Gabriel Attal
Communiqué de presse
Démocratie Démocratie

2 mois de gouvernement Attal : la déplanification écologique

Publié le 1 mars 2024

Messages contraires à la planification écologique, reculades sur les pesticides, restrictions de l’accès à la justice, menaces sur la biodiversité, sur la gestion de l’eau… En 2 mois, le gouvernement de Gabriel Attal est allé de concessions en reculades, mettant à mal les ambitions écologiques affichées par Emmanuel Macron qui affirmait en 2022 : « Ce quinquennat sera écologique ou ne sera pas ». 

Ce que le Premier ministre met en danger : 

Un modèle agricole juste et durable : en reconnaissant et encourageant un modèle agro-industriel nuisible et dépendant de l’irrigation, des engrais et des pesticides, et donc des hydrocarbures importés, Gabriel Attal renonce à sortir les agriculteurs et agricultrices de l’impasse, à protéger nos standards sociaux et environnementaux face à une concurrence déloyale et à résoudre en profondeur le problème du partage de la valeur. Le renoncement à la transition écologique de l’agriculture, c’est également ralentir la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et l’effondrement de la biodiversité.  

Le respect du droit de l’environnement : en décrédibilisant les services de protection de l’environnement et en diminuant encore le nombre des contrôles, déjà insuffisant, le Premier ministre renonce à faire respecter le droit et incite même à l’enfreindre. 

Le respect des processus démocratiques : en imposant d’autorité le seul point de vue de l’agriculture industrielle, il renonce aux processus démocratiques déjà engagés, seuls à même d’éviter les régressions et de faire émerger des solutions satisfaisantes pour toutes et tous.  

Le financement de la planification écologique : avec -2,2 milliards d’euros de budget, Gabriel Attal choisit de faire porter sur l’écologie le plus gros coup de rabot budgétaire, renonçant de fait à l’atteinte de certains objectifs. 

  • Avec 1 milliard d’euros de moins pour MaPrimeRénov’, la réduction des consommations et la lutte contre la précarité énergétique sont mises en difficulté. 
  • Avec 430 millions en moins pour le Fonds vert, de nombreux projets de transition dans les territoires ne seront pas financés. 

Moins de pesticides dans nos assiettes : alors que l’interdiction des phytosanitaires est une préoccupation mineure chez les agriculteurs et agricultrices (4% selon ce sondage BVA), suspendre le plan Ecophyto est une régression majeure pour la santé de tous et toutes. 

L’accès à la justice pour toutes et tous : en annonçant la réduction des délais de recours pour les ICPE agricoles et la suppression d’un degré de juridiction en matière agricole, Gabriel Attal choisit de limiter l’accès des citoyen·nes à la justice plutôt que de donner à la justice les moyens de faire son travail rapidement. 

Une gestion équitable et partagée de l’eau : en soutenant l’irrigation à outrance défendue par la FNSEA, Gabriel Attal renonce au partage équitable entre les différents usages négociés démocratiquement dans le cadre des Assises de l’eau. 

La protection des zones humides et leurs bénéfices : les zones humides et leur protection ne sont un problème que pour l’agriculture industrielle lourdement mécanisée. Leurs atouts, en revanche, profitent à tous et toutes. 

La participation du plus grand nombre aux décisions en matière environnementale : en voulant réduire encore le périmètre de la Commission nationale du débat public (CNDP), le Premier ministre assume sa volonté d’imposer des projets sans que les citoyen·nes vivant à proximité ne puissent donner leur avis.  

Nos attentes  

Alors que la crise agricole de ces dernières semaines offrait au nouveau Premier ministre la possibilité de commencer son mandat en fixant un cap ambitieux et fédérateur pour une agriculture plus juste et plus durable, Gabriel Attal a choisi de commencer en marche arrière. 

Les orientations qui se dessinent au terme de ces premiers mois ont le mérite d’être claires : le gouvernement se met au service des intérêts d’une minorité, quitte à faire passer au second plan nos objectifs climatiques, le droit de l’environnement, la santé des Français·es, la protection des écosystèmes et le bon fonctionnement de la démocratie. 

Pour Antoine Gatet, président de France Nature Environnement : “En deux mois, c’est un véritable tsunami de reculs environnementaux qui nous a frappé·es et nous laisse d’autant plus démuni·es que ces décisions sont prises en méconnaissance totale des règles les plus élémentaires de la démocratie environnementale : associer l’ensemble des acteurs (dont les services publics de l’environnement) en se fondant sur la science et le droit ! Le Premier ministre n’a pas pris la mesure de la crise environnementale et plutôt que d’y répondre, ne donne des gages qu’aux lobbies agricoles industriels qui en sont essentiellement la cause. Nous invitons Monsieur Attal à réouvrir et entendre les cadres démocratiques territoriaux afin de construire les politiques environnementales ambitieuses qui permettent d’accompagner le monde agricole productiviste à changer de logiciel, et qui accompagne et valorise les agricultrices et agriculteurs qui font le choix de la transition agroécologique. La fracture entre la promesse présidentielle d’un quinquennat écologique, et la réalité des régressions environnementales actées par le Premier ministre n’a jamais été aussi profonde.»

Notre analyse détaillée

Plus de 160 000 signataires pour la protection du loup !
👉 Signez la pétition et partagez-la 👈

Pour aller plus loin

Votez le 9 juin !
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Le 9 juin, choisissez l’Europe que vous voulez !

Publié le 5 avril 2024
Le 9 juin prochain, les électeurs et électrices françaises sont appelées à aller voter pour…
manifestation
Dossier
Démocratie Démocratie

Droits des femmes : un enjeu environnemental

Publié le 5 mars 2024
Le 8 mars est la Journée internationale des droits des femmes : un enjeu juridique, politique, économique, social, culturel… et…
pile de dossiers
Actualité
Démocratie Démocratie

Y a-t-il trop de normes en matière d'environnement ?

Publié le 4 mars 2024
Le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé à plusieurs occasions vouloir lancer un chantier de…
Hémicycle du Parlement européen
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Restauration de la nature : une victoire historique​

Publié le 27 février 2024
Mardi 27 février 2024, le Parlement européen adopte le règlement sur la restauration de la…