Pollution de l'air dossier
Dossier
Santé Santé
Transports Transports
Ville et territoires Ville et territoires

Lutter contre la pollution de l’air : les mesures à prendre

Publié le 12 janvier 2024

Aujourd’hui, aucun médecin n’annonce aux familles : « votre proche est mort de la pollution de l’air ». Pourtant, derrière des infarctus, cancers ou des arrêts cardiaques se cachent souvent la 3ème cause de mortalité en France : la pollution de l’air. Que faire face à ce fléau ? Face au cocktail de pollutions, France Nature Environnement défend un cocktail de solutions.

Quelles sont les conséquences de la pollution de l’air ?

L’impact sanitaire : La pollution de l’air tue et rend malade

300 000 européens en meurent chaque année, 40 000 à 100 000 personnes en France. La pollution de l’air est la 3ème cause de mortalité en France après le tabac et l’alcool.

Les conséquences de notre exposition sont très lourdes et impactent différentes parties de notre corps :

L’impact environnemental : la pollution de l’air menace nos écosystèmes et notre agriculture

La pollution de l’air crée un stress oxydatif qui altère la résistance des plantes et des arbres. Ceci réduit leur croissance et leur qualité (jaunissement, nécroses).

Cette pollution, en particulier l’ozone, réduit la photosynthèse des plantes. Elle fait ainsi chuter de 3 % à 20 % le rendement de certaines cultures agricoles et sylvicoles. La production française de blé pourrait même diminuer de plus de 30 % si la pollution à l’ozone n’est pas maîtrisée.

Enfin, les pluies et brouillards acides causent de nombreux dommages sur les écosystèmes (acidification des eaux et des sols) et donc sur la biodiversité.

L’impact économique : la pollution de l’air coûte plus de 100 milliards d’euros par an à la France

Si le bilan sanitaire et environnemental de la pollution de l’air est aujourd’hui catastrophique, cette dernière engendre aussi des coûts colossaux pour les finances publiques et pour l’économie.

Le Sénat estime le coût annuel de la pollution de l’air à 100 milliards d’euros par an en France, c’est 2 fois plus que le coût du tabac.

Ce montant comprend les coûts de santé liés aux décès prématurés et aux maladies dues à la pollution atmosphérique.

Il prend aussi en compte la perte de productivité, due à la fois aux journées de travail perdues et à la baisse de la productivité au travail, les pertes de rendement des cultures, la détérioration du paysage naturel affectant le secteur du tourisme et les dommages causés aux bâtiments.

En parallèle, la France a été condamnée par le Conseil d’Etat et paie depuis 2021 des astreintes semestrielles pour les dépassements des valeurs limites pour le dioxyde d’azote et les particules PM10.

Le fardeau inacceptable que représente la pollution atmosphérique est en grande partie évitable. Des solutions existent et doivent être mises en œuvre pour la protection de la santé et de la qualité de vie !

Zoom sur la qualité de l’air en France

Les solutions sont liées aux différents secteurs d’émissions, qui sont responsables de fortes concentrations de polluants en France : le trafic routier, l’agriculture, le résidentiel et l’industrie.

infographie_bilan de la qualité de l'air 2022_gouvernement

Source Bilan de la qualité de l’air 2022

Comment réduire la pollution de l’air des transports routiers ?

Sur la route, le plus grand tueur est invisible. Le dioxyde d’azote, un gaz émis majoritairement par le trafic routier, est responsable de 7 000 morts par an (Santé Publique France 2021). C’est 2 fois plus que la mortalité des accidents de la route ! Le secteur des transports est responsable en grande partie de la pollution en ville où se trouvent les plus fortes concentrations de populations.

De plus, la voiture propre n’existe pas : plus de la moitié des particules fines émises par les véhicules routiers récents ne sont pas causées par l’échappement, mais par l’usure des freins, l’abrasion des pneus et de la route. Ceci concerne donc tous les types de voiture (électrique ou non).

Des actions immédiates et urgentes sont à mettre en place, tout comme des mesures sur le long terme.

Que faire à mon échelle ?

Réduire mon usage de la voiture quand je le peux et opter pour des mobilités durables. Calculer l’empreinte carbone de mes trajets pour mieux comprendre l’intérêt de choisir ces mobilités plus vertueuses. Dans les cas où elle est indispensable, mieux choisir ma voiture en consultant notre éco-guide de l’automobile et en faisant le test pour découvrir en un clin d’œil la solution la plus adaptée à mes usages.

Je calcule l’empreinte de mes trajets

Je découvre l’écoguide de l’automobile

Je fais le test «A quoi tu roules ?»

Comment réduire la pollution de l’air de l’agriculture ?

L’élevage français génère deux principales pollutions de l’air :

  • des émissions d’ammoniac, qui sont en excès depuis plus de 30 ans par rapport aux normes fixées dans la réglementation européenne.
  • des émissions de méthane : ce gaz à effet de serre, « bombe climatique », a un potentiel de réchauffement 25 fois supérieur à celui du CO2. Il est également un précurseur de pollution à l’Ozone.

