Actualités

Comment identifier un projet de plantation d’arbres vertueux ?

Planter des arbres pour compenser nos émissions de CO2 : voilà une promesse qui peut vite se transformer en greenwashing. Les projets de plantation d’arbres « pour sauver la planète » sont de plus en plus nombreux, mais la méfiance est de mise. France Nature Environnement vous aide à faire le tri.

Posons d’emblée les faits : les arbres sont de formidables puits de carbone mais ils ne peuvent permettre à eux seuls de compenser toutes nos émissions de CO2. À ce titre, il est plus juste d’envisager un projet de plantation comme une contribution et non une compensation. Avant de soutenir un tel projet, il est donc important d’en évaluer la pertinence. Voici quelques clés pour identifier les projets vertueux.

1. Le projet s’inscrit dans une démarche plus large.

L’entreprise parle-t-elle de « compensation » ou de « contribution » carbone ? A-t-elle engagé par ailleurs des démarches pour réduire elle-même ses émissions ? Si ce n’est pas le cas, passez votre chemin !

2. L’entreprise est transparente sur les projets qu’elle mène.

Sur son site internet, vous devez retrouver un certain nombre d’informations : liste des projets financés, localisation claire et précise, valeurs de l’entreprise, cahier des charges ou référentiel des plantations, etc. La présence d’un Comité éthique avec des personnalités reconnues dans le monde forestier est également un gage de qualité.

3. Le choix de la parcelle est pertinent.

Les plantations doivent intervenir préférentiellement sur des sols très dégradés (culture intensive, pollution, sols artificialisés, etc.), où la forêt pousserait difficilement par elle-même. Il faut veiller à ce que la plantation ne se fasse pas au détriment d’un milieu naturel riche et/ou des personnes. De façon générale, fuyez les projets à trop grande échelle souvent peu adaptés aux contraintes locales.

4. L’entreprise plante des essences diversifiées.

La présence des termes suivants est à rechercher : essences variées et locales, plantation en mélange ou diversifiée. Les essences sélectionnées s’adapteront aux conditions locales et les effets des changements climatiques seront pris en compte.

5. Les pratiques préconisées sont compatibles avec la préservation de la biodiversité.

Les termes suivants sont à éviter absolument : labour, travail du sol en plein, fertilisants, biocides. On leur préférera les termes : respect de l’équilibre biologique des sols, conservation de l’humus, des ronces et des branches au sol, etc.

Pour terminer, la proposition de plantation d’arbres sur des parcelles agricoles (agroforesterie) ou de haies bocagères représente une véritable plus-value. Il est également possible de restaurer les forêts sans planter grâce à la régénération naturelle assistée. En encourageant cette technique, vous privilégiez la restauration des forêts dégradées.

Si vous avez besoin d’aide pour choisir un projet vertueux, nous vous conseillons de vous rapprocher d’une association de protection de l’environnement. Vous trouverez également des informations et des projets sur le site de Reforest’Action. N’oublions pas que la compensation ne peut avoir de sens que comme complément à une démarche globale de réduction de nos émissions. 

Pour aller plus loin

Planter des arbres pour compenser nos émissions de CO2 ?
Déforestation : les clés pour comprendre
6 façons de lutter contre la déforestation sans bouger de chez soi

Par FNE
Le vendredi 26 mars 2021
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don