snpn
Crédit photo : Bénédicte CAILLE-MALPEL - SNPN
Actualité
Vie associative Vie associative

Rencontrez le mouvement : la Société Nationale de Protection de la Nature

Publié le 7 novembre 2022

Dans cette série d’articles, nous vous invitons à rencontrer les associations qui font France Nature Environnement. Pour ce reportage, nous sommes partis à la rencontre de la Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN).

Dans le sillage de la Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN), il y a l’Histoire et il y a des histoires. Car la SNPN, depuis sa fondation en 1854, a souvent été à l’origine de beaucoup de dynamiques et de processus environnementaux et naturalistes.

Et quoi de mieux pour raconter cette histoire qu’un agrégé d’histoire, en la personne du Président de l’association, de Rémi Luglia, que je rencontre aujourd’hui.

Remi Luglia

Rémi se considère comme un naturaliste de terrain amateur, plutôt ornithologue et sur certains mammifères comme le castor d’Europe. A 15 ans, il adhère à la SNPN « attiré par le côté scientifique et naturaliste affirmé ». Il a par la suite fait du terrain, en Provence, dans le Massif Central, en Camargue, ce qui renforcera son engagement militant.

Titulaire d’un doctorat en histoire contemporaine, sa thèse portait sur l’éveil de la protection de la nature, mis dans un temps long. Et c’est cette perspective longue qui le guide : « la protection de la nature apparait bien avant les années 1970, cela remonte à beaucoup plus loin. Ce sont des enjeux systémiques sur une longue durée. »

En 2015, il devient administrateur de la SNPN, puis Vice-Président l’année d’après pour en devenir le Président en 2017 : « Président le plus jeune d’une des plus vieilles associations de protection de la nature en France. »

Une association d’avant-garde en France

A sa naissance, au milieu du XIXe siècle, l’objet de la SNPN était « l’acclimatation », c’est-à-dire faire venir d’autres plantes et animaux du monde, et les acclimater en France. C’était une société savante (elle devient officiellement SNPN en 1960), mais qui dès le départ avait des visées de défense de l’environnement, en alertant sur la destruction de la faune sauvage, en demandant la protection de gibiers ou de cours d’eau (car on ne pouvait plus rien pêcher).

« C’était certes utilitariste, mais c’était des points de départ qu’on ne peut pas renier avec notre morale du XXIe siècle, cela a permis de lancer la protection de la nature », confie Rémi.

La suite du développement de la SNPN va de pair avec le développement et la montée en puissance des préoccupations environnementales en France. Des conventions, comme celle de 1902 sur les oiseaux utiles, ou des arrêtés préfectoraux comme en 1909 et la protection des derniers castors. Mais aussi la création de réserves : la Société Nationale de Protection de la Nature créée en 1927 la réserve de Camargue, première réserve naturelle créée en France par une structure privée. Avec une gestion de 13 000 hectares, la SNPN a 30 ans d’avance sur les gestions étatiques. Cela sera suivi par les réserves de Néouvielle (Pyrénées 1935), Lauzanier (Alpes 1936) qui seront respectivement gérées plus tard par l’Etat et les parcs nationaux du Mercantour et des Pyrénées.

La SNPN va également façonner la sphère associative de la protection de la nature française. En 1912 par exemple, l’association décide de créer une sous-section thématique centrée sur l’ornithologie, nommée… Ligue pour la Protection des Oiseaux ! Et c’est en 1960 que la LPO prendra son envol, pour devenir l’association que nous connaissons.

En 1923, elle organise le premier congrès international de la Nature à Paris, qui fêtera ses 100 ans en 2023. Elle sera également partie prenante du premier congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Toujours dans cette dynamique de structurer la protection de la Nature en France, en 1968, le Président de la SNPN de l’époque est à l’initiative de la création d’une fédération qui regrouperait toutes les associations de protection de la Nature française. Une fédération qui s’appelle aujourd’hui France Nature Environnement.

Nature et cohabitation

La question de la place des humains dans la Nature jalonne les réflexions philosophiques depuis des siècles. C’est aussi ce qui alimente la SNPN dans ses actions : observer la Nature, la préserver, et organiser la cohabitation avec l’Humain et toutes ses activités : « On cherche à avoir un effet de levier sur la relation entre humains et le reste de la Nature. Pas vivre à coté, mais vivre avec l’autre. Changer les paradigmes sur les façons de changer le monde »

L’association se mobilise sur plusieurs sujets dans ce sens : les espaces naturels protégés par exemple. L’idée est que ces milieux bénéficient de protection et soient préservés, en militant pour qu’ils soient plus nombreux, plus exigeants dans les conditions d’existence, et que bien entendu ils aient les moyens de fonctionner.

