Actualités

Produits alimentaires : pour un affichage de leur impact environnemental

Engagée dès 2009 dans le cadre du Grenelle de l’environnement, la réflexion autour d’un affichage environnemental clair et fiable sur les produits alimentaires met du temps à aboutir. Et pour cause : si la demande des consommateurs est forte, un tel indicateur est toutefois particulièrement difficile à mettre en œuvre tant les paramètres à prendre en compte sont nombreux et complexes à évaluer. A la fin de l’année, un rapport d’évaluation des différentes modalités d’affichage, s’appuyant sur un bilan des travaux de groupes thématiques et de vingt projets expérimentaux, sera remis au Parlement. Il devrait répondre à la question suivante : « Selon quelles modalités est-il possible de fournir au consommateur une information environnementale lisible, fiable et objective, afin de lui permettre d’orienter ses choix vers une consommation alimentaire plus respectueuse de l’environnement ? ». Quels sont les enjeux liés à l’information environnementale des produits alimentaires ? Pourquoi est-elle si complexe à définir ? Quels sont les critères à prendre en compte ? France Nature Environnement fait le point.

L’affichage environnemental, une attente forte des consommateurs

L'affichage comme levier de modification de la consommation

Les citoyens sont de plus en plus sensibles à l’impact sur l’environnement de leurs choix alimentaires. D’après une étude de l’Ecole Supérieure d’Agricultures (ESA) d’Angers menée cette année, 70% sont intéressés par un affichage environnemental sur les produits alimentaires et 64% seraient prêts à changer leurs pratiques d’achat. D’après une nouvelle étude quantitative (à paraître) conduite par l’Itab, Sayari et VGF, 75% des répondants accordent de l’importance au mode d’élevage et 70% à l’impact sur l’environnement lors d’un achat alimentaire.

Ces données rejoignent des constats sur l’enjeu nutritionnel, publiés par le ministère de la santé qui évalue, dans une étude de février 2021, l’impact du Nutri-score : un français sur deux déclare avoir changé au moins une habitude d’achat grâce au Nutri-score.

Comprendre toutes les implications de ses choix

Néanmoins, un besoin important de pédagogie et d’information est identifié. En effet, de plus en plus de consommateurs prennent déjà en compte certains critères, mais pas forcément en connaissance de cause.

Par exemple, les consommateurs plébiscitent le critère de la consommation locale quand il s’agit d’impact sur l’environnement. D’après l’étude de l’ESA, 38% des consommateurs attendent ce critère dans la notation, alors qu’ils ne sont que 13% pour le critère biodiversité. Le critère biodiversité est cependant attendu à 80% dans l’étude Itab/Sayari/VGF.

Dans le même sens, l’application Yuka, avec ses 12 millions d’utilisateurs, calcule le score d’un produit en pondérant de façon équivalente l’impact du transport du produit et l’impact du mode de production (en attribuant un bonus selon le label du produit, par exemple Agriculture Biologique, Label Rouge...). Pourtant, l’étape du transport représente en moyenne 5% de l’impact global d’un produit alimentaire, contre 84% pour l’étape de production ! Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, l'impact environnemental d'un aliment provient d'abord de son mode de culture ou d’élevage.

Pourquoi l’affichage environnemental se fait-il attendre ?

Une démarche engagée depuis 2009

Le processus est engagé depuis longtemps. Dès 2009, la démarche est décidée lors du Grenelle de l’environnement. Une expérimentation nationale, menée pendant un an, conclut en 2013 au manque de maturité des bases scientifiques, et à la nécessité d’engager une démarche volontaire et progressive par secteur d’activité. 

En 2020, la loi n°2020-105 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire instaure officiellement un dispositif d’affichage environnemental, ou environnemental et social, volontaire. Cet affichage est rendu obligatoire par la loi Climat et Résilience votée en juillet 2021. Cette mesure rejoint également une attente citoyenne formulée par la Convention citoyenne pour le climat dans sa proposition C1.1.

Une expérimentation, qui arrive bientôt à son terme, a été lancée. Pendant plusieurs mois, des groupes de travail rassemblant les parties prenantes se sont concertés sur les différents types d’indicateurs à considérer, et sur le format d’affichage à adopter. Vingt projets, dont les rapports sont aujourd’hui disponibles sur le site de l'Ademe, ont permis de tester différentes méthodes de calcul de l’impact environnemental.

Un bilan sera transmis cet automne au gouvernement, qui rédigera un rapport au Parlement à la fin de l’année. Des décrets d’application seront votés en fin d’année. Et la France a prévu de porter le dossier à l’agenda européen dans le cadre de la présidence française du Conseil Européen à compter du 1er janvier 2022. Les conclusions des travaux menés cette année sont donc déterminantes pour la suite !

