Actualités

"Une seule santé" : la conférence en 3 questions

Le 17 mars 2021 se déroulera à l’École vétérinaire de Lyon VetAgroSup une conférence nationale, « Une seule santé, en pratique », co-organisée par France Nature Environnement, Humanité et Biodiversité, les médecins de l’Association santé environnement France (ASEF), les vétérinaires de la Fédération des syndicats vétérinaires français (FSVF) et la Fondation pour la recherche sur le biodiversité (FRB). Lylian Le Goff, médecin retraité, militant de Bretagne vivante et de FNE-Bretagne, membre du réseau santé environnement nous en dit plus en réponse à trois questions.

Mise à jour du 18/03 : la conférence "Une seule santé, en pratique ?" a eu lieu le jour anniversaire du premier confinement. Retrouvez l'ensemble des conclusions des débats qui s'y sont tenus via le lien suivant !

 

Pourquoi organiser cette conférence ?

Notre santé dépend en grande partie de notre environnement : cette évidence est cependant toujours laissée pour compte en dépit de la répétition de coups de semonce sous forme notamment de zoonoses pandémiques, effet boomerang en réaction aux dommages infligés à la biodiversité. Une précédente conférence s’est tenue avec les mêmes acteurs en 2014 sur ce lien entre santé et biodiversité.

Cette fois, il s’agit de bien définir de quoi l’on parle et d’en tirer des mesures concrètes significatives à mettre en œuvre : on est surpris de constater que les expressions « santé environnement » ou « santé environnementale» ne sont définies dans aucun texte législatif ou réglementaire. Encore moins « une seule santé », concept plus récent provenant de l’OMS (« One Health ») qui signifie clairement l’interdépendance de notre santé avec la santé des animaux, des plantes, des sols, de la biodiversité et du climat.

L’ampleur de la crise sanitaire du Covid-19, devenue rapidement crise économique et sociale majeure, révèle l’ampleur de notre imprévoyance et de nos fragilités. Nous avons été récemment auditionnés par la Commission d’enquête parlementaire sur l’évaluation de la politique de santé publique menée en santé environnement dont le rapport en fait une priorité pour le XXIe siècle.

S’il est un enseignement majeur à tirer de ces crises et de cette audition, c’est bien la nécessité de changer de modes de vie et de modèles. Les paradigmes nécessaires à cette transition sociétale doivent être centrés par la prévention dans tous les domaines, pour passer de l’incantation à l’action, sans plus tolérer de manœuvres dilatoires. Sans quoi l’on se condamne à subir d’autres effets boomerangs, qu'ils soient dus à la maltraitance de la biodiversité ou au dérèglement climatique.

La spécificité de la santé environnementale est précisément d’intégrer la prévention sanitaire dans les mesures politiques et l’aménagement des territoires. Elle implique une démarche transversale, tant au niveau national qu’au plus près des bassins de vie, là où sont affectées les populations en fonction de facteurs d’exposition environnementale (dénommée « exposome ») qui leur sont spécifiques, pour réduire les inégalités sociales en santé environnement.

Notre objectif est bien de s’appuyer sur des regards croisés, multidisciplinaires, pour dresser un état des connaissances et des politiques menées. Mais surtout des préconisations pour qu’elles évoluent résolument en faveur de la prévention sanitaire environnementale.

Résolument signifie qu’il faut que soit comblé le fossé creusé entre, d’une part ce que supportent scandaleusement les populations exposées dont la santé est sacrifiée aux intérêts économiques comme à Rouen avec l’affaire de Lubrizol ou à Fos-sur-mer avec son industrie chimique et, d’autre part ce que la France est capable d’afficher sur le plan international : avec une initiative de création d’un réseau international d’experts « One health » en 2020, avec le « One Planet Summit » du 11 janvier 2021 appelant à se mobiliser pour le climat et la biodiversité, ou encore ce qui va être promis lors de la 15e conférence des parties de la convention pour la biodiversité ou lors du congrès mondial de l’UICN à Marseille en septembre 2021.

Quels sujets seront abordés et à qui s’adressent-ils ?

