dossier nitrate ammonium
Dossier
Agriculture Agriculture
Risques industriels Risques industriels

Nitrate d’ammonium : comment renforcer la sécurité des installations ?

Publié le 16 septembre 2021

Le 21 septembre 2001 à Toulouse, la terre a tremblé et les effets de l’explosion dévastatrice survenue sur le site de la société AZF ont marqué durablement les esprits. Plus récemment, la catastrophe de Beyrouth (Liban) en 2020 a rappelé cruellement que les dangers liés aux produits à base de nitrate d’ammonium restent largement sous-estimés et qu’une meilleure prise en compte des risques associés est indispensable.

Si l’encadrement des activités liées au nitrate d’ammonium a été durci ces dernières décennies, le dispositif mis en place reste insuffisant. Quels sont les dangers réels du nitrate d’ammonium ? Comment renforcer l’action engagée ? France Nature Environnement fait le point sur ce sujet complexe mais crucial.

Qu’est-ce que le nitrate d’ammonium ?

Le nitrate d’ammonium (NH4NO3) est un comburant, c’est-à-dire une matière qui, sans être combustible elle-même, peut aisément provoquer ou favoriser la combustion d’autres matières. Solide et relativement puissant, il se présente sous forme de granulés blancs plus ou moins sphériques, de 2-3 mm environ. Il est principalement commercialisé sous deux formes :

  • le nitrate d'ammonium technique, intermédiaire de base pour la fabrication notamment de l'explosif nitrate-fioul employé dans les mines et carrières ;
  • les engrais à usage agricole.

Des dangers connus mais sous-estimés

Les principaux dangers identifiés

Si la probabilité d’occurrence d’un accident lié au nitrate d’ammonium est faible, le danger (importance des effets en cas d’accident) est élevé. Les principaux dangers liés au nitrate d'ammonium sont :

  • L’explosion. C'est ce qui s'est produit en 2020 à Beyrouth, à la suite d'un incendie dans un entrepôt portuaire où étaient stockées 2 750 t de nitrate d’ammonium technique. Bilan : environ 300 morts, plus de 6500 blessés. Cette explosion peut se limiter à une simple décomposition partielle à la suite d’un incendie, produisant des gaz et vapeurs toxiques (oxydes d’azote, ammoniac…)
  • La décomposition auto-entretenue, dite aussi « combustion en cigare », qui ne fait pas intervenir l’oxygène de l’air (elle ne concerne que certains engrais composés). Une réaction se déclenche dans une masse d’engrais, par exemple au contact d’un point chaud externe ou du fait d’un auto-échauffement interne au cœur du tas. L’engrais se décompose en émettant des gaz toxiques. Le front de décomposition avance dans la masse d’engrais sans apparition de flammes, il est donc difficile de localiser la masse en réaction. Ainsi, en 1987 à Nantes, une telle réaction dans un stockage de 1 450 tonnes d'engrais, due à une installation électrique défecteuse et/ou un produit instable, avait occasionné l'évacuation de 30 000 personnes, ainsi que 3 blessés et 25 personnes intoxiquées.

Les dangers liés à leurs flux dans les ports fluviaux

Les conditions de navigation et chargement ou déchargement des matières dangereuses dans les ports fluviaux sont peu encadrées, peu contrôlées, et même peu connues, par rapport à celles des ports maritimes. Seules les installations portuaires abritant des ICPE (Installations classées pour la protection de l’environnement) sont réglementées, même si quelques ports fluviaux importants ont fait l’objet d’études de dangers.

Des inspections ciblées de stockages ont été diligentées en 2020 par l’administration à la suite de l’accident de Beyrouth le 4 août 2020, une action dédiée a été inscrite dans le programme 2021 de l’inspection des installations classées et une mission a été engagée le 30 septembre 2020 sur la gestion des risques liés à la présence d’ammonitrates dans les ports maritimes et fluviaux. Cette mission a rendu en mai 2021 ses conclusions, assorties de recommandations. Elle pointe des insuffisances, voire des lacunes graves notamment dans les ports fluviaux et dans le secteur agricole.