Une méthodologie pensée pour la production industrielle qui avantage les bons rendements

Or le sujet est loin d’être simple. Au départ, il y a la méthodologie d’Analyse du Cycle de Vie (ACV), encadrée par la norme ISO 14040, qui considère des indicateurs d’impact à toutes les étapes de la fabrication d’un produit. Cette méthode a été développée pour la production industrielle.

Les valeurs utilisées pour le calcul des seize indicateurs de l’ACV proviennent de la base de données Agribalyse®. Ces données moyennes proviennent de calculs statistiques et de valeurs standards, complétées par des hypothèses et des dires d’experts. Les seize indicateurs de l'ACV permettent de calculer un score appelé « single score EF3 », préconisé par la Commission Européenne.

Des approximations et des simplifications ont toutefois dû être réalisées. Ces limites, bien identifiées par les gestionnaires de la base de données, remettent en cause la validité d’un système de notation qui s’appuierait exclusivement sur les données fournies par Agribalyse®.

Ainsi par exemple, avec cette méthode, un produit issu de l’agriculture biologique est moins bien noté qu’un équivalent produit de façon intensive. En effet, les scores EF3 ignorent certains paramètres environnementaux majeurs, dont une grande partie de la biodiversité ou de l’impact des pesticides. La note incomplète est ensuite rapportée au kilogramme produit. Les rendements à l’hectare étant souvent meilleurs avec l’utilisation d'engrais ou de pesticides de synthèse, les scores EF3 reflètent donc d'abord de bons rendements, mais pas nécessairement de bons impacts environnementaux.

La nécessité d'une méthodologie sur-mesure

Les indicateurs considérés par l’ACV ne prennent pas correctement en compte la complexité des systèmes agricoles. Le score environnemental doit nécessairement être enrichi par des indicateurs supplémentaires, à la fois sur les externalités négatives, et sur les externalités positives.

Par exemple, le potentiel de stockage de carbone dans les sols suivant les pratiques n’est pas traité par la méthode actuelle, ni la prise en compte de la déforestation importée ou l’impact de l’usage des produits phytosanitaires sur la santé des hommes et des écosystèmes.

La note finale doit aussi intégrer l’ensemble des pressions et des pratiques favorables à la biodiversité ou encore la description plus précise des consommations d’eau au niveau agricole. Par ailleurs, pour une notation fine par produit, il faudrait disposer de données plus spécifiques pour chaque marque, ce que notamment les TPE et PME ne peuvent pas fournir pour des raisons de coût.

On comprend bien que l’évaluation exhaustive de l’impact est complexe, mais des références existent pour corriger et enrichir la méthode actuelle. Par exemple, l’INRAE a identifié des références de stockage du carbone dans le cadre de l’initiative 4 pour 1000. Autre exemple, la correction du calcul de l’ACV des émissions de protoxyde d’azote en utilisant les données les plus récentes du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’évolution du climat). L’intégration de ces éléments, parmi d’autres ajouts et corrections, montre que la notation finale peut fortement varier selon les indicateurs pris en compte, comme l’illustre le projet Planet-score (conduit par ITAB-Sayari-VGF), l’un des vingt projets de l’expérimentation.

Malgré ces limites, l’opportunité d’encourager l’amélioration des systèmes agricoles et alimentaires à travers l’information du consommateur est grande. A condition que le score calculé reflète au maximum la réalité de l’impact de la production et de la transformation d’un aliment.

Les recommandations de France Nature Environnement

Prendre en compte tous les impacts de notre alimentation

Notre boussole, ce sont les limites planétaires des ressources, mais aussi la notion de Santé globale, notamment les enjeux de santé publique. Notre alimentation a un impact sur le climat, la biodiversité, la qualité et l’utilisation des sols, la qualité et l’utilisation de la ressource en eau, le respect des animaux, le bouclage des cycles des éléments de base tels que l’azote et le carbone, ainsi que l’état de santé de tous...

Nous sommes tout à fait favorables à un affichage environnemental, à condition qu’il reflète la réalité de l’impact négatif et positif des systèmes de production en considérant la complexité des systèmes agroalimentaires, dans un contexte mondial. Par exemple, la déforestation importée doit être prise en compte dans la notation. L’impact des pesticides de synthèse ne peut pas être masqué dans le score final. L’information sur le bien-être animal doit être apportée simultanément au score environnemental, pour que le citoyen dispose enfin de cette information jugée essentielle dans les tests consommateurs.

