sobriete
Dossier
Energie Energie

La sobriété : définition, enjeux et impacts

Publié le 18 octobre 2022

Notre société est aujourd’hui en « état d’ébriété », c’est-à-dire dopée à la consommation de ressources : nous en consommons beaucoup trop, et plus que ce que notre planète est capable de reconstituer. Face à ce constat a émergé le concept de « sobriété », désormais omniprésent dans les médias et dans les discours publics. Souvent interprétée à tort comme synonyme de privation, de décroissance ou de retour en arrière, la sobriété se définit plutôt comme la recherche d’un équilibre entre besoins et ressources disponibles. C’est donc un levier indispensable pour une transition vers un monde plus juste et plus soutenable.

Pour France Nature Environnement, des mesures structurelles et collectives fortes en matière de sobriété nous permettront de faire évoluer l’empreinte écologique de la France, qui est de presque 3 planètes par an aujourd’hui, vers 1,5 planète en 2030 puis 1 planète à l’horizon 2050.

C’est quoi la sobriété ?

Garantir le bien-être de tous en respectant les limites planétaires

Dans son dernier rapport publié en avril 2022 et dédié aux solutions pour limiter les impacts de la crise climatique, le GIEC consacre pour la première fois un chapitre entier à la sobriété qu’il définit sobriété comme «l’ensemble des mesures et de pratiques quotidiennes qui permettent d’éviter l’utilisation d’énergie, de matériaux, de terres et d’eau tout en garantissant le bien-être de tous dans le cadre des limites planétaires» (6e rapport du GIEC - résumé pour décideurs).

Changer nos habitudes et adopter un mode de vie plus sobre grâce à des engagements individuels, sociétaux et politiques nous permettrait de réduire nos émissions de 40% à 70% d’ici 2050. C’est un levier prioritaire pour une transition écologique et solidaire réussie, et pour faire face aux défis environnementaux actuels.

Vers un modèle de société plus juste

Parler de sobriété, c’est donc proposer un nouveau modèle de société qui permet à la fois de répondre aux enjeux environnementaux, en respectant les limites planétaires, mais aussi aux enjeux sociaux, en garantissant à chaque personne de vivre dignement.

Il s’agit de questionner tout d’abord nos besoins et de réfléchir aux usages des ressources, afin de privilégier les usages utiles et vitaux, qui satisfont nos besoins réels, et de limiter les usages futiles voire nuisibles, pour aller vers une société soutenable, une société de la « juste quantité ».

usages

Pourquoi parle-t-on autant de sobriété ?

Un levier indispensable pour atteindre la neutralité carbone

En France, dans l’ensemble des scénarios de transition énergétique proposés pour atteindre la neutralité carbone en 2050, la sobriété est incontournable pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

À horizon plus proche, en 2030, seuls 2 des quatre scénarios de l’Ademe (« génération frugale » et « coopération territoriale ») remplissent l’objectif de réduction des émissions de GES, en misant fortement sur la sobriété. Et pourtant, ces scénarios n’envisagent pas de baisse de la croissance économique.

Pionnière des enjeux de sobriété, l’association négaWatt publie tous les cinq ans un scénario unique dans lequel la sobriété tient une place importante aux côtés de l’efficacité énergétique et du déploiement des énergies renouvelables. NégaWatt vient de publier 50 mesures de sobriété pour baisser nos consommations d’énergie de 10% en 2 ans.

Résilience, justice, qualité de vie : les atouts d’une société plus sobre

Au-delà des bénéfices en termes de consommation des ressources et d’impact environnemental, les mesures de sobriété peuvent présenter des bénéfices pour l’ensemble de la société.

Sobriété énergétique : comment réduire notre consommation d’énergie ?

Sobriété : une nécessité individuelle et collective

L’énergie est au cœur des enjeux de sobriété, au point que l’on réduit souvent la notion de sobriété à ce seul volet. Au contraire, des efforts peuvent être faits dans tous les secteurs d’activité et à toutes les échelles pour réduire notre consommation de ressources.

Le GIEC distingue ainsi cinq « moteurs » de la réduction de nos émissions :

  1. Les individus, à travers leurs choix de consommation ;
  2. La culture, à travers les normes sociales et les valeurs ;
  3. Les entreprises, notamment via leurs investissements ;
  4. Les institutions et leurs actions politiques ;
  5. Les changements d’infrastructures.