Que faire à mon échelle ?

Soutenir l’agriculture respectueuse de l’environnement, en achetant des produits locaux et évitant les produits transformés ou industriels. Je peux également essayer de végétaliser mon alimentation, en réduisant ma consommation de viande et en mangeant plus de légumineuses.

Lire notre dossier

Rejoindre la Mission Alimentation

Comment réduire la pollution de l’air des bateaux ?

La pollution de l’air des navires s’explique notamment par la teneur en soufre des carburants. Fioul lourd, diesel marin… Les carburants des navires ont une teneur en soufre jusqu’à 3 500 fois plus élevée que le diesel des voitures. Une fois brûlé, ce carburant rejette du dioxyde de soufre, connu pour son impact sanitaire (maladies respiratoires, bronchites, irritations de la gorge) et environnemental (pluies acides) mais aussi du dioxyde d’azote.

FNE salue le rôle de la France dans la création de la zone à faible émission de souffre en Méditerranée (zone SECA), mais il est nécessaire d’aller plus loin pour protéger la santé des riverains des villes portuaires en Méditerranée et ailleurs.

Que faire à mon échelle ?

Je fais le choix du tourisme durable en bannissant les voyages touristiques en paquebot de croisière géants et très polluants et en privilégiant des déplacements par le rail par exemple. Et pourquoi pas en embarquant mon vélo sur un bateau à voile, une solution pour le transport maritime de passagers en plein développement ?

Je découvre comment voyager sans polluer

Comment réduire la pollution de l’air de l’industrie ?

Les divers secteurs industriels français émettent également leur lot de polluants. Afin de les réduire, la France peut :

Que faire à mon échelle ?

Je privilégie la sobriété en sortant de la logique de surconsommation et en achetant des produits durables. Je peux également m’informer sur les installations classées proches de chez moi et m’investir dans des associations qui s’engagent pour leur surveillance pour lutter contre les accidents tels que celui de Lubrizol.

Découvrir la méthode BISOU

Lubrizol : 1 an après, quelles leçons ?

Comment réduire la pollution de l’air du secteur résidentiel ?

Le secteur résidentiel est particulièrement émetteur de particules fines :  cela est dû principalement aux feux de cheminée qui sont très polluants. En effet, le chauffage au bois est la principale source d’émission de particules fines en France : en 2021, il représente 62% des émissions nationales de particules PM2,5.

Pour réduire cette pollution, certaines mesures pourraient avoir un poids considérable :

Que faire à mon échelle ?

Je m’intéresse à la rénovation énergétique de mon logement et vois comment la mettre en place. Si je me chauffe au bois, j’adopte les bonnes pratiques.

Bonnes pratiques pour se chauffer au bois

Rénovation énergétique : nos webinaires pour tout comprendre

Vous voulez soutenir nos combats ?

Votre engagement à nos côtés fait gagner la nature. Si vous souhaitez continuer à nous soutenir, il existe de nombreuses manières de suivre l’actualité de l’environnement et les chantiers menés par les 6 200 associations de France Nature Environnement, quelles que soient vos préférences.

  • Vous pouvez vous abonner à notre lettre d’info mensuelle : chaque mois, vous recevrez un résumé des principales actions et de nos appels à soutiens !
  • En vous abonnant à notre page Facebook, vous pourrez participer aux discussions sur nos principaux champs d’actions, poser vos questions et obtenir des réponses.
  • Sur Twitter, suivez notre engagement politique et retrouvez tous nos communiqués de presse.
  • Sur Instagram, engagez-vous à nos côtés en relayant nos publications explicatives sur les grands enjeux de la protection de l’environnement et nos appels à soutien.

Et si vous le pouvez, soutenez-notre action par un don, ponctuel ou régulier. Vos dons nous permettent de conserver notre indépendance et de nous mobiliser pour la préservation des espèces et des milieux : en éduquant à l’environnement, en agissant en justice ou encore par notre plaidoyer auprès des décideurs politiques.

Je donne à France Nature Environnement

Pour aller plus loin

paris-pollution
Actualité
Climat Climat

Signez la pétition pour que l'Europe protège enfin notre air

Publié le 21 février 2024
Pourquoi faut-il se préoccuper de la qualité de notre air ? La mauvaise qualité de l’air tue…
Paris
Actualité
Santé Santé

Directive Air : lettre ouverte au Président de la République

Publié le 15 février 2024
Avec autres associations engagées dans la santé environnementale, France Nature Environnement…
Ecophyto pesticides réduction agriculture biologique
Actualité
Agriculture Agriculture

Pesticides : pistes pour sortir de la spirale de l'échec

Publié le 30 octobre 2023
Avec la LPO, le WWF, la FNH et Générations Futures, France Nature Environnement demande un plan…
Visuel de la malle pédagogique « Ensemble, jardinons au naturel »
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Malle pédagogique « Ensemble, jardinons au naturel »

Publié le 6 octobre 2023
Chaque jour, les associations fédérées à FNE contribuent au développement de l’éducation à l…