dossier textile face cachée
Dossier
Déchets Déchets
Produire et consommer durable Produire et consommer durable

Textile et environnement : comment réduire l’impact de mes vêtements ?

Publié le 26 février 2021

En France, 2,6 milliards de textiles et chaussures sont mis sur le marché tous les ans, soit l’équivalent de près de 10 kilos par habitant·es ! Les impacts sociaux et environnementaux d’une telle consommation sont multiples, et surviennent à chaque étape du cycle de vie des textiles. Au cœur du problème : un modèle de production et de consommation à réinventer d’urgence !

Dans ce dossier, nous vous proposons de suivre tout le cycle de vie de vos vêtements : impacts environnementaux de la production, la fabrication et du transport de nos textiles, bien sûr, mais l’épopée ne s’arrête pas en boutique : selon l’Ademe, la moitié des impacts environnementaux ont lieu après l’acte d’achat ! D’où proviennent-ils ? Et surtout comment les réduire ? Pas de panique, des solutions existent pour reprendre le contrôle.

Voir les conseils

Fast fashion : l’avènement de la mode jetable

Plus de 100 milliards de pièces de vêtements sont vendues chaque année dans le monde, selon Greenpeace (source en anglais). La mode génère plus d’1,2 milliards de tonnes de gaz à effet de serre par an, selon la fondation Ellen MacArthur (source en anglais), soit plus que le trafic maritime et les vols internationaux réunis. Le secteur textile est ainsi le cinquième plus gros émetteur de gaz à effet de serre et l’une des industries les plus polluantes au monde. On estime que, si la tendance actuelle se poursuit, le textile pourrait être responsable en 2050 de 26 % des émissions globales de gaz à effet de serre…

étape 1 : La production des matières premières

La production des matières premières permettant la réalisation des fibres textiles est la première étape et l’une des plus impactantes de la chaîne. Selon l’Ademe, les matières premières utilisées sont à 63 % chimiques, et à 37 % naturelles (dont 26 % de coton).

  • Les matières premières naturelles peuvent être d’origine végétale (coton, lin, raphia, latex), c’est-à-dire obtenues par la culture de plantes, ou animale (laine, cuir, fourrure, soie), par l’élevage d’animaux. Elles sont utilisées depuis maintenant plusieurs siècles, mais leur impact environnemental a considérablement augmenté depuis le début du XXe en raison de l’augmentation exponentielle de la production textile et de la transformation parallèle des modes de production.
  • Les matières d’origine chimiques sont aujourd’hui omniprésentes dans nos armoires. Elles peuvent être synthétiques, dérivées du pétrole (polyester, élasthanne, acrylique), ou artificielles, obtenues suite à la modification d’un élément naturel (comme la cellulose de bois pour la viscose, ou encore le bambou, le maïs, l’eucalyptus et le soja).

Une fois les matières premières obtenues, vient la confection des vêtements, comportant elle-même plusieurs étapes (tissage, teinture, assemblage…), dont l’impact diffère selon les pièces fabriquées.

étape 2 : La fabrication des vêtements

Cette étape et ses différentes phases ont généralement lieu dans des pays en voie de développement. Le choix des grandes multinationales de se tourner vers ces pays s’explique bien sûr par le faible coût de la main d’œuvre. Malheureusement, en plus de ne pas disposer d’une rémunération décente, les travailleurs – en grande majorité des femmes – sont soumis à l’insalubrité et l’insécurité permanente. Les scandales qui ébranlent régulièrement l’industrie textile (effondrement du Rana Plaza au Bangladesh en 2013, travail forcé des Ouïghours en Chine…) ne suffisent pas à faire changer les pratiques : l’opacité des chaînes de production mondialisées contribue à déresponsabiliser les entreprises qui peuvent facilement plaider l’ignorance.

Au cours de la fabrication des vêtements, les traitements spéciaux infligés aux textiles afin de leur donner une apparence particulière peuvent se révéler particulièrement nocifs pour la santé et l’environnement. On parle d’ennoblissement textile pour décrire les procédés permettant de modifier l’aspect du textile par le biais de traitements chimiques ou mécaniques.

