Loup Gris - © bferrero via inaturalist.org
Dossier
Biodiversité Biodiversité

Loup : 4 idées reçues sur un animal victime de sa légende

Publié le 15 décembre 2022

Bête du Gévaudan, loup-garou, Grand Méchant Loup… Dans l’imaginaire populaire, le loup est le prédateur sanguinaire par excellence. Et cette légende lui colle malheureusement à la peau. S’il occasionne parfois des dégâts sur des troupeaux mal protégés, il joue aussi un rôle important dans les écosystèmes, bien loin des fantasmes. Pour faire la part des choses entre réalité et craintes irrationnelles, et viser une coexistence apaisée, nous vous invitons à décrypter 4 idées reçues sur ce grand prédateur.

Idée reçue 1 : Faut-il vraiment avoir peur du loup ?

Le loup est victime de sa réputation

Pour toutes sortes de raisons culturelles, sentimentales, économiques, écologiques, politiques… Les grands carnivores sont porteurs d’une charge émotionnelle et conflictuelle très marquée. Et le loup n’échappe pas à la règle : il traîne derrière lui une forte valeur symbolique d’animal à la fois « sanguinaire » et libre.

Si pour certains, le loup représente la nature sauvage, il est pour d’autres un bouc-émissaire nuisible qu’il convient d’éradiquer. Ces oppositions sont du pain béni pour les médias qui trouvent un sujet à sensation et simple à traiter en opposant les pour et les contre, les ruraux aux urbains.

En réalité, les relations entre le loup, ses proies et l’homme et ses activités sont complexes et bien plus nuancées.

Idée reçue 2 : Le loup peut-il tuer pour le plaisir ?

Un grand prédateur important pour limiter la propagation des maladies

Si certains animaux sont à la fois prédateurs et proies, le loup lui, en tant que grand prédateur se retrouve au sommet de la chaîne alimentaire : il donne la mort à un autre animal pour se nourrir, mais ne figure lui-même que rarement au menu d’autres animaux.

Comme tout prédateur, pour se nourrir, le loup cherche à s’économiser. Il sélectionne les proies les plus faibles (maladies, blessures, vieillesse). Il limite ainsi la propagation des maladies, permet aux plus forts de se reproduire et de transmettre leurs gènes de résistance à leur descendance.

Le loup participe à la régénération de la forêt

Le loup contribue aussi à la régénération de la forêt et à la diversification de la végétation. La prolifération des sangliers, des chevreuils et des cerfs, exerce une forte pression sur les forêts. Les cervidés broutent les jeunes pousses des arbres, freinant la régénération des forêts. Cette pression s’avère très forte dans les secteurs où se rassemblent ces animaux.

Sous la menace du loup, ils sont plus vigilants : ils passent donc moins de temps à se nourrir, ils se dispersent, ce qui éparpille leur consommation laissant ainsi le temps à la forêt de se régénérer. Et par sa consommation, le loup réduit les populations en surnombre.

Le fonctionnement d’un écosystème et les interactions entre les espèces sont des chaînes complexes et il y a sans doute encore beaucoup de choses à découvrir sur les relations proies, prédateurs, écosystèmes et humains.

Pour en savoir plus sur les effets de la prédation du loup (OFB)

Idée reçue 3 : existe-t-il des hybrides loups-chiens ?

Contrairement au discours que distillent certains opposants au loup, le cocktail « chien-loup » qui donnerait naissance à un animal mutant, plus vigoureux, plus agressif, moins peureux et donc plus dangereux n’a aucun fondement scientifique.

D’abord, le patrimoine génétique des deux espèces est tellement proche, qu’en réalité, il n’existe que très peu de gènes de chien et le transfert d’ADN de chien dans le génome du loup se dilue au-delà de quelques générations.