Les organisateurs s’appuient pour établir le programme sur un comité de pilotage constitué de représentants associatifs et un comité scientifique pluridisciplinaire, dont ils ont confié l’animation à la directrice de la FRB : écologues, médecins, vétérinaires, agronomes, mais aussi philosophes, ethnologues, sociologues, juristes et économistes.

Une partie plénière abordera le cadrage du sujet évoqué précédemment : sa transversalité lors d’une table ronde réunissant des représentants de l’OFB, de l’OIE, de l’OMS et de l’ANSES, mais aussi ses composantes sociologiques trop souvent négligées en termes d’inégalités en santé environnement ainsi que le facteur économique, jamais pris en considération alors que le coût de l’inaction par manque de prévention s’avère considérable. Ainsi, celui de la pollution de l’air est évalué par le Sénat à 100 milliards d’euros par an, soit l’équivalent du plan de relance post-Covid sur plusieurs années.

Par la réunion d’acteurs de divers horizons, cette journée propose de mettre en discussion la prévention et notre modèle de gestion des crises sanitaires et de penser les contours d’une nouvelle gouvernance de la santé globale à l’échelon national, européen et international, selon quatre niveaux de questionnement :

  • Quelles sont les connaissances scientifiques en médecine humaine et vétérinaire, en agronomie, en écologie ou en sciences sociales qui fondent le débat ?
  • Où en sont les politiques publiques dans les territoires ?
  • Comment penser les relations entre initiatives locales, pilotage national et normes européennes et internationales ?
  • Quelle formation, que ce soit pour les décideurs, élus et agents administratifs territoriaux, les professionnels de santé et … tous les corps de métiers pouvant générer des facteurs de risques pour la santé environnementale.

Il est apparu utile d’approfondir sept thématiques, chacune partant d’un constat pour aboutir à une mise en œuvre :

  • Les microbiotes au cœur de la santé du vivant
  • Agriculture et alimentation : causes et solutions aux émergences infectieuses
  • Quels processus pour la prise en compte plus intégrée de la faune sauvage ?
  • Biocides et médicament : impacts sur l'environnement, quelles alternatives ?
  • Territoires, quelles actions publiques ?
  • Quel modèle international / européen de gestions des risques sanitaires ?
  • Former les décideurs et les professionnels de santé

Un premier enseignement sous forme de prospectives sera ensuite exprimé par la députée présidente du Groupe santé environnement de l’Assemblée nationale, suivi d’une déclaration finale des cinq présidents des associations organisatrices.

Si cette conférence implique particulièrement les politiques, scientifiques et professionnels, tous les sujets abordés concernent notre santé et par conséquent tout public et nos réseaux associatifs qui sont à l’interface.

Quels sont les objectifs de la conférence ?

L’objectif majeur de cette conférence est de faire d’« une seule santé » une réalité opérationnelle, avec la restitution des préconisations concrètes et recommandations de ces 7 ateliers dont les travaux préparatoires se sont échelonnés sur un trimestre.

La biodiversité est tellement mise à mal que l'on parle de sixième extinction en cours. Or les atteintes visibles portées à la macro-biodiversité sévissent également au niveau de la micro-biodiversité et de ses populations microbiennes avec des conséquences épidémiques redoutables, sanitaires et socioéconomiques.

Cette micro-biodiversité est constituée de divers organismes microscopiques organisés en microbiotes symbiotiques, qui fonctionnent en continuum et conditionnent l'interdépendance entre la santé de l'homme, de l'animal, du végétal et des sols. Porter atteinte à l’un d’eux, c’est déséquilibrer ce continuum et la physiologie des espèces qui dépendent l’une de l’autre pour leur propre nutrition. Ces atteintes peuvent venir autant d'agents physiques (déforestations, monocultures, artificialisation des sols, conditions concentrationnaires d’élevages, etc.) que chimiques (engrais chimiques, pesticides, biocides, etc.).

Ainsi, une alimentation trop carnée et trop industrialisée nuit au bon équilibre de notre microbiote intestinal, expliquant en grande partie la progression des principales co-morbidités aggravant la vulnérabilité aux pandémies… Il en résulte des préconisations elles mêmes interdépendantes concernant les modes de cultures et d’élevage, l’éducation sanitaire alimentaire, la mise en œuvre d’un plan protéines global à la fois pour la transition alimentaire et agricole...

