champ de blé
Dossier
Agriculture Agriculture
Biodiversité Biodiversité

5 bonnes raisons de dire non aux nouveaux OGM (NTG)

Publié le 2 février 2024

Alors que la colère gronde dans le monde agricole, les nouvelles techniques génomiques (NTG), que la Commission européenne veut déréglementer avec le soutien du gouvernement de Gabriel Attal, sont présentées de manière fallacieuse comme des outils favorisant une agriculture durable. Elles risquent bien au contraire d’en être les fossoyeuses. Des alternatives agro-écologiques crédibles existent : elles seules sont gages d’une véritable « durabilité », mais seraient mises en danger par la dissémination des OGM issus des NTG. Alors que le Parlement européen a voté le 7 février 2024 en faveur d’une déréglementation de ces NTG, et que les Etats membres de l’UE continuent leurs discussions, France Nature Environnement liste 5 bonnes raisons de se mobiliser contre ces nouveaux OGM.

Je veux agir

1. Les promesses ne sont pas à la portée du génie génétique 

Les industriels veulent vendre aux quatre coins du monde des OGM standardisés estampillés, par exemple, « résistants à la sécheresse », mais cela ne marche tout simplement pas ! En effet, les plantes devront s’adapter à des conditions environnementales excessives hautement variables en intensité et en durée selon les localités… et, au bout du compte, tout dépendra de la façon dont le fonds génétique va s’adapter (ou non) aux conditions locales, au biotope, etc.  

2. Les cultures en cours sont décevantes 

En fait, aucune plante OGM issue des NTG n’est actuellement cultivée avec succès, pour défaut de rendement ou manque d’intérêt agronomique. Ainsi d’un nouveau blé génétiquement modifié afin de permettre une réduction du gluten ou une résistance aux maladies fongiques : cette plante a vu augmenter sa sensibilité aux autres pathogènes. Ou de cet autre blé issu des NTG pour éliminer sa sensibilité à l’oïdium : il est devenu plus sensible à d’autres maladies fongiques et a connu des anomalies de croissance, selon une étude qui montre que les effets secondaires indésirables pourraient être plus prononcés chez les plantes NGT que chez les plantes sélectionnées de manière conventionnelle… 

3. Les NTG risquent d’aggraver les problèmes qu’elles promettent de résoudre 

Les NTG sont au service d’une agriculture intensive, fondée sur une consommation d’intrants nocifs pour l’environnement, et finalement pour la sécurité et l’indépendance alimentaire. Rappelons qu’en Amérique latine, le développement des OGM a jusqu’à présent encouragé la déforestation, les intoxications aux pesticides et la paupérisation des petits agriculteurs et agricultrices.  

4. Les NTG sont nocives pour la sécurité alimentaire de l’Europe 

La sécurité et l’indépendance alimentaire de l’Europe ne dépendent nullement de l’introduction de végétaux ayant subi telle ou telle manipulation génétique. Au contraire, ces nouveaux OGM permettraient la mise en place en Europe d’un modèle agricole industriel qui dépendra non plus seulement d’intrants chimiques, mais également d’intrants génétiques. Et ce au nom de bienfaits chimériques sur les rendements ou la « durabilité ».  

5. Des alternatives durables existent 

La biodiversité fournit des services écosystémiques vitaux (sols sains, pollinisation des plantes, contrôle des ravageurs, habitats pour la faune sauvage et les espèces auxiliaires de culture…), nécessaires à la production alimentaire et aux moyens de subsistance des producteurs. Ainsi, plus ils sont diversifiés, plus les agrosystèmes sont productifs, rentables – car moins dépendants d’intrants de synthèse – et robustes – face aux maladies et aléas climatiques notamment. 

Pour aller plus loin

Epandage de pesticides
Actualité
Agriculture Agriculture

Ecophyto : casser le thermomètre ne fera pas baisser la fièvre !

Publié le 23 février 2024
Ce lundi 12 février, France Nature Environnement et 6 autres organisations de la société civile…
Tomates françaises sur un marché
Dossier
Agriculture Agriculture

La souveraineté alimentaire : reconnecter agriculture, alimentation et territoires

Publié le 21 février 2024
En 1996, la Via Campesina, mouvement paysan international, a posé les fondements de la souveraineté alimentaire en tant que “droit des…
pesticides
Communiqué de presse
Agriculture Agriculture

Ecophyto : une consultation biaisée sur l'indicateur de réduction de l'usage des pesticides

Publié le 15 février 2024
Le 12 février dernier, 8 ONG ont claqué la porte du Comité d’orientation stratégique et de…
Agriculture : Gabriel Attal tire à côté de la cible une fois sur deux
Communiqué de presse
Agriculture Agriculture

Agriculture : Gabriel Attal tire à côté de la cible une fois sur deux

Publié le 1 février 2024
Le Premier ministre s’est de nouveau exprimé aujourd’hui sur les questions agricoles. La…