dossier pesticides abeille morte
Dossier
Agriculture Agriculture
Biodiversité Biodiversité
Santé Santé

Pesticides : définition, enjeux et impacts

Publié le 16 juillet 2019

Alors que les risques des pesticides pour la santé et l’environnement sont de mieux en mieux connus et documentés, leur utilisation continue d’augmenter, avec des dizaines de milliers de tonnes vendues chaque année. Qu’est-ce qu’un pesticide ? Herbicides, fongicides, insecticides… Comment ces produits agissent-ils ? Quels sont leurs impacts ? Et pourquoi continuent-ils malgré tout à être si largement utilisés ? France Nature Environnement fait le point sur ce dossier sensible.

C’est quoi un pesticide ? Pourquoi sont-ils autant utilisés ?

Néonicotinoïdes, diméthoate, glyphosate, SDHI, pyréthrinoïdes… Les pesticides, aussi connus sous le nom de produits phytosanitaires ou phytopharmaceutiques, regroupent des centaines de substances actives aux noms barbares, d’origine naturelle ou synthétique.

Ils sont principalement utilisés dans l’agriculture afin d’assister la croissance des cultures, et plus particulièrement des cultures destinées à un usage alimentaire (pour les animaux ou pour l’alimentation humaine).

Leur point commun est leur objectif : tuer les organismes vivants ou les animaux qui détériorent les cultures, plantations, matières, voire l’esthétique d’un jardin (la fameuse herbe folle de l’allée en gravier). Avec l’usage de pesticides, les végétaux sont protégés des maladies et de leurs différents prédateurs.

Chaque pesticide possède sa propre cible :

  • les herbicides visent des herbes jugées « mauvaises », 
  • les fongicides s’attaquent à des champignons
  • les insecticides tuent des insectes. 

Les modes d’action de ces biocides sont variés : imprégner toute la plante ou rester à sa surface, être préventif ou curatif… Leur application diffère également d’un produit à l’autre (enrobage de graine, aspersion de plante…), tout comme leur façon de tuer (par inhalation, par contact…).

Pesticides en France : une grande histoire d’amour

En 2020, près de 66 000 tonnes de substances actives de produits phytosanitaires ont été vendues, ce qui fait de la France le 2ème utilisateur de pesticides en Europe et le 8ème rapporté à l’hectare.

Pourquoi une telle dépendance de l’agriculture à ces substances ?

Le problème, c’est que les pesticides ont de graves conséquences sanitaires et environnementales. Depuis 2012, les pouvoirs publics ont mis en place des plans Ecophyto, pour tenter de réduire leur utilisation. Mais malgré plus de 800 millions dépensés depuis 2009, l’usage de pesticides continue d’augmenter. Pour autant, les rendements agricoles n’augmentent pas.

Pesticides : quels impacts pour la santé ?

Cancers, perturbateurs endocriniens : des effets de long terme

L’Organisation Mondiale de la Santé a classé un grand nombre de pesticides comme :

  • cancérogènes,
  • mutagènes (toxiques pour l’ADN),
  • ou reprotoxiques (nocifs pour la fertilité).

Ils font également partie de la grande famille des différents perturbateurs endocriniens, dangereux pour la santé et la sécurité des agriculteurs. Derrière ces termes se cachent une myriade de maladies : maladie de Parkinson, cancers, malformations, infertilité… 

Nous avons conçu 6 affiches pour mieux comprendre l’usage des pesticides et ses enjeux dans l’agriculture française. N’hésitez pas à télécharger ce document en pdf et à le diffuser pour que tous puissent mieux appréhender la place des produits phytosanitaires dans la production agricole française et notre consommation quotidienne.

Agriculteurs et riverains, en première ligne face aux pesticides

Les premiers touchés sont les agriculteurs et agricultrices qui manipulent et respirent ces produits biocides, dès leur épandage. Même s’ils disposent d’équipements censés les protéger, ceux-ci sont souvent inadaptés, et pas forcément bien utilisés, comme le révélait un avis de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire en 2016. Les effets secondaires des produits phytosanitaires sont de plus en plus reconnus par les autorités comme des maladies professionnelles en agriculture.

