dossier nage dauphins cétacés
Dossier
Biodiversité Biodiversité
Mer et littoral Mer et littoral

Pourquoi faut-il interdire la nage commerciale avec les dauphins sauvages ?

Publié le 17 juillet 2017

En saison estivale, la nage commerciale avec les mammifères marins connait un certain succès en Méditerranée française. Cette activité, actuellement pratiquée par au moins 5 opérateurs, implique une volonté de contact ou de rapprochement étroit avec les mammifères marins, particulièrement les dauphins sauvages. Lucrative pour les uns, elle n’est pourtant pas sans conséquence pour ces animaux et peut se révéler dangereuse pour les vacanciers à la recherche de sensations fortes. France Nature Environnement et le GREC (Groupe de Recherche sur les Cétacés) souhaitent interdire cette pratique. Pourquoi ? Explications.

nage commerciale avec les cétacés, un business qui se développe

La promesse est bien trompeuse. Aujourd’hui, en France, des opérateurs vendent des sessions de nage avec les cétacés, plus particulièrement les dauphins sauvages, dans leur milieu naturel pour un « moment privilégié et inoubliable », promesse d’un souvenir « impérissable ». Peu au courant des conséquences d’une telle pratique, la plupart des touristes y voient l’occasion de savourer les beautés de la mer lors d’une expédition pleine de sensations fortes. Une activité qui perturbe ces animaux, alors que ceux-ci subissent déjà de plein fouet d’autres méfaits des activités humaines (bruit, pollution, raréfaction des ressources alimentaires…)

Concrètement, cette activité de nage commerciale consiste à placer les clients dans l’eau, à proximité immédiate des cétacés (dauphins, baleine ou cachalot). Les animaux sont au préalable traqués par des avions de repérage qui volent à basse altitude sur une zone étendue jusqu’à au moins 20 milles au large.

Les sorties se déroulent essentiellement entre mai et septembre et le business se développe notamment en Méditerranée française. Il faut dire que, côté opérateur, le commerce n’est pas très compliqué à monter : peu de réglementations existent et aucune licence n’est exigée.

À noter : une activité à ne pas confondre avec les sessions d’observation

France Nature Environnement et le GREC souhaitent rappeler que cette nage commerciale avec les dauphins et autres cétacés n’est pas à confondre avec les activités de « whale-watching » ou de « dolphin-watch », sessions d’observation des mammifères marins. Lorsqu’elles sont bien menées, ces dernières peuvent être un moyen d’éducation à l’environnement et de sensibilisation sur la protection des cétacés.

nage commerciale :  un business à risques

Une importante source de stress pour les animaux

Les mammifères marins, et en particulier les cétacés, ne sont pas amenés à se trouver spontanément en présence de l’homme. Le fait d’être confronté directement à cette présence crée, irrévocablement, une modification du comportement chez l’animal sauvage. Dauphins, baleines et autres cétacés se trouvent alors perturbés, stressés. Tentant d’échapper à leurs poursuivants installés dans leur avion ou les traquant dans l’eau, les animaux s’épuisent. Ils sont également interrompus dans leurs activités, cessant par exemple leur quête de nourriture ce qui perturbe leur équilibre alimentaire.

Fausse couche, séparation de la mère et du petit… Des impacts sur la reproduction

Pour les cétacés en période de mise-bas ou d’élevage de nourrissons, le stress est également particulièrement déroutant : les mères dépensent alors une énergie folle, ce qui affecte la survivabilité du nouveau-né.

Par ailleurs, alors que les cétacés vivent généralement en communauté, jouant et chassant ensemble, le flot de touristes tentant de les approcher, de les toucher, les perturbe et peut les disperser. Une séparation du groupe mais également, parfois, des mères et leurs petits. Pour les nouveaux-né, cet important stress précoce peut menacer leurs vies.

Une pratique à risque pour les clients

Si le business de la nage commerciale avec les dauphins sauvages et autres cétacés s’avère dangereuse pour les animaux, elle l’est également pour les clients. Malgré son bleu azur, carte postale idyllique de vacances, la mer est aussi un milieu hostile dont le client n’a généralement aucune connaissance. Courants marins, houle, vent, profondeur, conditions météorologiques rapidement changeantes… les sources de danger sont multiples pour ces touristes en quête d’émotions. Et si le milieu présente des risques, les cétacés sauvages également.