La SNPN reste très vigilante sur l’artificialisation et la sobriété des ressources, notamment face à l’idée répandue qui voudrait que l’innovation technologique sauve l’Homme et la Nature. Il faut faire preuve d’une certaine réflexivité vis-à-vis de cela : « on n’ est bien sûr pas anti-science, mais si les humains ne changent pas eux-même dans la relation avec la nature, les progrès scientifiques ne suffiront pas. Ce serait une fuite en avant. ». L’autre idée reçue en ce sens-là, serait que les Energies Renouvelables solutionneraient tout, or il faut toujours prendre en compte la biodiversité.

La SNPN fournit également une expertise scientifique sur les zones humides (depuis les années 1930), particulièrement sur les plus petites, un enjeu mal saisi des politiques publiques.

Sur les espèces et leurs disparitions, l’association est partie prenante. D’un point de vue historique, elle est à l’initiative de beaucoup de combats pour protéger les castors, les loups, et plus récemment l’ours. Si ce n’est pas une spécialité en tant que telle, cela montre aussi le virage et l’évolution de la SNPN depuis sa création, dans sa dynamique de protéger des espèces sans visées utilitaristes comme à ses débuts.

De manière transversale, il y a cette volonté de se préoccuper de la « nature ordinaire », proche des humains, qui peut paraître banale, mais est digne d’intérêt. S’en préoccuper veut dire réduire les pressions qu’elle subit, avec les pesticides ou les biocides notamment.

Des forêts et des Hommes : l’exemple de la plaine des maures

La thématique de la forêt est très importante au sein de la SNPN, elle permet de mettre en exergue plusieurs actions significatives de la structure mais en reflète également sa philosophie et son fil conducteur. Il y a, d’abord, une considération : la forêt est un écosystème. L’arbre est important, mais l’arbre n’est qu’une partie de la forêt. L’écosystème forestier est un ensemble. Avec les grands incendies de l’été 2022, l’association a mis en avant l’idée qu’il faut reconsidérer la forêt. Certes, il y a un besoin de forêts d’exploitation, mais il faut mettre en garde sur la replantation techniciste pure, qui servirait des intentions mercantiles. Le parti pris est d’élargir le paradigme forestier sur un temps long : dépenser de l’argent public pour replanter des forêts qui vont à nouveau brûler dans 20 ans n’est pas une bonne solution.

Pour mettre en pratique cette philosophie, via des dons et des achats, la SNPN gère des forêts en « libre évolution ». Ce sont des forêts ou il n’y aucune exploitation, mais des actions de sécurisation (couper des branches ou des arbres par exemple), des actions de gestion des espèces exotiques envahissantes, et de l’observation. « Nous avons des forêts qui ne sont pas exploitées depuis 70 ans, d’autres depuis plus de 120 ans. Ces écosystèmes se débrouillent très bien. L’entretien des forêts peut avoir une utilité, mais ce n’est pas un objectif. On préfère l’inattendu ».

Un projet forestier d’envergure est par exemple celui de la plaine des Maures. Cette vaste forêt est en partie exploitée, et a une longue histoire. L’idée ici est de faire perdurer un écosystème où l’humain est partie prenante. Par exemple avec le bocage, travaillé par l’humain, et qui produit une biodiversité intéressante avec notamment la huppe fasciée qui vit dans ces bocages.

Ce n’est donc pas une opposition entre humain et biodiversité, mais plutôt une cohabitation constructive et intéressante : « C’est le fond de notre programme, on ne veut pas que l’humain disparaisse, mais que la Nature et l’Humain vivent correctement ». C’est ce que l’association plaide à la plaine des Maures, elle se porte en protectrice tant de l’humain que de la forêt. Si l’humain doit vivre dans un cadre naturel et agréable, cela veut dire que la Nature doit avoir une liberté, accomplisse ses cycles en toute tranquillité. Car la violence de nos sociétés vient aussi de la violence que l’on a dans notre rapport à la Nature : « Certains nous trouvent conservateurs. Si restaurer les écosystèmes c’est être conservateurs et qu’être modernes c’est mettre des drones et des pesticides, alors oui nous ne sommes pas modernes ».

A la plaine des Maures, il y a ce projet d’accompagner la régénération naturelle de la forêt sur 10 ans que l’association souhaiterait mettre en place. Accompagner une forêt, cela veut dire lui permettre de se remettre de l’incendie, tranquillement, toute seule, et surtout, si cela se reproduit, elle pourra se régénérer. C’est aussi sélectionner les repousses de chênes vert, protéger la tortue Hermann (il va falloir 20 ans pour qu’elle retrouve ses effectifs d’avant incendie). C’est une forêt qui est naturellement conçue pour brûler de manière périodique, mais tous les 100 ans. Or l’activité humaine et l’urgence climatique font qu’il y a des incendies plus souvent.