Les impacts sanitaires de ces substances dépassent le périmètre des champs. Les habitations proches des parcelles agricoles où s’opèrent les épandages sont également très exposées. Pour autant, les riverains ne sont pas toujours informés des risques pour leur sécurité. France Nature Environnement défend une meilleure information sur les dangers de l’exposition à ces substances.

Air, eau, aliments, faune et flore : nous sommes tous exposés aux pesticides

Les produits phytopharmaceutiques sont partout dans notre quotidien. Ils deviennent ainsi une pollution diffuse et permanente dans l’air, l’eau, les sols, l’alimentation… 

Après leur utilisation, la plupart des pesticides se dispersent dans l’air. En 2018, une étude de l’observatoire AirParif  relevait la présence de 30 pesticides dans l’air ambiant, dont 6 interdites, dans des sites urbains ou périurbains d’Île-de-France. 

 En 2017, des pesticides sont retrouvés dans 80 % des masses d’eaux souterraines, avec environ un quart d’entre elles dépassant le seuil réglementaire. Parmi les près de 300 substances recensées, la moitié sont des herbicides et 40 % sont des substances actuellement interdites. La contamination des eaux de surface est également généralisée avec, entre 2015 et 2017, 84 % des points de mesures dépassant au moins une fois le seuil de 0,1 μg/l pour la concentration de chaque pesticide pris isolément. Les dépassements réguliers concernent plus d’un quart des points de mesure nationaux, selon l’Inserm. 950 000 personnes sont alimentées par de l’eau présentant des dépassements récurrents aux limites de qualité vis-à-vis des pesticides, soit 1,4 % de la population.

Rien de bien réjouissant non plus dans l’assiette où, par exemple, 80 pesticides différents ont été retrouvés par l’agence de l’EFSA (European Food Safety Authority) sur un échantillon de pêches vendues en Europe, et 84 sur un échantillon de fraises.

Si des labels se targuent de garantir « zéro résidus de pesticides » dans leurs aliments, la promesse se révèle trompeuse. En effet, pour détecter des résidus de pesticides, il faudrait procéder à un biocontrôle bien plus complet et chercher l’ensemble des substances biocides d’une trop longue liste.

Les pesticides provoquent un déclin rapide de la faune et la flore

Les pesticides font partie des principaux responsables de l’érosion de la biodiversité, qui s’avère bien mise à mal :

Pour les plantes associées aux milieux agricoles cultivés (bleuets, coquelicots, etc.), les chiffres ne sont pas plus rassurants : 51% sont considérées en situation précaire et 7% ont disparu selon les informations fournies par le plan national d’actions en faveur des plantes messicoles.

Les produits phytopharmaceutiques dans leur ensemble ont leur part de responsabilité dans cette hécatombe, de manière directe ou indirecte. Quelle que soit la durée de l’exposition, courte ou prolongée, celle-ci aura un impact sanitaire à long terme pour les eaux, les végétaux et notre consommation globale.

Des impacts tout au long de la chaîne alimentaire

Un rapport de l’agence de l’EFSA a montré que les néonicotinoïdes augmentent la mortalité des abeilles. A date, de nombreuses études ont prouvé ce fait. Pourtant, la France continue d’utiliser les biocides dans lesquels cette molécule nocive est présente alors que l’on connaît le rôle majeur des abeilles dans le développement de la biodiversité au travers de la pollinisation.

De façon plus indirecte, les pesticides peuvent causer des pathologies, diminuer la fertilité, perturber le système immunitaire… Plus simplement, ils peuvent faire disparaître les proies d’autres espèces, qui auront alors bien plus de mal à se nourrir.

Amphibiens, mammifères, oiseaux, poissons et reptiles : tous les acteurs de la chaîne alimentaire voient leur espérance de vie et leur état de santé se dégrader, dans les eaux comme sur les sols. Une surveillance accrue du niveau de risque sanitaire a été mise en place ces dernières années, mais les actions de biocontrôle ne suivent pas la cadence.

A date, tous les écosystèmes, du sol à l’eau en passant par les espaces naturels ou les terres arables, sont fragilisés. Mais alors, face à une telle liste d’effets secondaires, comment se fait-il que les pesticides soient encore vendus ?

Pourquoi les pesticides ne sont pas interdits ?

