Actualités

FNE fait son Tour #2 : le long de la Loire avec Gérard et Xavier

France Nature Environnement continue son tour des initiatives positives en faveur du vélo. Deuxième étape : les Pays de la Loire avec Xavier Métay, et la Touraine avec Gérard Van Oost. Tous deux ont mis en place l’Indemnité Kilométrique à Vélo (IKV) dans leurs associations respectives depuis plusieurs années. Alors que l’IKV se transforme pour devenir le Forfait Mobilité Durable, ils nous font profiter de leurs retours d’expérience.

← Commencer par l'épisode 1

Pouvez-vous vous présenter rapidement ?

Xavier : Je suis coordinateur FNE Pays de la Loire et cycliste depuis mon plus jeune âge. J’allais déjà au collège à vélo, je l’utilise toujours pour mes trajets du quotidien et depuis quelques années pour mes vacances d’été en famille.

Gérard : Je suis adhérent à la SEPANT (Association d'Études, de Protection et d'Aménagement de la Nature en Touraine) depuis le début des années 80 et en 2009, quand je suis arrivé à la retraite, je suis devenu trésorier de l’association. Je pratique le vélo pour le loisir mais pas comme j’aurais pu le faire à 20 ou 30 ans. Quand je veux aller faire une balade à 25/30 km de chez moi, je mets les vélos sur la voiture !

Pourquoi avoir décidé de mettre en place l’indemnité kilométrique à vélo (IKV) dans vos associations ?

Xavier : Quand l’Indemnité Kilométrique à Vélo a été créée, je voulais que notre fédération régionale montre l’exemple. On voyait bien que des collectivités, des entreprises le mettaient en place, et je me suis dit : il faut absolument que le milieu associatif de l’environnement s’approprie cet outil. On voulait être sur le même terrain d’échange avec ces collectivités, ces entreprises, ne pas toujours leur demander de faire des choses pour l’environnement alors que nous même on ne le fait pas.

Gérard : C’était une demande des chargés de projet. En novembre 2018, le CA a pris la décision de mettre en place cette IKV. Notre local n’est pas très bien desservi en transports en commun et c’était une façon d’encourager des déplacements doux. On a par exemple un salarié qui habite loin et qui prend le vélo pour aller de chez lui à la gare, pour prendre le train, puis le vélo à nouveau de la gare d’arrivée jusqu’au local. Et puis pour le CA, c’est aussi une façon de montrer qu’on est à l’écoute des salarié·es et, quand c’est possible, de mettre en place des « annexes » au salaire.

Est-ce qu’il y a eu des difficultés dans la mise en place de l’IKV ?

Xavier : Les membres du bureau ont vu très vite un intérêt. Dans notre plaidoyer, on demande à ce que les mobilités douces soient encouragées : si on n’est pas capables de s’appliquer ce qu’on propose, on est moins crédibles !

Gérard : La SEPANT a la volonté d’être une structure écoresponsable. On partage des valeurs jusqu’au bout, pas seulement dans les actions qu’on conduit à l’extérieur, pour faire de l’éducation à l’environnement, mais on les applique aussi à l’association. On fait le tri des déchets, nos achats sont responsables, on met en place l’indemnité kilométrique vélo… C’est logique et la décision a été assez simple à prendre.

Combien ça coûte à l’association ?

Xavier : Le coût n’est pas énorme : en 2020, pour deux salariés, ça nous a coûté au total 279 euros, sachant que jusqu’à 200 euros / salarié sont exonérés de charges sociales (2020 fut cependant une année particulière avec le confinement et le télétravail). C’est très absorbable, même pour une association où on fait attention au budget.

Gérard : En 2019, ça a couté 418 euros (déductibles) à l’association pour 3 salariés et en 2020, 390 euros. C’est pas du tout un coût important pour l’association.

Avec un peu de recul, quel bilan faites-vous de la mise en place de l’IKV ?

Xavier : Il y a 3 salariés sur 4 qui en profitent et on en est tous très contents. Ça permet d’entretenir son vélo, d’acheter des vêtements de pluie, des équipements de sécurité. Ça sert aussi à ça l’IKV, on a plus d’excuse pour se déplacer sans lumières par exemple. Le bilan est très positif et en 2022, on va sans doute passer au forfait mobilité durable[1] pour pouvoir prendre en charge une trottinette électrique ou du co-voiturage.

Gérard : On a aujourd’hui 3 salariés qui en bénéficient. L’IKV n’a pas forcément un impact énorme sur nos émissions de CO2 car le gros de notre bilan vient des déplacements pour les missions : les salariés se déplacent dans tout le département et ils doivent y aller en voiture, la SEPANT optimise les déplacements. L’IKV ne coûte pas très cher, prend très peu de temps pour le suivi administratif et nous permet d’être en accord avec nos valeurs. Le bilan est positif, on souhaite passer au forfait mobilité durable l’année prochaine.

Le Forfait Mobilité Durable est un dispositif qui permet aux employeurs de rembourser en partie les frais de déplacements des salarié·es pour leurs trajets domicile – travail. Cette aide ne s’applique que pour les déplacements effectués avec des moyens de transports peu polluants (vélo, co-voiturage, transports en commun...). Il est aujourd’hui facultatif et France Nature Environnement milite pour le rendre obligatoire.

Par FNE
Le mercredi 07 juillet 2021
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don