C’est par exemple le cas du sablage, une technique utilisée afin d’obtenir un effet délavé sur les jeans. Les ouvriers et ouvrières projettent du sable à haute pression sur le textile à l’aide de canons, dans de petites cabines non aérées. En cas de longue exposition, la poussière dégagée par le sable peut causer de graves maladies pulmonaires, incurables et potentiellement cancérigènes (telle la silicose).

La teinture textile est aussi source de pollution. La coloration du tissu est souvent précédée d’un blanchiment à l’eau de javel, qui se retrouve dans les sols, l’air et l’eau et contamine ainsi notre environnement. Diverses substances chimiques, dont certaines sont toxiques comme le mercure, le plomb, ou encore les éthoxylates de nonylphénol pour fixer les couleurs (perturbateurs endocriniens auparavant très utilisés et désormais interdits en Europe), sont utilisés pour teindre le textile. De telles substances sont extrêmement nocives pour les personnes qui les manipulent, mais aussi pour celles qui portent les vêtements et pour la nature.

Plusieurs étapes supplémentaires à fort impact pourraient être citées, comme l’utilisation d’apprêts pour donner de nouvelles propriétés aux textiles (les rendre déperlants, par exemple).

étape 3 : le transport

Si la majorité des vêtements sont produits en Asie, les points de vente se situent quant à eux principalement en Europe et aux États-Unis : le transport est alors un enjeu crucial. En France, 80% des vêtements vendus sont importés, principalement de Chine.

Face à cette industrie mondialisée, et pour suivre le rythme du renouvellement perpétuel des collections, les transports se sont faits toujours plus réguliers et plus rapides. Cette étape engendre une fois encore des émissions importantes de gaz à effet de serre. On estime que, du champ où le coton est récolté à la boutique où il est vendu, un jean peut parcourir jusqu’à 65 000 km, soit 1,5 fois le tour de la Terre !

L’épopée du textile ne s’arrête pas en boutique : l’utilisation quotidienne de nos vêtements et leur traitement en fin de vie génèrent également des impacts, que l’on peut réduire en adoptant les bons réflexes.

étape 4 : Après l’achat, l’entretien et ses impacts cachés

Le lavage en machine représente 12 % de la consommation d’eau annuelle d’un foyer français, selon l’Ademe. C’est également lors du lavage que s’opère une des plus importantes pollutions liées à notre consommation textile : la contamination aux microparticules de plastique (ou microplastiques). Celles-ci sont issues des textiles synthétiques désormais omniprésents dans nos garde-robes, tel que le polyester, le nylon, l’acrylique ou l’élasthanne.

Lors du lavage, les particules en question sont transférées aux eaux usées et sont si petites qu’elles ne sont pas filtrées par les stations d’épuration. Résultat : elles se retrouvent dans nos cours d’eau et finissent leur course dans le milieu marin ! Oxfam estime ainsi à 500 000 tonnes la quantité de microfibres retrouvées chaque année dans nos mers et océans. Il s’agit d’une importante source de pollution et d’un vrai danger pour l’environnement marin, au même titre que les sacs plastiques. En effet, les microplastiques contiennent de nombreux additifs qui sont de potentiels contaminants chimiques, et peuvent être le support de bactéries se fixant à leur surface et pouvant occasionner une contamination biologique des milieux, selon l’ANSES.

Outre les microplastiques, les fibres textiles et la lessive que nous utilisons contiennent de nombreuses substances toxiques qui sont relarguées dans les eaux de lavage. Les différentes molécules (parfums, colorants, conservateurs et autres tensio-actifs) se trouvant dans les lessives et adoucissants sont connues pour être peu biodégradables. Elles peuvent également être un problème pour la peau, car potentiellement allergènes.

Enfin, laver à la machine, sécher ou encore repasser son linge consomme beaucoup d’énergie. Laver ses vêtements à 90°C consommerait 3 fois plus d’électricité que de les laver à 30°C, sans que cela soit nécessaire la plupart du temps. Et ce n’est pas tout : des lavages trop fréquents ou à haute température ont aussi pour conséquence d’abîmer nos vêtements, en les délavant et en usant leurs fibres plus vite.

