Le directeur de France Nature Environnement, Jean Olivier, a été pris pour cible notamment avec des jets d'œufs. - Crédit : Amandine Monteil
Dossier
Démocratie Démocratie
Vie associative Vie associative

C'est quoi le problème avec l’activisme environnemental ?

Publié le 6 septembre 2023

L’activisme écologique est un sujet de plus en plus présent sur la scène médiatique française, et de plus en plus polarisant. En 2023, diverses actions de contestation contre des projets climaticides telles que les méga-bassines de Sainte-Soline ou le projet d’autoroute Castres-Toulouse ont eu un grand retentissement médiatique. Leurs détracteurs ont attaqué ces mobilisations, le ministre de l’Intérieur allant jusqu’à parler d’« écoterrorisme ». Dans ce contexte tendu, nous faisons le point sur l’activisme environnemental en période de crise, et sur la manière dont nos associations le vivent.  

Rappel essentiel : France Nature Environnement condamne toute forme de violence, quel que soit son auteur. 

Violences et écologie : où en est-on en France ? 

  • Le 22 décembre 2018, dans les Landes, un homme s’introduit dans un jardin pour insulter et agresser physiquement la propriétaire, dont l’adresse avait été diffusée publiquement sur Facebook. 

  • Le 29 avril 2020, dans les Hautes-Pyrénées, deux hommes insultent, suivent jusqu’à son domicile et rouent de coups un autre homme dans son jardin, devant témoins. 

  • Le 30 septembre 2019, lors d’une réunion publique, dans le Lot-et-Garonne, un homme en menace de mort un autre devant témoins. 

  • Le jeudi 30 mars 2023, plus de 400 personnes manifestent devant un bâtiment public, allument un brasier et tirent plus de 300 fusées de détresse. Le bâtiment est dévasté par un incendie.  

Ces quelques exemples ne sont pas le fait d’écolos radicalisés, mais des violences directes commises par des agriculteurs, des pêcheurs, et même des élus de la République envers des militant·es environnementaux ou des institutions environnementales (en l’occurrence, l’Office Français de la Biodiversité de Brest). 

En savoir plus sur l’observatoire des libertés associatives

Une montée des violences contre les militant·es environnementaux 

Rien que dans le mouvement France Nature Environnement, nous recensons plus de 50 agressions, atteintes aux biens et menaces entre 2015 et 2023, partout en France. 

Agressions physiques et verbales, vandalisme de locaux associatifs, dégradations de lieux de vie et de véhicules… Ces dernières années, les violences contre des personnes engagées pour la défense de l’environnement se multiplient. 

Ces agissements touchent les militantes et militants associatifs, mais également des services publics de l’environnement comme l’Office Français de la Biodiversité. Des journalistes écrivant sur des sujets environnementaux sont également concerné·es.  

Ecoterrorisme, khmers verts : des abus de langage lourds de conséquences  

Ecoterrorisme, khmers verts : de plus en plus de propos visent à discréditer, voire criminaliser, le comportement des associations de protection de l’environnement. Pourtant, nous tenons tout d’abord à rappeler qu’en droit l’écoterrorisme n’existe pas.  

Interrogé sur l’« écoterrorisme » dans une interview récente au Monde, Nicolas Lerner, le directeur de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure a rappelé « C’est un fait, aucune action de cette nature n’a été commise au nom de la cause environnementale. » en France.  

Des milliers d’associations, notamment les membres de France Nature Environnement, œuvrent au quotidien, dans le respect de l’État de droit. Le nombre d’actions réellement violentes, avec violence contre des personnes, est extrêmement réduit, voire inexistant ; idem pour le nombre d’actions avec destructions matérielles. 

Une montée des tensions alimentée par le Gouvernement 

Des violences illégitimes que l’Etat choisit de tolérer 

Qui sont les auteurs des violences faites aux militant·es pour l’environnement ? Généralement des agriculteurs, parfois des chasseurs et des pêcheurs professionnels, agissant la plupart du temps à visage découvert, et revendiquant leurs actions au nom d’organisations syndicales locales. Elles font très souvent suite à des victoires obtenues par nos associations devant la justice. 

Face à ces violences, l’État reste trop souvent silencieux. Et quand nous sollicitons une protection des forces de l’ordre en amont, cela nous est rarement accordé. 

Même lorsque les actions sont annoncées par avance, comme le vandalisme, pour la seconde fois, des locaux de FNE Midi-Pyrénées à Toulouse par la FDSEA Haute-Garonne en février 2023. Les forces de police, pourtant présentes, laissent faire, et sans arrestation. 

Un grave sentiment d’impunité 

Le Gouvernement ne prend pas les précautions nécessaires pour prévenir ces violences. Il ne prend pas non plus de mesures pour les faire stopper. Et enfin, il ne prend pas la parole pour les condamner, ou alors de façon très exceptionnelle. Bien au contraire, il rejette la faute sur nos associations ou nos militant·es, allant jusqu’à inventer des concepts dangereusement connotés comme l’écoterrorisme.  

