Communiqués

OGM, Avis du Haut Conseil des Biotechnologies : le château de cartes s’effondre

Le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) vient de rendre l’avis de son Comité Scientifique (CS) et la recommandation de son Comité Economique Ethique et social (CEES) sur le maïs MON810 de la société MONSANTO. Analyse de FNE.

<br />
<div align="justify">C&rsquo;est ce ma&iuml;s, qui produit en lui-m&ecirc;me un insecticide, qui a fait l&rsquo;objet d&rsquo;une clause de sauvegarde par le gouvernement fran&ccedil;ais, interdisant sa culture sur le territoire national.<br />
<br />
<strong>De profondes faiblesses scientifiques</strong><br />
D&rsquo;embl&eacute;e, l&rsquo;avis met en exergue les profondes faiblesses scientifiques du dossier, dont, notamment, celles concernant les tests statistiques&hellip; c'est-&agrave;-dire la base de l&rsquo;&eacute;valuation toxicologique et de l&rsquo;&eacute;quivalence en composition et capacit&eacute; nutritionnelle par rapport &agrave; un ma&iuml;s conventionnel.<br />
Le HCB rappelle que, suite &agrave; la question &eacute;crite pos&eacute;e &agrave; ce sujet par l&rsquo;ex-d&eacute;put&eacute;e europ&eacute;enne Monica Frassoni &agrave; la Commission Europ&eacute;enne, &agrave; savoir : &laquo; <em>La Commission peut elle certifier que le ma&iuml;s transg&eacute;nique MON810 n&rsquo;est pas toxique, au risque statistique pr&egrave;s&hellip; </em>&raquo; - ce qui est tout de m&ecirc;me le minimum requis pour d&eacute;livrer une autorisation - &laquo; <em>l&rsquo;AESA ne fournit pas de r&eacute;ponse sur ces points</em> &raquo;. Ce sont les termes, tr&egrave;s clairs, de l&rsquo;avis du HCB.<br />
<br />
D&egrave;s lors, une question se pose, que le CEES formule explicitement : &laquo; <em>l&rsquo;AESA disposant des donn&eacute;es brutes du p&eacute;titionnaire et ayant eu le temps n&eacute;cessaire pour les traiter, le CEES s&rsquo;interroge sur les raisons pour lesquelles elle n&rsquo;a pas r&eacute;pondu &agrave; la question de savoir si les tests pouvaient ou non, scientifiquement, servir de base &agrave; son avis, favorable, concernant le renouvellement du MON810</em> &raquo;.<br />
<br />
<strong>Pour le non renouvellement du MON810</strong><br />
Pour Fr&eacute;d&eacute;ric Jacquemart, copilote de la mission biotechnologie de FNE : &laquo; <em>Dans ces conditions, il serait difficile de comprendre et d&rsquo;admettre que le MON810 soit &agrave; nouveau autoris&eacute;, alors m&ecirc;me qu&rsquo;on ne peut pas, scientifiquement, se prononcer sur sa possible toxicit&eacute;. Une autre question, majeure, devra &ecirc;tre pos&eacute;e : comment l&rsquo;AESA, en charge de l&rsquo;&eacute;valuation du dossier OGM au niveau europ&eacute;en, a pu conclure de mani&egrave;re manifestement infond&eacute;e que le MON810 &eacute;tait aussi sain et nutritif qu&rsquo;un ma&iuml;s conventionnel. Dans ce contexte d&rsquo;incertitude scientifique et de manque de donn&eacute;es, une attitude raisonnable s'impose</em> &raquo;.<br />
<br />
Pour Arnaud Gossement, porte-parole de FNE : &laquo; <em>L&rsquo;avis du HCB est clair : les &eacute;tudes relatives aux risques du MON 810 sont insuffisantes. Le ch&acirc;teau de cartes construit par les amis des OGM s&rsquo;effondre : aucune conclusion s&eacute;rieuse en faveur des OGM ne peut &ecirc;tre tir&eacute;e tant que l&rsquo;&eacute;tat des connaissances scientifiques n&rsquo;aura pas progress&eacute;</em> &raquo;.<br />
Lylian Le Goff, copilote de la mission biotechnologie de FNE, ajoute : &laquo; <em>Nous demandons au Gouvernement de prendre une position claire contre le renouvellement de cet OGM. Au-del&agrave;, il nous semble que les le&ccedil;ons du dossier MON 810 devraient &ecirc;tre tir&eacute;es pour tous les OGM : il est inacceptable que pour des int&eacute;r&ecirc;ts mercantiles, une technologie ait &eacute;t&eacute; d&eacute;velopp&eacute;e sans le recul n&eacute;cessaire</em> &raquo;.<br />
<a href="/sites/default/files/com/cp_en_pdf_2/cp-221209-02.pdf"><br />
T&eacute;l&eacute;charger ce communiqu&eacute; en format PDF.</a><br />
</div>
<br />

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le mardi 22 décembre 2009
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don