étape 5 : seconde vie et recyclage des vêtements

Le rôle du consommateur dans la pollution liée aux textiles est plus important que ce que l’on pense : il est bien évidemment lié à la surconsommation, aux pratiques d’entretien comme nous venons de le voir, mais aussi aux réflexes que l’on peut avoir lorsqu’il s’agit de se débarrasser de nos vêtements et chaussures.

La fast fashion repose en grande partie sur des modes éphémères et des vêtements à faible espérance de vie, ce qui engendre un important gaspillage et une production accrue de déchets. Une fois nos vêtements abîmés, usés, ou simplement démodés, le premier réflexe est souvent de s’en débarrasser. 4 millions de tonnes de déchets textiles (vêtements, linges de maison, chaussures) sont abandonnés ou jetés en Europe chaque année. Et ceux-ci finissent dans 80 % des cas dans les ordures ménagères (c’est-à-dire enfouis en décharge ou incinérés). Ces déchets non triés ne seront donc pas valorisés et ne bénéficieront pas d’une seconde vie.

Afin de remédier à cela et de prendre en charge ces déchets spécifiques, une filière de Responsabilité Élargie des Producteurs (dite « REP ») a été créée il y a maintenant une dizaine d’années. ReFashion (anciennement EcoTLC), un éco-organisme agréé depuis 2009 par l’État, a pour mission d’organiser la fin de vie des textiles et de développer une filière de recyclage de ces déchets afin qu’à terme ceux-ci soient globalement valorisés (réutilisés ou recyclés en limitant la part d’élimination).

Comment réduire l’impact de ma garde-robe ?

La première solution serait bien sûr de produire moins et plus durable. Pour cela, il est plus que jamais nécessaire de « ralentir » la mode et le rythme effréné que l’on connaît depuis le début des années 2000. Il conviendrait de réduire drastiquement le nombre de collections pouvant être proposées par une enseigne et de concevoir des habits de qualité, pouvant perdurer dans le temps. Produire plus durable signifie également favoriser la production locale de textiles.

Cela implique aussi la réduction, voire l’interdiction de l’utilisation de substances nocives et impactantes dans le processus de fabrication. Concernant les conditions de travail, elles doivent être strictement encadrées par des lois contraignantes pour les entreprises, avec des contrôles réguliers et de lourdes sanctions en cas de manquement. Une partie de la production a minima doit être relocalisée afin de réduire l’impact des transports et de mettre fin au non-sens des distances parcourues par les vêtements avant d’atteindre leur point de vente.

Sur ces différents aspects, les consommateurs et les consommatrices doivent être précisément informés. Car c’est là que nous pouvons agir, en faisant de réels choix de consommation : consommer moins et consommer mieux.

Télécharger notre infographie

Avant l’achat

Au moment de l’achat

Bien entretenir ses vêtements

Une fois un vêtement acheté, les impacts qu’il aura sur l’environnement ne sont pas une fatalité : plusieurs réflexes d’entretien quotidien peuvent vous aider à les réduire.

Assurer la fin de vie de ses vêtements

📚 POUR ALLER PLUS LOIN

Découvrez les fiches enquêtes sur l’économie circulaire des textiles dans les territoires, réalisées avec le soutien de l’ADEME :

Pour aller plus loin

couverture du rapport
Publication
Déchets Déchets

Loi AGEC : 4 ans après, quel bilan pour la réduction des déchets ?

Publié le 6 février 2024
4 ans après l’entrée en vigueur de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC), France Nature Environnement, Les Amis de…
Trafic international de déchets : 5 jours d'audience pour une affaire hors-norme jugée aujourd'hui
Communiqué de presse
Actions en justice Actions en justice

Trafic international de déchets : jugement rendu dans une affaire hors-norme

Publié le 30 janvier 2024
L’affaire démarre avec des montagnes de déchets belges déversés en France illégalement. Un…
dechets
Actualité
Déchets Déchets

Quiz : testez vos connaissances sur la gestion des déchets !

Publié le 13 novembre 2023
Comme chaque année, la Semaine Européenne de Réduction des Déchets arrive à grands pas ! A…
compost
Actualité
Déchets Déchets

Semaine européenne de la réduction des déchets (SERD) 2023 - Réduisons nos biodéchets !

Publié le 10 novembre 2023
La Semaine européenne de la réduction des déchets est un rendez-vous incontournable en matière…