ours
© Charles Metz
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Dites non à l’effarouchement des ours dans les Pyrénées !

Publié le 10 mai 2022

Le ministère de la transition écologique veut autoriser l’effarouchement des ours dans les Pyrénées. France Nature Environnement s’oppose vivement à ce dispositif totalement disproportionné au regard de la faible prédation de l’ours et des moyens de protection des troupeaux encore peu généralisés. Dites non à cette mesure en participant à la consultation publique qui se clôture le 19 mai 2022.

L’effarouchement, c’est quoi ?

Il s’agit d’utiliser des moyens sonores (cloches, sifflets, pétards, corne de brume, porte-voix, …) ou visuels (torches, phares, guirlandes lumineuses, …) pour effrayer un prédateur qui voudrait attaquer un troupeau. Des tirs non létaux pourront également être réalisés à l’aide d’une arme à feu chargée de cartouches en caoutchouc ou de cartouches à double détonation.

La loi ne permet pas d’utiliser ces moyens à l’encontre de l’ours, espèce protégée. Aussi, l’arrêté soumis à la consultation fixe le cadre dans lequel l’effarouchement sera autorisé de manière dérogatoire à la protection de l’ours.

Pourquoi faut-il se mobiliser contre l’effarouchement des ours ?

Ce dispositif est censé apporter une réponse à l’inquiétude d’éleveurs, surtout ariégeois, face aux dégâts d’ours. Or, les dégâts attribués à l’ours pour l’année 2021 sont en baisse de 25 % sur l’ensemble des Pyrénées. Les dommages ont baissé sensiblement en Ariège (entre – 20 et – 30%) et jusqu’à - 70% en Hautes-Pyrénées. Et dans les Pyrénées-Atlantiques, il n’y a eu aucun dégât d’ours. De plus, les seuils déclenchant l’effarouchement sont particulièrement bas, soit dès une attaque avec une brebis perdue.

Il faut noter que les moyens de protection lorsqu’ils sont mis en place sont efficaces, mais le problème est qu’ils ne sont pas encore généralisés, et leur efficacité et effectivité ne sont pas assez contrôlées. Le déclenchement de l’effarouchement n’est pas conditionné à la mise en place de bergers, de chiens de protection et parcs électrifiés.

Il s’agit de plus d’opérations coûteuses et chronophages pour lesquelles, suite à l’expérimentation en 2019 et 2020, il n’y a eu aucune évaluation du coût/bénéfice.

C’est pourquoi France Nature Environnement s’oppose à l’effarouchement des ours et vous invite à en faire autant.

Comment participer à la consultation ?

Rendez-vous avant le 19 mai 2022 sur la page web de la consultation pour avoir plus d’informations et répondez en exprimant votre opposition à l’effarouchement des ours dans les Pyrénées.

France Nature Environnement vous recommande de personnaliser votre réponse et de ne pas faire un simple copier-coller des arguments proposés ci-après, sinon votre réponse risque de ne pas être comptabilisée lors de la synthèse de cette consultation.

Que dire ?

Nous vous invitons à répondre défavorablement à la consultation.

Il n’est pas indispensable de justifier votre avis pour qu’il soit pris en compte par le ministère, mais si vous le souhaitez, vous pouvez reprendre des arguments parmi les suivants.

  • Les effarouchements sont généralisés sans qu’aucune évaluation de l’efficacité et des coûts/bénéfices n’ait été réalisée notamment lors de la phase expérimentale de 2019 et 2020 faute d’avoir mis en place un protocole scientifique de suivi.
  • Les effarouchements risquent de déranger les ours, mais aussi l’ensemble de la faune sauvage, et pour une durée allant jusqu’à 8 mois. Ce dispositif risque aussi de chasser les ours de toutes les zones d’estives qui sont pourtant des habitats indispensables à leur alimentation.
  • Le projet d’arrêté n’interdit pas l’effarouchement de femelles accompagnées d’oursons, alors même que l’effarouchement risque de séparer la mère de ses petits.
  • L’effarouchement peut être déclenché dès une attaque et une bête perdue. Ces seuils sont trop bas, sachant qu’en plus, le déclenchement de l’effarouchement n’est pas conditionné à la mise en place de chiens de protection, de bergers et de parcs électrifiés.
  • Le meilleur moyen d’effaroucher les ours sans risque est l’utilisation de chiens de protection. Ils sont autonomes, peu chers et très efficaces quand ils sont bien éduqués, en nombre suffisant et dans de bonnes conditions (troupeaux regroupés la nuit). L’Etat et l’Europe aident les éleveurs à les acquérir et à les entretenir. Hors cas exceptionnel, c’est le seul mode d’effarouchement acceptable.
  • L’effarouchement d’ours anormalement prédateur est déjà prévu et possible dans le cadre du protocole « ours à problème ». Or, aucun ours actuellement présent dans les Pyrénées ne relève de cette catégorie.

Je participe à la consultation

Pour aller plus loin

Communiqué de presse
Nouvelle action en justice pour libérer les sites Natura 2000 des pesticides
Actions en justice Actions en justice

Nouvelle action en justice pour libérer les sites Natura 2000 des pesticides

Publié le 2 février 2023
France Nature Environnement et la LPO lancent une nouvelle action en justice pour enfin…
Actualité
chasse
Biodiversité Biodiversité

Plan chasse du gouvernement : les avis de nos experts

Publié le 16 janvier 2023
Alors que la très grande majorité des français demande un dimanche sans chasse, les dernières…
Actualité
reglement europeen illustration
Biodiversité Biodiversité

Europe : dernière chance pour sauver la biodiversité !

Publié le 11 janvier 2023
Le Conseil de l’Union européenne et le Parlement européen ont débuté l’examen du projet de loi…
Communiqué de presse
Projet de loi énergies renouvelables : doit mieux faire
Biodiversité Biodiversité

Projet de loi énergies renouvelables : doit mieux faire

Publié le 9 janvier 2023
Le projet de loi portant sur l’accélération des énergies renouvelables (ENR) sera soumis à un…