En effet, ces animaux peuvent mesurer de 2 à plus de 20 mètres et peser plusieurs dizaines de tonnes. Sauvages, peu ou pas du tout habitués à rencontrer des êtres humains, ils sont susceptibles de développer des comportements dangereux dont les signaux avant-coureurs ne sont pas compris par les touristes. La réaction de l’animal, se sentant en danger par cet harcèlement, peut alors s’avérer particulièrement dangereuse pour le client.

5 idées reçues sur la nage commerciale avec les dauphins

1. Les études prouvent que la nage commerciale avec les cétacés en Méditerranée est une menace pour les animaux

Les opérateurs touristiques mettent en avant un rapport, qui n’est en aucun cas une « étude ». L’auteur, qui travaille pour le compte des opérateurs, conclut qu’« aucune espèce animale ne se trouve affectée dans son développement […] par la présence d’opérateurs marins » et qu’ « il n’existe aucune variation d’un schéma comportemental […] ». Or, absolument rien dans la méthodologie de ce travail ne permet de telles affirmations. Le rapport est dépourvu des fondamentaux indispensables à toute approche scientifique : aucune référence bibliographique, aucune méthodologie présentée, aucun jeu de données, aucun résultat présenté et discuté. En d’autres termes l’auteur ne fournit aucun argument et vous demande de le croire sur parole !

Néanmoins, une synthèse bibliographique sur les études et expériences existantes a été dirigée par le responsable du service scientifique du Parc National de Port Cros. Basée sur une trentaine de travaux de recherche, et publiée dans une revue scientifique, cette étude démontre (preuve scientifique à l’appui) que la mise à l’eau systématique avec les mammifères marins constitue une menace pour les mammifères marins et un danger pour les personnes.

2. Les clients des opérateurs ne s’aperçoivent pas forcément de l’impact du tourisme sur les animaux

Plusieurs de nos associations ont embarqué avec les opérateurs de nage avec les cétacés et les voient exercer en mer chaque été. Leurs constats sont clairs et ont été publiés : les animaux sont traqués plusieurs heures durant chaque jour et le code de bonne conduite pour l’approche des cétacés n’est pas respecté. Quand on permet aux clients de plonger près d’un cachalot en ventilation en surface, son temps de récupération entre deux plongées est réduit, ce qui réduit aussi la durée de la plongée suivante et donc ses capacités d’alimentation.

En commercialisant son activité, l’opérateur a un devoir de résultat systématique auprès de ses clients ce qui ne permet pas de respecter l’indispensable repos des animaux. Les clients, qui vivent l’expérience de leurs rêves, peuvent ne pas se rendre compte qu’au fil du temps ces atteintes finissent par faire peser des risques sérieux sur les animaux. La science prouve malheureusement le contraire…

3. Les dauphins ne viennent pas d’eux-mêmes : ils sont attirés par les opérateurs

Plusieurs commentaires de clients attestent que les opérateurs font des vagues pour faire venir les dauphins au bateau et permettre la mise à l’eau. Un code de bonne conduite pour l’observation des cétacés en Méditerranée, mis en place dans le cadre de deux accords internationaux, préconise des vitesses réduites et des distances pour l’observation

On ne doit pas forcer la présence de dauphins en créant des vagues car, reconduit régulièrement, ce comportement finit aussi par perturber le comportement naturel des animaux. Un bateau qui observe des cétacés doit laisser ces derniers venir de leur plein gré s’ils le veulent, et ne pas tenter de favoriser leur approche par quelque manœuvre que ce soit. Dans ces conditions, on s’aperçoit que la venue des cétacés n’est pas systématique. Or, pour garantir aux clients une baignade à proximité des cétacés, les opérateurs sont contraints de mettre en œuvre des stratégies pour attirer les animaux ou pour multiplier les rencontres ce qui, forcément, interfère dans le comportement naturel des cétacés.