Permettre la comparaison entre tous les produits

L’affichage environnemental doit être calculable pour toutes les catégories de produits alimentaires selon une méthode commune à tous les produits et harmonisée, et permettre la comparaison entre les produits dans une même catégorie. Il doit donc être possible de distinguer, par exemple, l’impact de tomates produites en serres chauffées ou en plein champ ou encore celui de la viande issue d’élevage industriel ou d’animaux élevés en plein air. Ce que ne permet pas pour l'instant l'attribution d'un score moyen à un produit standard.

Pour cela, Agribalyse® doit impérativement être corrigée et enrichie par des indicateurs actuellement non pris en compte par l’ACV. La biodiversité, le stockage de carbone, l’impact des pesticides dans le sol ou l’air, la qualité du sol, sont peu voire pas du tout considérés. D’autres indicateurs devraient également être intégrés pour prendre en compte la saisonnalité, l’usage de l’eau ou la déforestation.

Etudier l'ensemble des unités possibles pour mieux refléter l'ensemble de l'impact

Nous alertons aussi sur l’unité à laquelle l’impact est ramené, le kilogramme. Couramment utilisée en ACV, cette unité est-elle adaptée aux produits alimentaires, qui s’appuient sur des systèmes biologiques pour produire ? En effet, on constate que les produits issus des systèmes les plus intensifs, capables de produire en grande quantité, grâce notamment à l’utilisation d’intrants tels que des pesticides chimiques de synthèse, des engrais azotés de synthèse, un usage important de l’irrigation... (dont l’impact est par ailleurs mal évalué dans le système de notation actuel !) sont favorisés par un score plus avantageux ramené au kilogramme. D’autres unités fonctionnelles devraient être mises à l’étude telles que l’hectare, la calorie ou encore la valeur économique du produit.

Une autre piste à creuser serait de considérer les unités à laquelle ramener l’impact en fonction de ce qui est mesuré : ramener l’effet sur le climat à l’unité de produit (tonne ou kg), l’effet sur l’eau ou la biodiversité à l’hectare, le nombre de personnes nourries sainement par hectare de sols mobilisé ? Ce pourrait être l’objet de prochaines concertations, afin d’aboutir à une notation non-discriminante pour les systèmes les plus durables, qui jouent de nombreux rôles dans la lutte contre le changement climatique et la préservation de la biodiversité. L’exemple de l’élevage bovin est intéressant. Les animaux élevés à l’herbe permettent le maintien de grandes surfaces de prairies, qui jouent un rôle clef dans le stockage de carbone, le maintien de la biodiversité ou la rétention de l’eau dans le sol, et par ailleurs, dans certains endroits, ces prairies ne peuvent être valorisées que par des animaux.

La meilleure prise en compte de l’impact des externalités positives et négatives permettra d’aboutir à une vision plus fidèle de l’impact sur l’environnement.

Engager la transition écologique par les consommateurs

Le défi de l’affichage environnemental, c’est d’être à la fois clair, compréhensible, directement accessible au consommateur, le plus spécifique au produit possible, et surtout fiable pour éviter le greenwashing et encourager les pratiques les plus vertueuses.

Ces informations doivent permettre de mettre en œuvre la transition agroécologique indispensable, car les consommateurs ont la capacité d’orienter l’offre du marché et ainsi de faire évoluer les pratiques à travers les choix alimentaires. Les consommateurs n’ayant pas vocation à vérifier les informations délivrées, le système doit être fiable et produire de la confiance afin d’atteindre les objectifs recherchés.

Par ailleurs, le dispositif d’affichage doit être informatif et immédiatement pédagogique, en affichant les enjeux environnementaux clés (et non une note agrégée seule). D’après une étude quantitative conduite par l’Itab, Sayari et VGF sur la perception du Planet Score, 80% des répondants préfèrent le format informatif analytique par rapport à un score agrégé.
 

graphique affichage environnemental

Dans une autre étude du même collectif, qui compare les formats d’affichage proposés actuellement dans le cadre de l’expérimentation, un tel affichage composite est largement préféré par les répondants :  


 

France Nature Environnement soutient les travaux nécessaires pour corriger la méthode, pré-requis pour le déploiement d’un affichage fiable qui guide le consommateur dans ses choix, sans l’induire en erreur. Et soutient le principe d’un affichage composite, qui permet au dispositif d’être réellement pédagogique et impactant, au service d’une véritable transition écologique de l’alimentation.

Vous souhaitez vous aussi donner votre avis sur vos habitudes alimentaires et sur vos préférences en terme d’affichage ? Participez à l’enquête conduite par l’Itab, Sayari et VGF !

Je participe !

Par FNE
Le vendredi 10 septembre 2021
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don