Accompagner une forêt, c’est également concilier des enjeux écologiques, et aussi certaines considérations humaines légitimes. Permettre aux pompiers d’intervenir s’il y a un feu, c’est une considération légitime. C’est tout l’enjeu de la plaine des Maures, l’alliance entre la forêt et le compromis Humain. La SNPN fait un travail de fond avec les acteurs et les habitants de la zone : « notre principe est un principe d’humilité, on discute avec tout le monde. Et on se rend compte que la vision productiviste de la forêt n’est pas forcément majoritaire ». En effet, les habitants veulent pouvoir se promener dans une forêt naturelle, ils sont attachés aux tortues. Cela fait partie de leur identité historique, de leur patrimoine, sans profit économique.

Le projet de la SNPN à la plaine des Maures est donc une question de projection globale sur un territoire. C’est un discours qui valorise les interactions humaines avec la nature, et qui valorise également une identité commune aux habitants. Les tendances de modernisation niant l’existence de la nature doivent être une parenthèse dans la longue histoire de la relation humains/nature.

Sensibilisation et travail en réseau

La Société Nationale de Protection de la Nature est également active sur l’étang de Vaccarès, en Camargue. Comme à la plaine des Maures, il y a un gros travail de discussion avec les habitants, les agriculteurs, les éleveurs, afin d’améliorer les pratiques et préserver les cours d’eau (pollués par certaines actions agricoles).

Il est possible de continuer les élevages, en respectant la nature, certains agriculteurs sont attachés à leur Camargue, ils sont donc réceptifs. Comme pour certains syndicats d’exploitants ou pour le département des Bouches-du-Rhône. Pourquoi ? « Car ils sont attachés à la préservation de ce qui fait l’identité camarguaise, ils protègent le patrimoine. Là-bas on aide à préserver un patrimoine culturel, une image de leur espace. ». Même si évidemment, tout le monde n’est pas convaincu, car il subsiste toujours, comme dans beaucoup de luttes écologistes, des logiques productivistes : « c’est à nous de convaincre ces personnes-là !»

L’association souhaiterait, dans le futur, un observatoire des petites zones humides, afin de mieux les observer et les protéger. Car comme énoncé précédemment, c’est un enjeu mal saisi. Ce plaidoyer est mis en avant pour la fête des mares, qui permet de faire connaître mais également de sensibiliser les partenaires associatifs, et de mutualiser et mettre en réseaux ce qui est fait par ailleurs.

L’aspect sensibilisation et travail en réseau est très important pour la structure. Pour informer elle publie « Zones Humides Infos », disponible en ligne sur le site ainsi que la revue d’écologie la Terre et la Vie, dédiée aux naturalistes.

Au niveau fédéral, en plus d’être à l’origine de sa création, la SNPN est active au réseau biodiversité de FNE, mais aussi sur l’opération Hérisson : « on est très attachés à France Nature Environnement en tant que fédération, elle doit continuer à rassembler plus largement autour d’elle, notamment d’autres associations nationales. FNE doit être la plus grande fédération d’associations de protection de la nature et de l’environnement. »

Finalement, la SNPN nous rappelle simplement que nous vivons sur une seule planète, humains et nature. Seule la symbiose entre les deux nous permettra d’anticiper les catastrophes environnementales. Ne plus vouloir se rendre maîtres et possesseurs de la nature comme le voudrait le vieux rêve cartésien, mais bien s’en déposséder pour mieux vivre avec.

Plus d’infos sur la SNPN :

Pour aller plus loin

Actualité
Giving Tuesday
Vie associative Vie associative

Après le Black Friday, le jour de la générosité #GivingTuesday

Publié le 29 novembre 2022
Le mouvement Giving Tuesday célèbre la générosité et promeut le don, l’engagement et la…
Actualité
1,8 millions
Forêt Forêt

« Aux Arbres Citoyens ! » 1,8 millions d'euros collectés pour soutenir les forêts !

Publié le 17 novembre 2022
France Télévisions s’est associée à France Nature Environnement pour organiser une grande…
Actualité
point_de_mir
Vie associative Vie associative

Rencontrez le mouvement : Point de M.I.R

Publié le 7 septembre 2022
Dans cette série d’articles, nous vous invitons à rencontrer les associations qui font France…
couv_lh_273
Publication
Vie associative Vie associative

Lettre du Hérisson

Publié le 26 août 2022
Lettre du Hérisson n°273 - Pour qu’agriculture rime avec Air Pur ! Dossier : Pour qu’agriculture rime avec air pur ! 2022, les grands…