Si les individus peuvent s’engager à leur échelle dans une démarche de sobriété, leurs efforts doivent être soutenus et amplifiés par des politiques publiques permettant de faire sauter les « verrous d’infrastructure, institutionnels et socioculturels » (Huffington Post, 4 avril 2022). Les différents moteurs doivent donc être activés ensemble.

Bâtiment, transports : comment faire la transition vers une société plus sobre ?

À l’échelle de la société, la transition vers un modèle plus sobre nécessite des mesures fortes et un portage politique assumé pour engager le changement de société. Les secteurs du bâtiment et des transports sont les principaux consommateurs d’énergie et les principales sources d’émissions de gaz à effet de serre en France : c’est donc sur eux que doivent porter en priorité les efforts de sobriété.

France Nature Environnement milite activement pour la mise en œuvre de mesures structurelles et pérennes permettant de réduire significativement nos besoins en énergie et en matières dans ces domaines, avec par exemple :

  • Faire entrer dans la loi l’objectif de sobriété à moyen et long terme pour une société résiliente, avec la mise en place d’indicateurs de suivi nationaux et régionaux et d’instances de concertation ;
  • Rénover massivement et à un haut niveau de performance énergétique les logements, en ciblant en priorité les passoires énergétiques (classes F et G du DPE). Aujourd’hui seulement 10% des rénovations annuelles sont réellement performantes alors que l’ensemble du parc bâti devra atteindre le niveau BBC d’ici 2050 car les aides à la rénovation ne privilégient pas suffisamment les meilleures rénovations (globales) ;
  • Limiter le recours à la voiture (encourager le télétravail, revitaliser les centres-villes, lutter contre l’étalement urbain, favoriser les mobilités actives…) et réduire la vitesse sur routes et autoroutes ;
  • Favoriser le train plutôt que l’avion ;
  • Interdire l’affichage publicitaire lumineux et réguler la publicité pour des activités polluantes et néfastes pour l’environnement et le climat (une mesure symbolique au regard de l’économie d’énergie générée mais essentielle pour son impact sur les changements culturels) ;
  • Sensibiliser à l’adoption d’un régime alimentaire moins carné.

Sobriété ou efficacité énergétique ? 

En matière d’énergie, les politiques publiques tendent à favoriser des mesures d’efficacité énergétique, consistant à réduire nos impacts grâce à des évolutions techniques et technologiques, plutôt que de remettre en cause nos usages ou le dimensionnement de nos biens et services. Ainsi, éteindre une lumière inutile est une mesure de sobriété tandis que remplacer les ampoules par des LED moins gourmandes en énergie est une mesure d’efficacité.

Les mesures d’efficacité doivent en fait intervenir après les mesures de sobriété : il faut d’abord s’interroger sur les besoins réels d’un service afin de le dimensionner correctement (sobriété), puis améliorer les performances pour réduire encore son impact (efficacité).

Comment agir à mon échelle pour plus de sobriété ?   

Si des mesures collectives et systémiques sont indispensables, les écogestes individuels ont également leur utilité, surtout s’ils s’inscrivent dans une démarche globale pour repenser ses besoins. Parmi les pistes d’action à envisager 

Aller plus loin

Pour aller plus loin

Communiqué de presse
faucon crécerellette
Biodiversité Biodiversité

Eoliennes : la cour de cassation condamne EDF pour destruction d'oiseaux menacés

Publié le 30 novembre 2022
Depuis leur mise en service, les 31 éoliennes exploitées par les filiales du groupe EDF sur le…
Comment se décide la politique énergétique de la France ?
Dossier
Energie Energie

Comment se décide la politique énergétique de la France ?

Publié le 17 novembre 2022
Atteindre la neutralité carbone en 2050 : plus facile à dire qu’à faire ! Si l’objectif est clair, les moyens pour y parvenir font l…
Actualité
Transition énergétique
Energie Energie

Webinaire : comprendre les différents scénarios de transition énergétique

Publié le 16 novembre 2022
La concertation nationale sur le mix énergétique s’est ouverte le 31 octobre. Jusqu’au 31…
Communiqué de presse
Les énergies renouvelables sont incontournables
Biodiversité Biodiversité

Les énergies renouvelables sont incontournables

Publié le 2 novembre 2022
Le Projet de loi d’accélération des énergies renouvelable est examiné au Sénat ce jeudi 3…