mobilisation a69 paris
Actualité
Transports Transports
Ville et territoires Ville et territoires

Lettre ouverte au gouvernement : l'A69 est une voie sans issue !

Publié le 10 octobre 2023

Alors que le gouvernement s’apprête à annoncer la fin de plusieurs projets d’infrastructures de transport, et que la mobilisation contre le projet d’A69 continue plus forte que jamais, nous avons interpellé la Première Ministre Elisabeth Borne et le Ministre des Transports Clément Beaune dans une lettre ouverte. Objectif : faire accepter au gouvernement de laisser aux oubliettes de l’histoire les projets d’un autre temps et de se réunir pour imaginer ensemble les infrastructures dont la France a besoin pour réussir la transition écologique. Retrouvez cette lettre ci-dessous :

A l’attention de Madame Elisabeth Borne, Première Ministre et de Monsieur Clément Beaune, Ministre des Transports

Madame la Première Ministre, 

Monsieur le Ministre des Transports,

Dans quelques jours, vous allez annoncer l’abandon d’un certain nombre de projets autoroutiers en France. Nous saluons le courage nécessaire pour renoncer à des projets périmés. Et nous souhaitons partager avec vous deux attentes très fortes du Mouvement France Nature Environnement :

1. Que le projet d’autoroute A69 soit inclus dans la liste des projets qui seront abandonnés.

 Toutes les raisons objectives  poussent dans ce sens, qu’il s’agisse de l’›ancienneté du projet qui ne répond plus à aucun besoin réel, comme l’avait très clairement relevé l’autorité environnementale, de l’avis très défavorable du Conseil National de Protection de la Nature,  des milliers d’avis négatifs et de questionnements déposés par des citoyens et citoyennes lors de l’enquête publique, et d’un projet alternatif argumenté restés sans réponses, des centaines d’hectares de terres fertiles qui seront artificialisés pour un gain de temps de parcours dérisoire, de l’incongruité de ce projet en parallèle d’une route nationale non saturée, vis à vis des enjeux d’atténuation et d’adaptation au changement climatique que porte la planification écologique ou encore de l’absence de lien de cause à effet entre la construction de cette infrastructure et le bien-être des populations locales et de l’impossible compensation des impacts. L’ampleur prise par les oppositions au projet et l’intensité de cette opposition imposent ce retrait même si cela aura un coût économique. Aucun projet ne résistera au sacrifice de vies humaines si la raison de ne reprend pas le dessus. Est-ce cela le récit de la transition que vous proposez au pays ?

2. Que soit classés aux archives l’ensemble des projets d’infrastructures imaginées en d’autres temps.

D’une manière plus large et globale, nous vous invitons à classer aux archives l’ensemble de ces projets d’infrastructures imaginés en d’autres temps, dans un autre contexte, portés par d’autres imaginaires que ceux de notre époque. L’urgence environnementale, la gravité des « effondrements » pour reprendre le mot d’Antonio Guterres, le Secrétaire Général des Nations Unis, auxquels nous devons faire face, imposent de repartir d’une feuille blanche et de travailler ensemble, gouvernement, régions, départements, communes, élu·es à tous les niveaux, représentant·es de la société civile, citoyens et citoyennes, à imaginer, planifier, se doter des infrastructures dont notre pays a réellement besoin pour réussir sa transition écologique, dans un nouveau référentiel climatique, environnemental et démocratique. Et la tâche est immense.

Plutôt que de s’acharner à vouloir construire les infrastructures du siècle dernier, ayons l’audace de regarder, d’imaginer, de construire collectivement l’avenir. Un avenir sobre, un avenir résilient, un avenir vivable. Un avenir pleinement démocratique et juste. Un avenir qui s’appuie sur un récit désirable permettant d’entrainer tous les acteurs.

Appelant une nouvelle fois au courage et à la cohérence politique afin de préparer notre pays aux immenses défis que l’inaction des générations précédentes de gouvernants a engendré, au nom des 900 000 personnes qui font France Nature Environnement, je vous prie d’agréer, Madame la Première Ministre, Monsieur le Ministre des Transports, l’expression de nos sentiments respectueux.

Antoine Gatet, président de France Nature Environnement

Télécharger la lettre ouverte

Pour aller plus loin

Pollution de l'air dossier
Dossier
Santé Santé

Lutter contre la pollution de l’air : les mesures à prendre

Publié le 12 janvier 2024
Derrière des infarctus, cancers ou encore arrêts cardiaques se cache parfois la 3ème cause de mortalité en France : la pollution de l’air. Que faire face à ce fléau ?
autoroute
Communiqué de presse
Transports Transports

Projets routiers : l'heure n'est pas à la "revue" mais à un moratoire

Publié le 12 octobre 2023
France Nature Environnement et 7 organisations (La Déroute des routes, Réseau Action Climat…
Coupe d'arbres pour le projet de l'A69 Toulouse-Castres
Actualité
Transports Transports

Projets routiers inutiles : trois exemples à contresens

Publié le 25 septembre 2023
Le rapport du Comité d’Orientation des Infrastructures (COI), sorti fin février 2023, souligne…
Train de fret montant à St Jean-de-Maurienne
Actualité
Transports Transports

Les marchandises bientôt sur de bons rails ?

Publié le 23 juin 2023
Le ministre des Transports a lancé une mission d’inspection afin de transférer sur le rail…