Un système d’évaluation incomplet

Pour être mis en vente, les pesticides doivent obtenir une autorisation de mise sur le marché de différentes agences de biocontrôle au niveau européen et national.

  • Au niveau de l’Europe pour les substances actives,
  • Puis de l’Europe et de l’État pour les produits commerciaux.

Pour établir ces autorisations, les autorités évaluent avant tout les différents risques sanitaires et alimentaires impliqués par les résidus chimiques pour les espèces non-ciblées par le pesticide (comme l’être humain). Ces évaluations jugent si le risque encouru est « acceptable », avec l’ambition que seules les molécules présentant plus d’avantages que d’inconvénients soient autorisées. Une évaluation est donc censée faire office de “garantie” attestant de la sécurité de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques testés.

Pour autant, l’étude complète des risques est très complexe, voire impossible. En effet, l’évaluation est faite en suivant des méthodes standardisées, qui ne peuvent pas reproduire les conditions réelles d’utilisation. Il devient donc difficile de mesurer l’ensemble des impacts de ces biocides sur la biodiversité, l’alimentation et la santé, notamment les potentiels mélanges ou effets cocktail.

Comment arrêter d’utiliser des pesticides ?

Une nécessaire transition vers l’agroécologie

Si France Nature Environnement milite régulièrement pour l’interdiction des pesticides les plus dangereux, notre fédération travaille également à un changement radical de pratiques de la part de l’ensemble des utilisateurs. 

En matière d’agriculture, il est indispensable de passer d’un modèle agricole productiviste industriel à l’agroécologie. Issu de l’interaction entre l’agronomie et l’écologie, ce modèle agricole propose de s’appuyer sur la restauration des équilibres des écosystèmes pour obtenir des cultures plus résilientes. Plutôt que de tuer tous les insectes, elle vise par exemple à créer les conditions pour que les populations s’autorégulent. Il s’agit de recréer les conditions optimales de pousse des plantes et de vie des animaux. Comment ?

  • En restaurant de la diversité dans les cultures ;
  • En diminuant la taille des parcelles pour instaurer des couloirs de déplacement pour les animaux et insectes auxiliaires ; 
  • En remettant les ruminants (vaches, chèvres, brebis) dans les prés pour pâturer ;
  • En préservant les prairies naturelles et la richesse de leur flore, 
  • En replantant des haies en bordure de champ et surtout des fossés et cours d’eau, voire des arbres dans les cultures (agroforesterie).

Chercheurs et chercheuses, agriculteurs et agricultrices, pouvoirs publics, consommateurs… Cette transition nécessite l’implication de toutes sortes d’acteurs et d’actrices.  La transition ne pourra pas s’opérer tant que la logique sera de remplacer une molécule par une autre, jugée moins dangereuse… pour le moment.

Contre un système alimentaire et agricole à deux vitesses (industriel vs. biologique, local vs. mondial), c’est la multiplicité des agricultures et l’adaptation de chaque production à son environnement local qui peuvent fournir des solutions résilientes et durables. A cela s’ajoute la surveillance et la protection des zones fragiles.

Auprès des agriculteurs et des agricultrices, des pouvoirs publics, des citoyen∙nes ou encore des médias, France Nature Environnement se mobilise depuis des années pour porter et mettre en lumière les solutions permettant de se passer durablement des produits phytosanitaires.

Pour mettre fin à la dépendance de notre agriculture aux intrants en général et aux pesticides en particulier, nous souhaitons accompagner les agriculteurs et les agricultrices vers la transition agroécologique et la juste rémunération des services rendus par une agriculture plus vertueuse. Une politique qui s’avérerait bénéfique à la santé et la sécurité de tous et toutes, à notre environnement mais également à la juste rémunération des agriculteurs et des agricultrices.

Stop aux pesticides près des habitations et des zones fragiles : FNE agit pour la santé et l’environnement

Habitations proches des épandages, eaux arrosées de pesticides, îlots de biodiversité sur lesquels il n’est pas interdit de répandre ces substances chimiques… Il existe bien des zones de tensions où la présence de pesticides est particulièrement préoccupante. France Nature Environnement mène campagne pour créer ou renforcer la protection des citoyennes et citoyens, mais aussi des espaces naturels fragiles.

