haute température ont aussi pour conséquence d’abîmer nos vêtements, en les délavant et en usant leurs fibres plus vite.


[3] Un lavage consomme entre 40 et 90L d’eau (voire 120L pour les vieux lave-linges !), soit 14 000 litres d’eau en 1 an. QQF et l’ADEME, "La mode sans dessus-dessous", 2018
[4]On pourrait aussi citer d’autres matières synthétiques, selon cette même source : le nylon, l’acrylique et l’élasthanne.
[5] Les microplastiques font moins de 5 millimètres. Plan d’actions « Zéro déchet plastique en mer » (2020-2025) du gouvernement
[6] Soit l’équivalent de 50 milliards de bouteilles en plastique : Oxfam France https://www.oxfamfrance.org/agir-oxfam/impact-de-la-mode-consequences-sociales-environnementales/
[8] We Dress Fair, C’est quoi le problème avec la lessive ?, 21 juillet 2020

2. La fin de vie

Le rôle du consommateur dans la pollution liée aux textiles est plus important que ce que l’on pense : il est bien évidemment lié à la surconsommation, aux pratiques d’entretien comme nous venons de le voir, mais aussi aux réflexes que l’on peut avoir lorsqu’il s’agit de se débarrasser de nos vêtements et chaussures.

La fast fashion repose en grande partie sur des modes éphémères et des vêtements à faible espérance de vie, ce qui engendre un important gaspillage et une production accrue de déchets. Une fois nos vêtements abîmés, usés, ou simplement démodés, le premier réflexe est souvent de s’en débarrasser. 4 millions de tonnes de déchets textiles (vêtements, linges de maison, chaussures) sont abandonnés ou jetés en Europe chaque année. Et ceux-ci finissent dans 80 % des cas dans les ordures ménagères (c’est-à-dire enfouis en décharge ou incinérés)[9]. Ces déchets non triés ne seront donc pas valorisés[10] et ne bénéficieront pas d’une seconde vie.

Afin de remédier à cela et de prendre en charge ces déchets spécifiques, une filière de Responsabilité Élargie des Producteurs (dite « REP »[11]) a été créée il y a maintenant une dizaine d’années. ReFashion (anciennement EcoTLC), un éco-organisme agréé depuis 2009 par l’État, a pour mission d’organiser la fin de vie des textiles et de développer une filière de recyclage de ces déchets afin qu’à terme ceux-ci soient globalement valorisés (réutilisés ou recyclés en limitant la part d’élimination).


[9] QQF et l’ADEME, « La mode sans dessus-dessous », 2018
[10] La valorisation désigne « toute opération dont le résultat principal est que des déchets servent à des fins utiles en substitution à d'autres substances, matières ou produits qui auraient été utilisés à une fin particulière, ou que des déchets soient préparés pour être utilisés à cette fin, y compris par le producteur de déchets » (CGEDD, Références : Lexique à l'usage des acteurs de la gestion des déchets, 2012, p. 29).
[11] Plus d’informations sur les missions d’une filière REP sur le site de l’ADEME.

3. Que faire pour réduire ces impacts à notre échelle ?

1. Bien entretenir ses vêtements

Une fois un vêtement acheté, les impacts qu’il aura sur l’environnement ne sont pas une fatalité : plusieurs réflexes d’entretien quotidien peuvent vous aider à les réduire.

  • Réduire la fréquence des lavages. Sous-vêtements mis à part, un vêtement n’est la plupart du temps pas sale après avoir été porté une journée, et il suffit parfois de bien l’aérer pour pouvoir le porter encore plusieurs jours. Le denim de nos jeans, par exemple, n’absorbe que peu les odeurs et peut donc être lavé moins souvent. Pensez aussi à simplement enlever les tâches à la main, à l’aide par exemple de détachants naturels comme le vinaigre blanc ou le savon de Marseille. En plus de préserver vos vêtements, moins les laver vous fera économiser de l’eau et de l’énergie !
    NB : Laver un vêtement neuf avant de le porter la première fois est en revanche un bon réflexe pour éviter le contact de la peau avec d’éventuels produits chimiques encore présents sur le tissu (plomb, phtalates…).
  • Laver à basse température (20, 30 ou 40° maximum), sans oublier de bien remplir la machine afin de la faire tourner à pleine capacité et de diminuer sa consommation d’énergie annuelle[12].
  • Préférer les programmes ECO ou classiques aux programmes courts. Les programmes plus longs favorisent le temps de trempage, minimisent le chauffage de l’eau et sont ainsi plus économes. Ces différentes astuces permettent encore une fois des économies d’eau et d’énergie, mais pas seulement : vos vêtements, moins abîmés par des frottements répétés en machine, garderont plus longtemps leur prime jeunesse !
  • Bien choisir sa lessive et son adoucissant. Les labels peuvent vous aider à éviter les produits polluants, allergènes voire agressifs pour la peau. L’Ecolabel européen est à privilégier, car il garantit une efficacité identique en réduisant les impacts environnementaux et en diminuant les substances dangereuses[13].
  • Éviter le lavage à sec en pressing. Pourquoi ? Parce que celui-ci est très polluant en raison des solvants toxiques qu’il utilise, comme le perchloréthylène, nocif pour l’être humain et l’environnement[14]. Si le nettoyage à sec est votre seule option, privilégiez les pressings écologiques qui utilisent des produits plus doux.
  • Laisser sécher votre linge à l’air libre. Les sèche-linges électriques consomment beaucoup[15] et abîment les fibres textiles.