Les personnes qui composent le mouvement France Nature Environnement ont décidé d’agir face à la crise écologique, de façon citoyenne et constructive, de se mobiliser pour faire leur part pour un avenir meilleur pour tous. Ils et elles n’agissent pas pour défendre leurs intérêts personnels, mais bien pour l’intérêt collectif ! Qu’elles et ils soient victimes d’insultes, de menaces et de violences pour leur action, et que l’État ne les en protège pas, est inadmissible.

Les discours ambiants sur les soi-disant « écoterrorisme » (formule inventée par un ministre en exercice) et « agribashing » contribuent à alimenter une opposition stérile entre militants écologistes et agriculteurs tout en exacerbant un inutile climat de violence.

Cela aggrave le sentiment d’impunité. Plus grave encore, cela conforte nos opposants dans le fait que l’agression, l’intimidation et le coup de force sont légitimes pour refuser d’appliquer des décisions de justice : c’est par exemple le cas du barrage de Caussade, de certaines mégabassines, ou encore de la fermeture des pêches. Dans tous ces dossiers, le Gouvernement s’est rangé du côté des intérêts privés violents contre les décisions rendues par la justice. C’est tout l’État de droit qui est menacé ! 

Deux poids, deux mesures : les associations sous surveillance  

Les actions concrètes mises en place par le Gouvernement ces dernières années ne vont pas dans le sens d’un apaisement, mais bien au contraire dans celui d’une mise sous pression des associations. 

  • Le Contrat d’Engagement Républicain, créé par la Loi Séparatisme, est utilisé pour museler les associations, les menacer et les inciter à se taire. Les premiers cas d’utilisation concernent particulièrement les associations de protection de l’environnement, aboutissant à des exclusions de certaines instances de dialogue et au remboursement de subventions Cet outil est pourtant inutile car le droit existant permettait déjà de recadrer les rares associations problématiques.  
  • Il en va de même pour la cellule de gendarmerie « Demeter » créée spécialement pour les agriculteurs et agricultrices, dont le périmètre inclut les « actions de nature idéologique, qu’il s’agisse de simples actions symboliques de dénigrement du milieu agricole (…) ». Cela conduit à criminaliser le simple fait de remettre en cause le modèle agricole dominant.

Cette situation suscite chez les membres de nos associations un sentiment d’injustice, de « deux poids deux mesures », aboutissant à de la frustration, de la colère. C’est le meilleur moyen de faire perdre la confiance en notre fonctionnement démocratique et notre République. 

Nous attendons des réactions fortes de la part des décisionnaires publics, des responsables nationaux de ces syndicats concernés par des actes violents de leurs adhérents, et des responsables publics locaux, très insuffisantes jusqu’à maintenant. 

Droits fondamentaux : la situation en France “préoccupante” selon les Nations Unies 

De manière générale en démocratie et a fortiori face à une crise écologique sans précédent, les droits fondamentaux d’informer, de manifester, la liberté d’expression sont non seulement sains, mais aussi nécessaires. Ils doivent être protégés et favorisés. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas en France, où l’État privilégie clairement certains intérêts particuliers plutôt que l’intérêt général.

Préserver les droits fondamentaux est une obligation, inscrite dans la Constitution, à laquelle sont soumis tous les pouvoirs publics. Plus spécifiquement en matière environnementale, la France est signataire de la convention internationale d’Aarhus, qui protège les droits d’accéder à l’information, de participer aux décisions publiques affectant l’environnement et d’accéder à la justice. 

Le rapporteur spécial de l’ONU sur la protection des défenseurs de l’environnement, Michel Forst, s’est inquiété publiquement à de nombreuses reprises, notamment dans le Monde, Libération, Le Nouvel Observateur…, de la situation française qu’il juge « préoccupante ». Tout comme plusieurs rapporteurs spéciaux, ainsi que le Conseil de l’Europe

Bref, l’État français est sur une pente glissante et risque de violer ces droits fondamentaux, protégés par la Constitution et des conventions internationales. 

Est-il légitime de désobéir pour le climat ? 

Arrêtons de comparer agressions physiques et désobéissance civile 

L’une des justifications apportées par les agresseurs, c’est le caractère extrême, agressif des militants environnementaux (avec l’usage de termes comme ayatollahs de l’écologie, khmers verts ou encore écoterroristes). Bien souvent, ils s’estiment légitimes et justifient leurs actions violentes sous prétexte que les militant·es environnementaux en commettraient également. 

La désobéissance civile est en effet un des moyens d’action de certaines associations environnementales, et les cas d’actions y faisant appel se sont multipliés ces derniers mois : occupation de lieux, dégonflage de pneus de SUV, tags et autres dégradations sans violence à l’encontre de personnes… faisant parfois reculer des projets très contestés. 

Nous le rappelons : FNE condamne toute forme de violence, quel que soit son auteur. Par ailleurs, il est impossible de mettre sur le même plan la dégradation symbolique de biens matériels et l’intégrité, voire la vie d’une personne. Les cas présentés au début de cet article impliquent tous un risque sérieux pour des vies humaines, et les exemples d’appels au meurtre de militant·es écologistes sont monnaie courante. 

