Actualité
Agriculture Agriculture
Santé Santé

Pesticides à côté des habitations : donnez votre avis au gouvernement

Publié le 18 septembre 2019

Le gouvernement a lancé une consultation publique de trois semaines, sur deux projets de texte (décret et arrêté) visant à protéger les personnes exposées aux épandages de pesticides à proximité des habitations. Pour préserver la santé des voisin·es des parcelles traitées mais aussi les zones naturelles sensibles. France Nature Environnement exige la mise en place de mesures fortes, claires et équitables, les projets de textes du gouvernement n’allant malheureusement pas dans ce sens.

Une seule voie possible : la sortie des pesticides

France Nature Environnement milite pour une sortie au plus vite des pesticides, qui ont des impacts certains sur la santé des personnes, agriculteurs et habitants proches des cultures traitées, et sur la biodiversité végétale et animale. La seule solution pour ne plus utiliser ces produits dangereux est la transition agroécologique de l’agriculture française, que ces projets de texte n’abordent pas, ce que France Nature Environnement ne peut que déplorer.

Ceci étant dit, tant que ces produits toxiques continueront à être utilisés, il est indispensable de prendre des mesures pour protéger les habitants riverains de cultures traitées, ainsi que pour protéger les zones naturelles sensibles. Et pour cela, d’appliquer le principe de précaution. Malheureusement, les projets de textes du gouvernement ne vont pas dans ce sens.

Le gouvernement propose des mesures trop légères

En effet, les arguments et propositions du gouvernement, ne se fondant que sur l’avis de l’ANSES, ne sont pas acceptables, compte tenu des limites de cet avis, tant en termes de données scientifiques disponibles, qu’en termes de recommandations préconisées. Et pourtant, il est certain que les pesticides sont responsables de cancers et maladies neurologiques chez les agriculteurs (étude de l’Inserm de 2013), comme chez les riverains (étude de FNE Tarn et Garonne de 2019).

La proposition du gouvernement est inacceptable, car elle consiste à faire rédiger, par les utilisateurs de pesticides, des chartes départementales, non contraignantes, supposées proposer des mesures de protection des riverains. En fonction de l’endroit où habitent riverains et agriculteurs, les mesures seront différentes. Certains citoyens méritent-ils d’être mieux protégés que d’autres ? Et il pourra y avoir plusieurs chartes par département ! Comment agriculteurs et riverains pourront-ils s’y retrouver, et comprendre ce qui doit s’appliquer ? Pourquoi le gouvernement n’a-t-il pas tenu compte du rapport de l’IGAS de 2018, qui soulignait la nécessité de dispositifs cohérents et simplifiés ?

Un dispositif, clair, simple et équitable

Pour une réelle protection des riverains, France Nature et Environnement demande :

  • Une charte nationale contraignante et obligatoire, avec des sanctions en cas de non-respect ;
  • La combinaison de mesures de protection, notamment une distance minimum de 150 mètres entre les cultures traitées avec les pesticides et les zones résidentielles (habitations, zones d’activités commerciales et de loisir, écoles, etc.) ou les zones naturelles sensibles, l’information obligatoire sur les dates et horaires de traitement et des moyens de réduction de la dispersion des produits épandus ;
  • Une application effective de ces mesures dès le début de la saison agricole 2020 ;
  • Un guichet unique de recueil des déclarations de dérives des produits et d’exposition des personnes (à l’instar du dispositif Phytosignal de Nouvelle-Aquitaine).

France Nature Environnement demande également que l’élaboration de la charte soit pilotée par le gouvernement (ministères de l’Agriculture, de la Transition écologique, de la Santé), en associant les représentants des agriculteurs, des associations de protection de l’environnement, des riverains, des consommateurs, des associations de maires.

Retrouvez l’analyse détaillée du projet de décret et d’arrêté ainsi que les propositions de France Nature Environnement

Donnez votre avis en participant à la Consultation

Vous avez jusqu'au 1er octobre 2019 pour vous rendre sur la page web de la consultation pour avoir plus d’informations et répondez en déposant un commentaire.

Il est important de personnaliser votre réponse et de ne pas faire un simple copier-coller des arguments proposés, sinon votre réponse risque de ne pas être comptabilisée lors de la synthèse de cette consultation.

Je participe à la consultation

Signez la pétition pour le droit de vivre #Loindespesticides

 

 

Rejoignez-nous sur

Pour aller plus loin

Communiqué de presse
varenne
Agriculture Agriculture

Varenne de l’eau : 5 organisations dénoncent le modèle agricole promu par le Varenne

Publié le 20 octobre 2021
Ce mercredi 20 octobre a lieu la réunion à mi-parcours des travaux du Varenne agricole de l’eau...
Actualité
glyphosate épandage
Agriculture Agriculture

Glyphosate : mobilisons-nous pour son interdiction

Publié le 15 octobre 2021
Cela fait des années que ce combat est porté. Cela fait des années que les études scientifiques...
Actualité
cultures alternatives
Agriculture Agriculture

Agriculture, eau et biodiversité : des solutions pour produire en préservant

Publié le 8 octobre 2021
Comment concilier agriculture, eau potable et bon état des milieux naturels ? Quelles...
dossier nitrate ammonium
Dossier
Agriculture Agriculture

Nitrate d’ammonium : comment renforcer la sécurité des installations ?

Publié le 16 septembre 2021
Le 21 septembre 2001 à Toulouse, la terre a tremblé et les effets de l’explosion dévastatrice survenue sur le site de la société AZF...