Pour les experts, la bataille se nomme « ZNT » pour « Zones de Non Traitement aux pesticides » car c’est ainsi que le droit français a baptisé les aires sur lesquelles il est strictement interdit d’épandre des pesticides, généralement parce qu’elles sont trop proches d’un lieu sensible. Elles concernent généralement les cours d’eau et les habitations.

  • Nous nous mobilisons pour qu’il ne soit plus possible d’utiliser des pesticides trop près des habitations, notamment via la mise en place de zones de non-traitement à une distance minimale des zones habitées.
  • Nous nous battons également pour rétablir et améliorer la protection des cours d’eau face aux pesticides. En effet, en 2017, un décret mal rédigé a permis aux préfets de supprimer de petits cours d’eau des cartes pour faciliter l’épandage de pesticides sur leur territoire. Aujourd’hui, dans 29 départements, la justice nous a donné raison.
  • Depuis le 1er janvier 2017, les collectivités ont l’interdiction d’épandre des pesticides : une belle victoire pour le mouvement après des années de mobilisation.

Pour nous soutenir dans ce combat, vous pouvez aussi agir à votre échelle. C’est grâce à la mobilisation de chacun que la France réduira son exposition aux risques sanitaires et réussira à sortir de sa dépendance aux pesticides.

    Et moi, comment je peux aider à sortir des pesticides ?

    Contre les produits phytopharmaceutiques, tous les citoyen∙nes peuvent et doivent se mobiliser. Vous avez également votre rôle à jouer : 

    • Privilégier une nourriture bio, c’est œuvrer à la sortie des pesticides. Dans votre consommation de tous les jours, faites attention aux labels trompeurs tels que Zéro résidus de pesticides, Haute Valeur Environnementale…
    • Soutenir la mise en œuvre d’un affichage environnemental clair comme le Planet Score. Cette évaluation comprend un critère basé sur l’utilisation de pesticides dans la production des aliments que vous achetez et consommez au quotidien.
    • Jardiner sans pesticides. Limitez ainsi votre exposition aux résidus chimiques. De nombreuses associations locales du mouvement France Nature Environnement proposent des formations et conseils pratiques pour jardiner sans pesticides.
    • Rapprochez-vous d’une association du mouvement. Vous pourrez agir auprès des élus : projet alimentaire territorial, plan climat air énergie territorial etc. Des outils tels que Sentinelles de la Nature vous permettront de signaler une dégradation ou au contraire une initiative favorable à l’environnement près de chez vous.
    • Faire un don à France Nature Environnement : grâce à vos dons, nous préservons l’indépendance de notre mouvement et sommes capables de continuer à mener des actions en justice au service de l’intérêt général.
    • En somme, de nombreuses solutions et initiatives existent. Elles se créent sur mesure, s’adaptent aux territoires et répondent à l’urgence écologique, au fléau sanitaire mais aussi à la crise agricole. France Nature Environnement s’attache à valoriser, diffuser et essaimer cette belle exemplarité et le dialogue pour faire de ce monde, un monde vivable.

    Pour aller plus loin

    Epandage de pesticides
    Actualité
    Agriculture Agriculture

    Ecophyto : casser le thermomètre ne fera pas baisser la fièvre !

    Publié le 23 février 2024
    Ce lundi 12 février, France Nature Environnement et 6 autres organisations de la société civile…
    Tomates françaises sur un marché
    Dossier
    Agriculture Agriculture

    La souveraineté alimentaire : reconnecter agriculture, alimentation et territoires

    Publié le 21 février 2024
    En 1996, la Via Campesina, mouvement paysan international, a posé les fondements de la souveraineté alimentaire en tant que “droit des…
    pesticides
    Communiqué de presse
    Agriculture Agriculture

    Ecophyto : une consultation biaisée sur l'indicateur de réduction de l'usage des pesticides

    Publié le 15 février 2024
    Le 12 février dernier, 8 ONG ont claqué la porte du Comité d’orientation stratégique et de…
    champ de blé
    Dossier
    Agriculture Agriculture

    5 bonnes raisons de dire non aux nouveaux OGM (NTG)

    Publié le 2 février 2024
    Alors que la colère gronde dans le monde agricole, les nouvelles techniques génomiques (NTG), que la Commission européenne veut…