4. J’aime les dauphins, c’est mon rêve de nager avec eux, donc je ne peux pas leur faire de mal !

Les dauphins sont des animaux qui fascinent et nous sommes très nombreux à rêver de nager avec eux. Mais aimer ces animaux et vouloir les côtoyer au plus près n’est malheureusement pas forcément un synonyme de respect. Les cas où la rencontre avec un cétacé sauvage permet une mise à l’eau sont extrêmement rares, particulièrement en Méditerranée, et en aucun cas compatible avec une activité commerciale et systématique.

Depuis 2005, la nage commerciale s’est intensifiée, désormais au moins 5 opérateurs exercent appuyés par deux avions. Faire la promotion de cette activité, c’est assurément contribuer à sa dissémination et à son intensification, au détriment des cétacés exploités. Alors si vous rêvez d’observer les cétacés et que vous voulez mettre votre amour pour ces animaux en cohérence avec vos actes, choisissez de les observer depuis un bateau avec des opérateurs labellisés.

5. Dauphins captifs, surpêche, déchets… il y a bien d’autres combats à mener !

C’est vrai, mais pour autant, les actions à mener ne doivent pas s’opposer les unes aux autres. Depuis une dizaine d’années, des ONG et des scientifiques s’inquiètent de voir se développer l’activité commerciale de nage avec les cétacés. Après avoir tendu la main à plusieurs reprises aux opérateurs concernés pour les inviter à les accompagner vers une activité plus douce, et confrontés à leur absence de réponse et à l’intensification de leurs activités, les ONG ont choisi de lancer cette pétition.

Si nous avions attendu, nous prenions le risque de voir l’activité se développer encore au-delà des Alpes Maritimes et finir par contraindre tout le dispositif de gestion durable du whale-watching mis en place dans le sanctuaire Pelagos. Il était donc temps d’engager cette démarche, même si nous aurions largement préféré que celle-ci se fasse dans le cadre d’une coopération avec les opérateurs concernés.

Nicolas Hulot lui-même avait invité une dernière fois les opérateurs à s’engager dans une démarche progressive d’évolution de leur activité dans un courrier daté du 23 mai 2016, avant de prendre position, face à leur absence de réponse, en faveur d’une interdiction de la nage commerciale (voir édito du bulletin Pelagos de janvier 2017).

Les textes existants peinent à protéger les cétacés

Au niveau juridique, il existe plusieurs textes qui règlementent non pas spécifiquement le harcèlement des cétacés en Méditerranée mais, de manière plus générale, la perturbation des espèces protégées. Ces textes sont internationaux et nationaux et leur violation n’entraîne pas toujours une sanction. Toutefois, ils peuvent permettre d’exercer une pression supplémentaire sur l’Etat et ses émanations afin que ceux-ci respectent leurs engagements et améliorent, si ce n’est la règlementation nationale applicable, au moins leurs pratiques.

Dans les faits, peu de sanctions sont prises contre les opérateurs qui, de par leur activité, perturbent les mammifères marins. Toutefois, le 28 avril dernier, le tribunal de Papeete (Polynésie française) a condamné deux opérateurs pour avoir harcelé des baleines, une première en France et un premier pas pour mettre fin à un laxisme qui n’a que trop duré.

Plus de 160 000 signataires pour la protection du loup !
👉 Signez la pétition et partagez-la 👈

Pour aller plus loin

Couverture du cahier de jeux et d'activités FNE "À la rencontre du hérisson"
Publication
Biodiversité Biodiversité

Cahier de jeux et d'activités "À la rencontre du hérisson"

Publié le 15 avril 2024
A travers ce petit cahier de jeux, alliant amusement et réalités biologiques, FNE invite les enfants à découvrir le hérisson et les…
Votez le 9 juin !
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Le 9 juin, choisissez l’Europe que vous voulez !

Publié le 5 avril 2024
Le 9 juin prochain, les électeurs et électrices françaises sont appelées à aller voter pour…
Loup Crédit Hkuchera
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Protection du loup : signez la pétition !

Publié le 19 mars 2024
La Commission européenne propose d’affaiblir le statut de protection du loup, qui passerait de…
Loup
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Un plan pour protéger le loup… mais qui permet de le tuer plus facilement ?!

Publié le 6 mars 2024
Le gouvernement vient de présenter le nouveau Plan national d’actions « Loup et activités d…