Vivre dans un environnement sain : un droit fondamental 

L’état de notre planète est aujourd’hui une source, légitime, de profonde anxiété pour de nombreuses citoyennes et citoyens. De nombreux rapports officiels et d’autres scientifiques attestent que nous ne sommes pas sur une trajectoire permettant d’atteindre nos engagements en matière de lutte contre le changement climatique et contre l’effondrement de la biodiversité. La plupart des limites planétaires ont déjà été dépassées. Cela remet en cause la survie même de notre espèce. 

La Constitution française prévoit que “chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé”. Lorsque ce droit est bafoué par des projets destructeurs, ou que les politiques publiques sous-estiment l’urgence écologique, les actions de « désobéissance civile » peuvent devenir légitimes, même si elles semblent parfois contraires à la loi. Les citoyen·nes peuvent donc légitimement conduire une action illégale symbolique et proportionnée, pour faire valoir un droit ou une liberté fondamentale supérieure, si elle est non-violente.

Le tribunal correctionnel de Lyon résume parfaitement le contexte dans son jugement de relaxe des décrocheurs de portrait : « Face au défaut de respect par l’État d’objectifs pouvant être perçus comme minimaux dans un domaine vital, le mode d’expression des citoyens en pays démocratique ne peut se réduire aux suffrages exprimés lors des échéances électorales, mais doit inventer d’autres formes de participation dans le cadre d’un devoir de vigilance critique ». 

La désobéissance civile : un mode d’action historique 

  • Les cas historiques reconnus d’›usage de la désobéissance civile face à un pouvoir autoritaire ou une législation biaisée ne manquent pas, et sont même fondateurs de notre société contemporaine. Le Mahatma ​​Gandhi, engagé contre les inégalités raciales et la colonisation britannique en Inde, théorise dans les années 20 la doctrine Ahimsa (« non-violence active »), comprenant des actions de désobéissance civile contre des dispositions légales du Royaume Uni imposées à la communauté indienne (marche contre la taxe du sel).   

  • Nelson Mandela a également revendiqué certaines de ses actions pacifiques contre l’apartheid en Afrique du Sud par la légitimité de la désobéissance civile contre des lois considérées comme contraires aux droits fondamentaux humains. 

  • Le manifeste des 343 est considéré comme l’acte de désobéissance civile fondateur de la lutte pour l’avortement. Il s’agit d’une tribune élaborée par des femmes afin d’avoir le droit à l’interruption volontaire de grossesse et dont le titre est : «la liste des 343 Françaises qui ont le courage de signer le manifeste. Je me suis fait avorter». À cette époque, l’avortement constituait un délit pénal passible de la prison. Cet acte conduira à la loi du 17 janvier 1975 relative à l’interruption volontaire de grossesse, dite loi Veil, dépénalisant l’avortement en France. 

Un nécessaire retour au dialogue 

France Nature Environnement revendique des actions pour la défense de l’intérêt général humanistes, dans le respect de l’État de droit, toujours non-violentes. 

Nous sommes engagés dans une transformation de notre société, complexe, parfois difficile. Pour réussir à la mener sans violence, sans éclatement, il est du devoir de l’État de faire en sorte que les citoyen·nes puissent s’impliquer pour l’intérêt général sans avoir peur. 

Nous appelons les décisionnaires publics à créer les conditions favorables au dialogue, en assurant le respect de l’État de droit et l’égalité de traitement des citoyen·nes. Nous appelons l’ensemble de la société à revenir au débat démocratique et à la non-violence. 

Ce dossier vous a plu ? Soutenez notre action, faites un don !

Je donne

58
agressions de bénévoles et salarié·es de FNE recensées en 6 ans.

Pour aller plus loin

place de la republique
Actualité
Démocratie Démocratie

Législatives : Au moins un sursis, au mieux un espoir !

Publié le 8 juillet 2024
C’est un immense « ouf ! » de soulagement… Non seulement l’extrême-droite est incapable d…
Fourmis qui coopèrent
Actualité
Démocratie Démocratie

Et si… l’extrême-droite arrivait au pouvoir ?

Publié le 2 juillet 2024
Dimanche aura lieu le second tour des élections législatives. Impossible à ce stade d’en…
Escargot prêt à se faire écraser par un camion
Communiqué de presse
Démocratie Démocratie

Urgence démocratique et écologique : mobilisation citoyenne contre l’extrême-droite

Publié le 1 juillet 2024
En ce moment critique pour notre démocratie, nos valeurs républicaines et notre environnement…
Legislatives 2024 : Regardez le relaysdu grand oral de la société civile
Actualité
Démocratie Démocratie

Regardez LE GRAND ORAL DE LA SOCIÉTÉ CIVILE en replay !

Publié le 27 juin 2024
Ce jeudi 27 juin dès 9h30, la société civile s’était donné rendez-vous en direct de l…