Ensuite, « l’absence de crainte » de l’humain n’est pas une caractéristique génétique. Elle ne peut donc pas se transmettre par reproduction. Pour créer une horde de bêtes du Gévaudan, il faudrait que ce trait d’ « absence de peur de l’humain » tienne sur un seul gène et que ce gène soit conservé

Idée reçue 4 : Tuer le loup est-il la solution pour protéger les troupeaux ?

Il existe des moyens de protection des troupeaux efficaces contre le loup

Avec la disparition du loup, les éleveurs et les bergers avaient perdu l’habitude de travailler en sa présence. L’élevage en montagne s’est transformé : abandon de l’élevage bovin au profit des moutons (surtout dans les Alpes du Sud), troupeaux de plus en plus importants, et souvent, pour des raisons économiques, sans surveillance d’un berger.

Le retour du loup demande de modifier les pratiques pastorales. Il devient ainsi nécessaire de protéger le troupeau en le regroupant la nuit, en utilisant des chiens de protection et en salariant un berger et parfois un aide-berger.

Ces moyens de protection demandent plus de travail, mais lorsqu’ils sont effectivement et correctement mis en place, ils réduisent la fréquence des attaques et le nombre de bêtes tuées.

L’Etat aide à la mise en place de ces dispositifs, en proposant des formations et en prenant en charge l’essentiel des frais de ces équipements. L’arrivée du loup dans d’autres contextes pastoraux, nécessite d’expérimenter d’autres moyens de protection.

Pour plus de détails sur l’efficacité de la protection des troupeaux : Bulletin Analyse n°99 - mars 2017. Centre d’étude et de prospective. Ministère de l’Agriculture.

Télécharger le bulletin

Loup - CJoulot71

Mieux connaître le loup

Le Loup gris (Canis lupus italicus) est un mammifère carnivore de la famille des canidés, comme le chien, le renard ou encore le chacal doré. Par sa taille et son poids, il est proche morphologiquement d’un Berger allemand, soit une hauteur au garrot comprise entre 60 et 70 cm pour une longueur, sans la queue, comprise entre 1, 1 et 1, 5 m et un poids compris entre 18 et 30 kg pour une louve et 20 et 40 kg pour un mâle.

Les couleurs du pelage sont très variées d’un individu à l’autre, mais généralement, en France, le pelage présente des nuances de fauve mêlé de noir, avec un masque labial blanc peu étendu autour de la gueule et qui s’arrête au niveau du cou et un liséré noir plus ou moins visible sur les pattes avant. Au contraire du chien, ses oreilles sont courtes et arrondies. La queue est également courte et peu visible.

Plus d'informations

Petit bonus pour finir : la fédération France Nature Environnement Auvergne Rhône-Alpes a réalisé une série de vidéos pédagogiques Loup : dans l’intimité d’une meute que vous pouvez retrouver sur Youtube.

Pour aller plus loin

Communiqué de presse
Nouvelle action en justice pour libérer les sites Natura 2000 des pesticides
Actions en justice Actions en justice

Nouvelle action en justice pour libérer les sites Natura 2000 des pesticides

Publié le 2 février 2023
France Nature Environnement et la LPO lancent une nouvelle action en justice pour enfin…
Actualité
chasse
Biodiversité Biodiversité

Plan chasse du gouvernement : les avis de nos experts

Publié le 16 janvier 2023
Alors que la très grande majorité des français demande un dimanche sans chasse, les dernières…
Actualité
reglement europeen illustration
Biodiversité Biodiversité

Europe : dernière chance pour sauver la biodiversité !

Publié le 11 janvier 2023
Le Conseil de l’Union européenne et le Parlement européen ont débuté l’examen du projet de loi…
Communiqué de presse
Projet de loi énergies renouvelables : doit mieux faire
Biodiversité Biodiversité

Projet de loi énergies renouvelables : doit mieux faire

Publié le 9 janvier 2023
Le projet de loi portant sur l’accélération des énergies renouvelables (ENR) sera soumis à un…