Concernant la mise en œuvre et par conséquent la gouvernance et la formation, le droit constitutionnel de « vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé » est proclamé. Par contre, faute de transposition législative, il ne peut être appliqué pour bénéficier effectivement aux populations. En effet, les seules mentions légales relèvent de l’hygiène et de la salubrité publique.

Cela implique des mesures législatives et réglementaires pour que la France se dote d’une politique de santé publique en santé environnement charpentée par deux axes : un axe stratégique « Une seule santé » et un axe opérationnel, à la fois transversal et pluridisciplinaire. Ce qui implique une nouvelle gouvernance nationale interministérielle pour coordonner les thématiques (jusque là cloisonnées en 35 plans silos) et la recherche scientifique, mais aussi une gouvernance au niveau des territoires dotés de nouvelles compétences. Il s’agit de passer de l’hygiénisme du XIXe siècle à la santé environnementale du XXIe siècle ! Les bassins de vie, le plus souvent à l’échelle d’Epci, ainsi dotés de Diagnostics locaux santé environnement (DLSE) inventoriant leurs exposomes, seraient à même de mettre en œuvre des Plans Territoriaux d’actions en Santé Environnement (PTSE) pour y remédier en toute connaissance de cause.

Les rares exemples existants (comme Lyon, Valence, Lorient…) reposent sur une démarche volontaire qu’il importe de généraliser par une réglementation encadrant cette territorialisation de la santé environnementale, à la fois par souci d'une prévention efficace, de cohérence et de saine gestion.

Le vaste chantier que constitue la formation adaptée à la santé environnement devrait concerner au premier chef les élus et agents administratifs territoriaux (avec l’aide du CNFPT) et bien sûr la formation professionnelle initiale et continue de nombreuses disciplines, à commencer par les médecins et paramédicaux, les vétérinaires, mais aussi les agronomes, les écologues, les grandes écoles formant les élites administratives, de nombreuses branches industrielles, l’agriculture, les filières énergétiques, le bâtiment et les travaux publics, l’urbanisme, les modes de transports …

Voilà les sujets de réponses à cette question cruciale : comment aider les populations et acteurs locaux à s’approprier cette approche globale de prévention sanitaire environnementale ?

Comment se présentent cette journée du 17 mars et, au-delà, cette problématique ?

Le contexte épidémique anxiogène ne prête pas à l’optimisme… Et nous oblige à des adaptations successives, avec pour conséquence majeure l’absence de public en présentiel. C’est pourquoi nous vous donnons rendez-vous en ligne pour participer à ces échanges qui sont plus que jamais d’actualité.

Nous sommes conscients aussi de l’ampleur du dossier qui ne pourra pas être traité de façon exhaustive. Par exemple, nous avons à cœur de mettre sur la table le sujet des enjeux économiques, pour au moins lancer le débat et amener à l’intégrer dans les approches à venir : pour que cesse ce scandale du coût de l’inaction par manque de prévention et du coût des externalisations négatives supportés par la collectivité et, a contrario, pour faire valoir l’importance potentielle du retour sur investissement d’une politique de prévention. Mais il s’agit là de l’amorce d’un processus qui demande à ce qu’autres conférences peaufinent les réflexions et préconisations dans un proche avenir.

Pour France Nature Environnement, qui fédère quelques 3500 associations, à la fois sentinelles et forces de proposition, implantées sur l’ensemble de l’hexagone et départements ultra-marins, les enjeux sont aussi d’importance : sensibiliser ses réseaux pour qu'ils intègrent les enjeux de santé liés à leurs pôles d'intérêts ; envisager une formation destinée en priorité à tous les représentants d'associations environnementalistes au sein des Conseils de territoires de santé (CTS) dont sont dotés les Epci en relation étroite avec les ARS. C'est à ce niveau que l'on peut sensibiliser les territoires à la santé environnementale et les amener à se doter de diagnostics pour passer à l’action avec des plans de prévention : l’avenir nous appartient !

En savoir plus

Par FNE
Le lundi 22 février 2021
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don