[13] Plus d’informations sur le label : ADEME, Meilleur pour l’environnement, meilleur pour vous : l’Ecolabel Européen, un label de confiance. Autres labels conseillés : Nature & Progrès, Sustainable cleaning, Ecocert écodétergent (ADEME, Le revers de mon look, 2018)
[14]Fiche sur le perchloréthylène, Ministère des solidarités et de la santé
[15] Un sèche-linge émet jusqu’à 202 kg de CO2 par an par personne (WeDressFair).

2. Réparer ou transformer les vêtements abîmés

Un trou dans un t-shirt, un jean déchiré… Dès le moindre petit accroc ou tâche, le réflexe peut vite être de se débarrasser d’un vêtement.

Que vous ayez ou non des notions de couture, des gestes simples peuvent permettre de sauver un vêtement et de lui donner une seconde vie ! Des cours, des livres ou encore des tutos en libre accès sur Internet feront de vous un·e pro du reprisage et autres techniques en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Et si cela ne suffit pas, n’hésitez pas à faire appel à un·e professionnel·le en consultant par exemple l’annuaire des réparateurs créé par l’ADEME et les Chambres des Métiers et de l’Artisanat.

Cela peut aussi être l’occasion de customiser ses vêtements, en ajoutant divers accessoires, ou de les transformer totalement (faire d’un jean trop usé un short...). Vous pouvez aussi trouver des ateliers ou tutos vous apprenant à fabriquer des tawashi (éponges réalisées à base de vieux tee-shirts) et autres furoshiki (emballages cadeaux réutilisables à base de chutes de tissus).

Vous pouvez enfin transformer tout simplement le vêtement troué ou tâché en chiffon, ou encore le réserver à vos sessions bricolage, peinture ou jardinage.

3. Permettre la collecte des textiles en fin de vie

Ça y est, vous êtes sûr·e de vouloir vous débarrasser de ce vêtement. Toutefois, celui-ci mérite mieux que de finir avec les ordures ménagères… Vous pouvez commencer, s'il est en relativement bon état, par l’échanger, le donner ou le revendre. Nous en parlions dans le premier dossier.

S’il est trop usé, là encore, une solution existe ! En 2020, plus de 200 000 tonnes de textiles usagés ont pu être collectées en France, soit 40 % des textiles, linges de maison et chaussures mis en marché[16]. Il y a donc encore un potentiel de collecte conséquent ! Pour y contribuer, vous pouvez déposer vos textiles usagés, même déchirés ou abîmés, dans une borne de collecte : dans la rue, sur un parking, en déchèteries, en associations ou ressourceries, dans des boutiques équipées… On en recense actuellement près de 45 000 en France ! Rendez-vous directement sur le site de l’éco-organisme Refashion pour trouver la borne la plus proche de chez vous. Seules contraintes : les tissus doivent être propres, secs, ne pas avoir de tâche de peinture et être dans un sac. Si vous déposez des chaussures, n’oubliez pas de les déposer par paire (nouées, dans un sac).

Une fois le déchet textile collecté et trié, il aura une fin de vie adapté à sa nature, son état… S’il est encore en bon état, il pourra être réutilisé tel quel[17], c’est-à-dire revendu à moindre coût dans une boutique de seconde main ou donné. Sinon, il sera recyclé : en effilochage (non-tissés pour le bâtiment, l’automobile, le rembourrage), en coupe (chiffons à usage industriel, ménager), en défibrage (fils pour nouvelles étoffes) ou encore en broyage (composites, plastiques, briques, bétons).


[16] En tout, 517 200 tonnes de textiles et chaussures ont été mis en marché, soit 7,7 kg par habitant (en 2020). Source : Rapport d’activité 2020 d’Eco TLC/Refashion
[17] Dans 56,5 % des cas en 2020 selon le rapport d’activité précédemment cité.

La collecte des déchets textiles est donc un moindre mal et permet de leur donner une seconde vie. Mais n’oubliez pas : le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas ! Privilégiez donc les solutions permettant d’allonger la durée de vie de vos vêtements, en les entretenant le mieux possible, en les réparant ou en les transformant afin de leur donner un nouvel usage.

Pour aller plus loin

Découvrez les fiches enquêtes sur l'économie circulaire des textiles dans les territoires, réalisées avec le soutien de l’ADEME :

Faire un don