Loup
Image par Christel Sagniez de Pixabay
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Un plan pour protéger le loup… mais qui permet de le tuer plus facilement ?!

Publié le 6 mars 2024

Le gouvernement vient de présenter le nouveau Plan national d’actions « Loup et activités d’élevage », qu’il décrit comme « soucieux de la préservation de l’élevage extensif et pastoral ». Cela signifie-t-il que le Plan précédent ne se souciait pas de l’élevage ?! En fait, cela exprime simplement le fait que dans le nouveau Plan la priorité soit mise sur la facilitation de destruction de loups. Pour le gouvernement, protéger ne signifie pas d’abord favoriser la coexistence entre la présence de l’espèce et les activités humaines dont le pastoralisme, mais permettre de détruire plus facilement des individus de cette espèce protégée. France Nature Environnement livre son analyse. 

Un plan qui va à l’encontre de l’avis des scientifiques et de la population 

Lors de sa présentation en septembre dernier, nos associations avaient alerté l’Etat sur le déséquilibre du Plan national d’actions 2024-2029 sur le loup et les activités d’élevage (PNA). Malgré notre alerte, malgré les travaux du Groupe National Loup et malgré les avis négatifs du Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN) et du Conseil Scientifique du PNA, l’État a lancé la consultation publique sur le nouveau PNA. Le dépôt de plus de 13 000 avis, à plus de 97 % défavorables au projet, a montré un vaste attachement à la publication d’un PNA permettant d’assurer la coexistence du loup et des activités d’élevage. 

Tout ceci pour aboutir à l’annonce d’un nouveau PNA quasiment inchangé par rapport à sa version initiale. L’État n’a donc tenu compte d’aucun avis scientifique et ignoré les conclusions de la consultation publique. Au contraire, ce plan contient de nombreuses inexactitudes et des affirmations mensongères, en particulier sur l’état de conservation de l’espèce en France, le bilan des dommages (qui ont baissé l’année dernière) et les difficultés de l’élevage. 

Le choix de la régulation plutôt que la coexistence 

Nos associations regrettent l’absence totale d’évaluation du PNA précédent (2018-2023) et d’analyse de l’évolution de la situation en termes de dommages, de développement de la population de loups, de valorisation des expériences de terrain favorisant la coexistence, ou de baisse du nombre d’animaux d’élevage tués par rapport au nombre de loups présents. Le gouvernement fait ainsi le choix délibéré d’utiliser les dérogations juridiquement prévues par le statut de protection pour organiser sans l’assumer une véritable régulation du loup. Pour cela, il simplifie les procédures d’abattage, empêche le rétablissement d’une population viable de l’espèce sur son aire naturelle de répartition, décrète des zones de non-protégeabilité et autorise des tirs de loups sans même exiger la mise en place préalable de moyens de protection ! 

De plus, les principaux points d’engagement de l’État concernent d’une part le déclassement du statut de protection du loup, et d’autre part la facilitation des autorisations et modalités de tirs qui vont générer une augmentation des destructions de loups à proximité d’élevages subissant très peu d’attaques. 

Alors que ce PNA devrait garantir la bonne conservation de l’espèce en France tout en assurant le soutien et l’accompagnement du pastoralisme, il n’est fait mention que des impacts négatifs de la présence du loup et pas des bénéfices qu’elle apporte, notamment pour la régulation des populations de grands ongulés nécessaire au bon fonctionnement des écosystèmes forestiers. 

Sortir du déni 

Dans leur communication, les ministres de l’Agriculture et de la Transition écologique présentent ce nouveau PNA comme ancré « pleinement dans le réel ». 

France Nature Environnement constate que ce Plan est au contraire ancré dans le déni : 

  • déni des progrès permis par le travail conduit aujourd’hui par de nombreux éleveurs et éleveuses, bergers et bergères, qui au quotidien mettent en œuvre des moyens de protection efficaces qui ont abouti à une baisse du nombre des dommages 
  • déni des expérimentations conduites un peu partout en France et en Europe, entre acteurs multiples, pour mettre en échec la prédation du loup sur les troupeaux, par de nouvelles clôtures, d’autres moyens d’effarouchement, d’autres conduites pastorales, … 
  • déni de la nécessaire adaptation à la présence durable du loup, qui continuera à gagner de nouveaux territoires 
  • déni des bénéfices qu’apporte la présence du loup, notamment pour le bon fonctionnement des écosystèmes forestiers par son rôle de régulation des populations de grands ongulés 
  • déni des véritables difficultés des éleveurs et éleveuses, que la régulation du loup ne résoudra pas 
  • déni du fait que ce sont les accords de libre-échange de la Commission européenne et du gouvernement qui fragilisent depuis longtemps l’élevage bien plus que le loup, à l’instar de l’accord signé en novembre dernier avec la Nouvelle-Zélande, qui prévoit l’importation annuelle de 34 000 T de viande ovine. 

France Nature Environnement regrette que le gouvernement s’obstine dans cette orientation court-termiste de régulation du loup qui ne répondra pas aux difficultés des éleveurs. Plus de 30 ans après son retour en France, il est temps d’admettre que le loup est présent pour longtemps, qu’il va continuer à progresser dans de nouveaux territoires. Il est donc préférable d’anticiper et d’accompagner les éleveurs et éleveuses pour mettre en œuvre le triptyque de protection qui a fait ses preuves : chiens de protection, clôtures et présence humaine. Le tir doit rester une option de dernier recours, et pas être l’alpha et l’oméga de la stratégie de l’État. 

Articles liés
Loup Gris - © bferrero via inaturalist.org
Dossier
Biodiversité Biodiversité

Loup : 4 idées reçues sur un animal victime de sa légende

Publié le 15 décembre 2022
Bête du Gévaudan, loup-garou, Grand Méchant Loup… Dans l’imaginaire populaire, le loup est le prédateur sanguinaire par excellence. Et…

Plus de 160 000 signataires pour la protection du loup !
👉 Signez la pétition et partagez-la 👈

Pour aller plus loin

Couverture du cahier de jeux et d'activités FNE "À la rencontre du hérisson"
Publication
Biodiversité Biodiversité

Cahier de jeux et d'activités "À la rencontre du hérisson"

Publié le 15 avril 2024
A travers ce petit cahier de jeux, alliant amusement et réalités biologiques, FNE invite les enfants à découvrir le hérisson et les…
Votez le 9 juin !
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Le 9 juin, choisissez l’Europe que vous voulez !

Publié le 5 avril 2024
Le 9 juin prochain, les électeurs et électrices françaises sont appelées à aller voter pour…
Loup Crédit Hkuchera
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Protection du loup : signez la pétition !

Publié le 19 mars 2024
La Commission européenne propose d’affaiblir le statut de protection du loup, qui passerait de…
Résultats du vote : 329 voix pour, 275 contre, 24 abstentions
Communiqué de presse
Biodiversité Biodiversité

Victoire pour la nature : l'UE adopte un règlement historique malgré les tentatives de torpillage​

Publié le 27 février 2024
Bruxelles, le 27 février 2024 - Aujourd’hui, le Parlement européen a franchi une étape décisive…