Nos recommandations

  • Faire passer la distance minimale entre îlots de stockage de 4 m à 8 m dans les dépôts portuaires (au sens du règlement pour le transport et la manutention des marchandises dangereuses dans les ports maritimes, dit « RPM »), suivant la recommandation de l’INERIS en 2014
  • Harmoniser les réglementations sur le nitrate d’ammonium, et principalement sur les ammonitrates, dans les ports maritimes et fluviaux, découlant de la réglementation du transport des matières dangereuses.

Les dangers liés à leurs utilisations dans le monde agricole

De nombreuses installations (coopératives et exploitants) agricoles stockent dans des hangars plusieurs tonnes de nitrate d’ammonium sans toutefois dépasser les seuils nécessaires pour relever de la réglementation des ICPE. Ainsi tout stockage de moins de 250 tonnes de nitrate d’ammonium échappe aux prescriptions et contrôles relevant du régime ICPE, alors que le potentiel de dangers des stocks d’ammonitrates à haut dosage reste important.

Pourtant, un grand nombre d’incendies accidentels sont observés dans des hangars agricoles où peuvent être entreposés sans précautions suffisantes des engrais de type ammonitrates à proximité immédiate de matières aisément combustibles (paille, foin…) ou autrement dangereuses (produits de traitement agricoles). La priorité est donc d’alerter sur les risques en jeu et d’exiger qu’un effort conséquent d’information et de formation soit engagé rapidement dans le monde agricole pour développer la prévention.

Pour limiter ou supprimer les propriétés explosives accidentelles des ammonitrates, le débat déjà ancien de la réduction de la teneur en nitrate d’ammonium dans ces engrais est plus que jamais d’actualité. Une mesure de moyen terme serait de restreindre drastiquement l’usage des ammonitrates dits à haut dosage ou haute teneur en azote (à plus de 80% de nitrate d’ammonium, soit à plus de 28% d’azote) en encourageant l’usage des produits dits à moyen dosage (de 70 à 80% de nitrate, soit entre 24,5 et 28 % d’azote).

Nos recommandations

  • Renforcer, dans un délai court, la culture du risque dans toute la chaîne agricole sur les dangers et risques liés aux engrais au nitrate d’ammonium et sur les meilleures pratiques en matière de transport et de stockage, en y associant les élus locaux et les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS), voire les assureurs.
  • Identifier et tracer de manière à la fois plus globale et avec une finesse suffisante au niveau local les circuits et les sites agricoles des ammonitrates, ce qui peut être étendu aux engrais complexes contenant du nitrate d’ammonium
  • Créer un nouveau système de notification afin que les coopératives agricoles déclarent aux SDIS (services départementaux d’incendie et de secours) les exploitations où seraient stockés les produits dangereux dont les ammonitrates à partir d’un certain seuil défini au préalable.
  • Spécialiser les entrepôts, notamment les entrepôts logistiques, où sont stockés des engrais azotés simples – et principalement les ammonitrates – et complexes
  • Dans un objectif de sortie de la consommation d’ammonitrates, développer une agriculture agroécologique afin de se passer progressivement d’engrais azotés minéraux, pour atténuer les risques sur l'ensemble de la filière de la fabrication à l'utilisation finale.

Lire notre note de positionnement

Pour aller plus loin

Actualité
glyphosate épandage
Agriculture Agriculture

Glyphosate : mobilisons-nous pour son interdiction

Publié le 15 octobre 2021
Cela fait des années que ce combat est porté. Cela fait des années que les études scientifiques...
Actualité
cultures alternatives
Agriculture Agriculture

Agriculture, eau et biodiversité : des solutions pour produire en préservant

Publié le 8 octobre 2021
Comment concilier agriculture, eau potable et bon état des milieux naturels ? Quelles...
Actualité
femme achat magasin étiquetage environnemental
Agriculture Agriculture

Produits alimentaires : pour un affichage de leur impact environnemental

Publié le 10 septembre 2021
Engagée dès 2009 dans le cadre du Grenelle de l’environnement, la réflexion autour d’un...
Actualité
Agriculture Agriculture

Lettre ouverte : Pour une réorientation du Plan Stratégique National de la PAC

Publié le 10 septembre 2021
A l'occasion d'un déplacement d'Emmanuel Macron à la 7e édition des rencontres Terres de Jim...