point_de_mir
Actualité
Vie associative Vie associative

Rencontrez le mouvement : Point de M.I.R

Publié le 7 septembre 2022

Dans cette série d’articles, nous vous invitons à rencontrer les associations qui font France Nature Environnement. Pour ce reportage nous sommes partis à la rencontre de Point de M.I.R, association spécialisée dans les impacts du numérique. Rencontre avec Bela Loto, présidente et fondatrice de l’association.

Le numérique est un concept qui peut sembler abstrait, voire « intouchable ». C’est pour « rendre visible l’immatériel, avec l’idée qu’il y a bien quelque chose de visible derrière le concept de numérique. » que Bela Loto a fondé Point de M.I.R en 2014.

bela_loto

Bela travaille sur le numérique responsable depuis plus de 10 ans, mais avec au début une faible connaissance sur le développement durable. C’est en ce sens qu’elle reprend ses études, pour renforcer sa culture, toujours en gardant le cap sur sa thématique principale. Elle rencontrera Céline Ferré, qui deviendra son associée et son amie.

Répondre au numérique et le déconstruire

Le numérique nous inonde, et comme beaucoup d’innovations ou de facilités technologiques, nous avons au début très peu de recul et d’esprit critique. C’est dans cet esprit et cette tendance que se situe Point de M.I.R : capter un phénomène social et sociétal et le déconstruire.

C’est d’ailleurs cette déconstruction pure qui fait le succès de l’association. D’abord, via un guide, réalisé en partenariat avec l’ADEME, sur les éco-gestes informatiques. Mais aussi avec leur atelier-phare de sensibilisation à l’impact environnemental du numérique, qui peut accueillir entre 10 et 15 personnes. Pour cela, elles utilisent une mallette qui propose une « anatomie » d’un smartphone, en plexi, sur trois niveaux, avec une comparaison d’un « ancien » téléphone (comprendre un non smartphone). Il y a un étiquetage de tous les éléments qui composent un téléphone, une présentation des matériaux, de leurs provenances, leurs dangerosités et bien entendu des impacts environnementaux et sociaux qu’ils provoquent.

On rejoint donc la philosophie de l’association, en déconstruisant physiquement le numérique, non pas pour forcément dégager des solutions, mais bien proposer des alternatives éventuelles : déconstruire pour reconstruire.

L’atelier est par la suite complété par un autre intitulé « Voyage au cœur de nos smartphones », à destination des publics scolaires. En 2021 par exemple, 2 000 élèves ont été sensibilisés via la mallette pédagogique : majoritairement des CM1 et des CM2, car « c’est une période charnière vis-à-vis du rapport aux téléphones ». Très souvent, les jeunes ont un téléphone dès la 6eme. Ces ateliers ont été réalisés dans beaucoup d’endroits de France, du Pays Basque à l’Auvergne, en passant par Marseille, La Rochelle, Vénissieux « Et la nouvelle saison s’annonce très dense ».

Des projections-débat pour montrer les impacts du numérique

Depuis 2018, Point de M.I.R a diversifié ses méthodes de sensibilisation, pour se lancer dans la projection-débat de films autour des questions de l’impact du numérique.

La première projection a été organisée au seul cinéma associatif de Paris, « La Clef », avec la diffusion du film de Guillaume Pitron « La sale guerre des terres rares ». Le film traite de tous les impacts de l’extraction des terres rares, nécessaires pour la fabrication d’appareils numériques. Il y a bien entendu des impacts environnementaux, mais également des impacts sociaux et économiques.

Suite au succès de cette projection, Point de M.I.R organise en 2019 un festival du film « Numérique et Environnement » à la Cité des Sciences de Paris. Lors de ce festival, 8 films sont présentés, réalisateurs et experts sont invités. Ce festival est un moment charnière pour l’association qui bénéficie d’une bonne présence médiatique et qui voit sa visibilité augmentée.

Quelques mois plus tard, un autre film est projeté, « Welcome to Sodom » qui traite cette fois ci de la plus grande décharge électronique au monde, située au Ghana. Chaque année, elle reçoit près de 250 000 tonnes de déchets électroniques.

Ces projections rencontrent un vrai succès et il y a de plus en plus de demandes. Par exemple, les élus Verts de l’Union Européenne ont contacté Point de M.I.R pour qu’elle organise un festival, à Bruxelles, le « Green Tech Film » festival. 4 films y ont été présentés en présence des réalisateurs et d’eurodéputé.es.

Fort de ces premiers succès, l’équipe de Point de M.I.R envisage de développer ce format hors de Paris. Lors de ces projections, l’association s’occupe des droits de diffusion ainsi que des supports, de la réalisation des sous-titrages si nécessaire, et propose d’inviter des experts et personnalités.

En plus des ateliers et des projections, Point de M.I.R effectue une veille générale importante sur le sujet : littéraire (avec des chroniques issues leurs lectures), mais aussi cinématographique, journalistique, etc. Pour Bela, « Tout ce qui n’est pas numérique est bon pour parler du numérique »

Ces différents projets ont pour objectif de tendre vers la responsabilité numérique, de provoquer une prise de conscience. L’industrie du numérique est une industrie qui pollue, mais qui est également esclavagiste, ainsi qu’à l’origine de nombreux conflits armés. Il y a également des effets induits latents, comme l’ubérisation de certains métiers liés au numérique (« travailleurs du clic », travailleurs sous-payés d’Amazon… la liste est encore longue.)

Fonctionnement et rapport à FNE

L’association ne compte pas de salarié.es, uniquement des bénévoles ainsi que des adhérents physiques (environ une vingtaine). Certains adhérents, s’ils sont motivés, et s’ils ont le bagage pour, peuvent animer les ateliers présentés précédemment.

Comme l’association est nationale, certains adhérents sont aussi ambassadeurs de Point de M.I.R dans des régions hors de Paris. Ils servent donc de relais et permettent une présence plus grande sur le territoire.

En 2020, Point de M.I.R a rejoint France Nature Environnement, via le réseau Prévention et Gestion des Déchets. L’association a par ailleurs été auditionnée en 2021 au nom de FNE pour la loi « REEN » (Réduire l’Empreinte Environnementale du Numérique). Cette loi vise à responsabiliser les acteurs du numérique sur les effets polluants de leur secteur, et a pour but de faire converger transition écologique et transition numérique.

En tant que référente numérique de FNE, Bela participe à de nombreux groupes de travail, de travaux, de plateformes et de consultations. C’est d’ailleurs au cours d’une session interne et d’ une discussion informelle qu’est venue cette phrase qui conclura notre entretien : « L’obsolescence n’est pas seulement celle des objets, mais aussi celle de l’usage que l’on en fait »

Contactez Point de M.I.R

Pour aller plus loin

couv_lh_273
Publication
Vie associative Vie associative

Lettre du Hérisson

Publié le 26 août 2022
Lettre du Hérisson n°273 - Pour qu’agriculture rime avec Air Pur ! Dossier : Pour qu’agriculture rime avec air pur ! 2022, les grands…
Actualité
fne zevent
Vie associative Vie associative

FNE en lice pour Z Event 2022

Publié le 11 juillet 2022
La bonne nouvelle de ce week-end : France Nature Environnement est en lice pour être parmi les…
Actualité
fne_idf
Vie associative Vie associative

Rencontrez le mouvement : FNE Île de France

Publié le 9 mai 2022
Dans cette série d’articles, nous vous invitons à rencontrer les associations qui font France…
Actualité
Vie associative Vie associative

Rencontrez le mouvement : FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur

Publié le 9 juillet 2021
France Nature Environnement fédère aujourd’hui plus de 5800 associations au sein de 46…