masque pollution
Communiqué de presse
Déchets Déchets
Produire et consommer durable Produire et consommer durable
Santé Santé

Le masque de protection : le nouveau sac plastique

Publié le 18 juin 2021

En coopération avec l’agence L’Associé et plusieurs diffuseurs, France Nature Environnement lance ce 18 juin une campagne de mobilisation à la réduction et au traitement des déchets à travers l’objet symbole du début des années 2020 : le masque de protection. 3 millions de ces masques, constitués en majorité de polypropylène, sont utilisés chaque minute dans le monde. Mal traités, ces masques peuvent terminer leur vie dans les océans où ils s’ajoutent aux plus de 11 millions de tonnes de plastiques qui y sont déversés chaque année.

Le masque : cause et conséquence des atteintes à l’environnement

Il restera sans doute comme l’accessoire symbolique du début des années 2020. Hélas, il risque aussi de rester autant dans nos mémoires que dans la nature et notamment les mers et océans. Le masque chirurgical est tout à la fois une cause et une conséquence des dégradations environnementales et de la puissance de leurs impacts au niveau planétaire : il est estimé que 3,4 milliards de masques chirurgicaux sont utilisés et jetés chaque jour dans le monde actuellement. Utilisés, jetés, mais ensuite ? S’ils ne sont pas traités correctement, ils peuvent passer par les égouts, qu’ils obstruent le cas échéant, les rivières, puis les plages et les mers. Sous l’effet des UV et de l’eau de mer, ils se désintégreront en microfibres de plastique de plus en plus petites – jusqu’à 173 000 fibres plastiques de ce type peuvent s’échapper chaque jour d’un seul masque après un séjour d’une semaine en mer. Ils entrent ensuite dans la chaîne alimentaire de la faune marine et en bout de course dans notre alimentation.

Pour chacune de ces raisons, l’agence L’Associé a choisi cet objet symbolique pour incarner la toute nouvelle campagne de sensibilisation de France Nature Environnement.

11 millions de tonnes de plastiques déversées chaque année dans les océans

Ces masques sont la partie émergée de l’iceberg de plastiques qui polluent nos mers et océans. On estime à 11 millions de tonne la quantité de plastiques déversés chaque année dans les océans. Un chiffre en augmentation qui pourrait atteindre 29 millions de tonnes en 2040.  

« Pour les masques, explique Laura Chiron, du réseau Prévention et Gestion des Déchets au sein de France Nature Environnement, comme pour tous les déchets potentiels, il faut autant que possible appliquer la règle des 5 R : Réduire, Réemployer, Réutiliser, Réparer, Recycler. Recycler, ce n’est pas possible : mélange de papier et de différentes fibres synthétiques, les masques chirurgicaux ne sont pas recyclables. De même, ils ne sont pas réparables. Par contre, on peut choisir des masques lavables et réutilisables de catégorie 1 recommandés par la Haute Autorité de Santé. Cela permet de réduire la production de déchets plastiques. Et surtout, pour les masques chirurgicaux, veiller à systématiquement les jeter dans la poubelle des déchets ménagers après usage. »  

Selon Arnaud Schwartz, président de France Nature Environnement, « le masque est le symbole de notre vulnérabilité face aux conséquences dramatiques des dommages que nous infligeons au reste de la nature. La destruction des écosystèmes est la source de ces nouvelles zoonoses qui frappent de plus en plus l’humanité. Il est absolument essentiel de sortir de ce cercle vicieux où nos atteintes à l’environnement entraînent des catastrophes sanitaires engendrant elles-mêmes des comportements qui aggravent la crise écologique. Et si on raisonnait plutôt selon le principe « une seule santé » ? Car oui, nous devons travailler à la restauration de la santé des écosystèmes dont les humains font partie. Tout est lié, c’est le sens profond de cette campagne. »

Selon Elodie Martinie-Cousty, pilote du Réseau Océans Mers et Littoraux : « Les déchets plastiques en mer sont si nombreux et en constante augmentation que certains scientifiques nous prédisent une interdiction de consommation des produits de la pêche à horizon 2050/2080. En attendant, ils produisent des catastrophes de la surface au fond : en tombant au fond les micro-plastiques les stérilisent, dans la colonne d’eau ils  augmentent la mortalité et l’étouffement des dauphins et poissons qui en absorbent de plus en plus. En surface ils sont confondus par les oiseaux, et d’autres espèces comme des ressources alimentaires et les empoisonnent. Le masque sanitaire qui a pu sauver des vies humaines d’un virus, ne doit pas par ricochet aggraver les mortalités d’espèces et les pollutions plastiques océaniques, provoquant de nouveaux virus venant de la mer. »

Gilles Rivollier, fondateur de l’agence L’Associé, à l’origine de cette campagne : « Les masques sont les premières choses que l’on a pu rencontrer dans la nature en se promenant avant même de pouvoir y revoir des êtres humains, c’est comme si ils avaient été déconfinés avant nous ! C’est triste. Les chiffres de l’étude Heliyon ont été une véritable prise de conscience. Mais où vont donc finir tous ces masques ? Leur usage n’est certes plus obligatoire à l’extérieur mais leur usage à grande échelle ne va pas s’arrêter demain. Est-ce que le public est au courant de comment et où jeter ces masques ? En tant que surfeur, je sais aussi à quel point la pollution sur terre se retrouve en mer et je veux aussi protéger ces ressources naturelles uniques. »

L’Agence a constitué autour d’elle une équipe de partenaires qui partage les mêmes convictions concernant l’importance de la sensibilisation sur ce sujet phare. Tous ces partenaires ont donné de leur temps et leur savoir-faire pour permettre à l’association de faire rayonner la campagne et de toucher le public.

Comment agir ?

Rejoignez-nous sur

Pour aller plus loin

Actualité
Mer et littoral Mer et littoral

Masques jetables : la face cachée

Publié le 17 juin 2021
Bientôt la fin du masque chirurgical ? Sur nos visages, oui ! Mais dans la nature c’est une...
Actualité
Déchets Déchets

Que peut faire ma commune pour réduire les déchets et lutter contre le gaspillage ?

Publié le 1 juin 2021
Nos poubelles débordent ! Selon l’Ademe, la France produit chaque année l’équivalent de 4,9...
Communiqué de presse
Déchets Déchets

Profiter du confinement pour changer ses habitudes et se débarrasser du plastique

Publié le 20 novembre 2020
La covid-19 a entraîné entre autres conséquences le grand retour du plastique à usage unique...
Actualité
Déchets Déchets

Quiz : Le plastique, ça vous emballe ?

Publié le 20 novembre 2020
Que savez-vous vraiment sur le plastique, et plus particulièrement sur les emballages ? Prêt·e...