mondial auto 2022
Actualité
Climat Climat
Santé Santé
Transports Transports

Mondial de l’auto : Pollution is on!

Publié le 13 octobre 2022

En cette Journée Nationale de la Qualité de l’Air, hasard de calendrier, le hérisson a flairé un vent de greenwashing à l’approche ! Et il ne s’y est pas trompé. La semaine prochaine aura lieu le Mondial de l’auto, salon international de l’automobile, dont le slogan cette année nous a hérissé les piquants : “Revolution is on”.  Si nos véhicules ont évolué ces dernières années (électrique, GNV, hybrides, diesel-gate), le secteur de l’automobile est-il plutôt «révolution en cours» ou «pollution toujours» ? On fait le point. 

Pollution de l’air : le diesel tue toujours ! 

La pollution de l’air est la troisième cause de mortalité en France tandis que le transport routier est le mode de transport le plus émetteur de polluants dans l’air !

Concrètement ? L’exemple de l’Ile-de-France : au printemps 2020, alors que le trafic routier connaissait une baisse d’environ 70% du fait du confinement, l’Ile-de-France respirait 25 à 35% de moins de dioxyde d’azote (NO2). Quand on sait que la pollution de l’air y est responsable d’ 1 décès sur 10, on se dit qu’il est urgent de repenser nos mobilités ! 

Cela fait maintenant 10 ans que les émissions du diesel sont classées « cancérigène certain » par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et que nous alertons sans relâche sur ses méfaits sur la santé humaine.  Les filtres à particules des véhicules Diesel laissent s’échapper de nombreuses particules ultrafines que l’on retrouve dans tous les organes (cerveau, cœur, foie…), et même chez les enfants. 

Le scandale du Diesel Gate a permis de mettre en évidence, dès 2015, les pratiques frauduleuses des constructeurs pour brouiller les pistes et l’inaction de l’Etat pour y mettre fin.  En France rien qu’en ce qui concerne le constructeur Volkswagen, 946 000 véhicules devaient être rappelés en 2015.  Pourtant, des millions de voitures diesel circulent encore sur nos routes et jusque dans nos villes.  

La santé doit primer sur les intérêts économiques à court terme du secteur automobile. Il est légitime que les constructeurs responsables de ces dépassements de pollution observés pour certains véhicules diesel prennent toutes leurs responsabilités. 

Consultez notre dossier sur la pollution de l’air

particules fines et abrasion : La voiture propre n’existe pas

L’Ademe l’a réaffirmé hier dans un avis “le véhicule électrique n’est pas neutre en carbone, il convient donc avant tout de réinterroger la place de l’automobile dans nos déplacements (sobriété et report modal)”. Et si les voitures électriques émettent aussi du CO2, leur fabrication comme leur utilisation ne sont pas exemptes d’émission de polluants néfastes pour notre santé.  

On le sait moins, mais pour tous les véhicules, l’abrasion des pneus et des freins sur la route est une source majeure de pollution atmosphérique qui s’accentue avec le poids de la voiture.  Or, depuis des années, les constructeurs déploient des véhicules de plus en plus lourds.  Ainsi, une voiture essence a pris 250 kg d’embonpoint depuis 1997 et un diesel 350 kg !  

C’est l’un des nombreux enseignements de notre éco-guide de l’automobile, conçu avec l’association Inspire, premier guide qui compile l’ensemble des impacts de chaque motorisation sur la santé, le climat et les écosystèmes. Lorsqu’une voiture est indispensable, il existe forcément une solution adaptée à nos besoins. Découvrez la vôtre sur notre plateforme aquoituroules.org.  

Je fais le test

De manière générale, pour l’Ademe, “répliquer le modèle d’utilisation du véhicule thermique sur le véhicule électrique ne suffira donc pas”, pour protéger notre santé, un véritable tournant doit être pris vers la sobriété.  

La vraie révolution, prendre le train ou son vélo !

Et oui, associer le train, le vélo, le bus à d’autres modes de transports, c’est la clé. On parle ici d’intermodalité : pour un seul voyage, une personne ou une marchandise peut associer bus, train, bateau, vélo, vélo cargo, marche à pied, etc.  Si la distance est longue, on peut donc mettre son vélo dans le train par exemple ou alterner le bus et la marche à pied. C’est la meilleure façon de réduire son impact écologique et de diminuer la pollution.  

Et dès qu’on le peut : on pédale ! Les personnes qui se rendent au travail en vélo ont près de deux fois moins de risque de mourir prématurément que les personnes allant travailler en voiture ou en transport en commun. Le vélo est non seulement bon pour lutter contre la pollution mais c’est aussi un excellent moyen de prévenir la sédentarité et les maladies associées. 

Selon Santé Publique France, la pollution de l’air fait perdre à chaque Français·es 8 mois d’espérance de vie. La révolution, ce serait d’opter pour un déplacement qui ne nuit pas à notre santé et qui contribue même à notre bien-être. 

Pour aller plus loin

Actualité
Photo by Gautier Pfeiffer on Unsplash
Agriculture Agriculture

Label bas-carbone et agriculture : à quand de vraies solutions ?

Publié le 1 février 2023
France Nature Environnement, Le Réseau Action Climat, la Fondation pour la Nature et l’Homme et…
Communiqué de presse
zfe
Climat Climat

Zones à faibles émissions : la proposition de la loi du Rassemblement National pollue le débat

Publié le 12 janvier 2023
Face au projet de loi du Rassemblement National visant à supprimer les Zones à Faibles…
Actualité
reglement europeen illustration
Biodiversité Biodiversité

Europe : dernière chance pour sauver la biodiversité !

Publié le 11 janvier 2023
Le Conseil de l’Union européenne et le Parlement européen ont débuté l’examen du projet de loi…
Actualité
voeux fne 2023
Climat Climat

Sobre et heureuse année 2023 : nos bonnes résolutions !

Publié le 2 janvier 2023
France Nature Environnement vous souhaite à toutes et tous une sobre et heureuse année 2023…