Pipistrelle en vol
Dossier
Biodiversité Biodiversité

Chauve-souris : 4 idées reçues décryptées

Publié le 23 janvier 2024

Les chauves-souris jouent un rôle essentiel dans nos écosystèmes. Pourtant, ces animaux souffrent encore aujourd’hui de nombreuses idées reçues qui conduisent à des peurs et des destructions injustifiées. Apprenons à les connaître, pour mieux cohabiter.

1. Chauve-souris dans ma maison : comment réagir ?

Au cours des années, les chauves-souris se sont adaptées à la présence des humains. Face à la disparition de leurs gîtes naturels, elles cherchent parfois des habitats de substitution dans nos constructions (caves, greniers, combles…). La plupart du temps, elles ne restent qu’une saison : l’été, elles cherchent un endroit chaud pour mettre bas leur petit, tandis que l’hiver elles rechercheront la fraîcheur d’une cave pour hiberner.

Chauve-souris dans une pièce chez moi : elle partira d’elle-même

Si une chauve-souris rentre dans une pièce dont la fenêtre est restée ouverte, n’essayez pas de la chasser, cela ne ferait que la stresser. Éteignez les lumières et sortez de la pièce en laissant la fenêtre ouverte, l’animal finira par sortir tout seul.

Certaines petites espèces, comme les pipistrelles, peuvent se reposer en journée derrière les volets des maisons, du printemps à l’automne. Là non plus, il n’y a rien à craindre. Il est important d’éviter de la déranger en journée : attendez le soir, elle partira chasser et vous pourrez fermer vos volets.

Chauve-souris dans le grenier : pourquoi les accueillir

Au printemps et en été, il arrive que des femelles s’installent dans un grenier pour mettre bas et élever leur petit. Elles sont généralement très discrètes et la cohabitation ne pose pas de problème. Elles ne vont pas dégrader les câbles ou l’isolant, ni apporter de matériaux pour construire un nid, elles ne laisseront qu’un peu de guano.

Ce guano ne présente aucun risque sanitaire. Si besoin, il est possible de disposer une bâche sur le plancher pour le protéger des crottes et de l’urine. Après le départ des jeunes, le guano pourra même être récupéré et utilisé, une fois dilué, comme un excellent engrais naturel pour vos plantations.

Puis-je faire sortir une chauve-souris de chez moi ?

En France, toutes les espèces de chauves-souris sont protégées, ainsi que leurs gîtes. Même si elles sont installées dans votre maison, les en chasser est considéré comme un délit.

Si les nuisances vous semblent insupportables, n’intervenez pas vous-même pour les déloger. Faites appel à une association de protection de la nature qui pourra vous conseiller et proposer des solutions.

SOS Chauve-souris : plus d’infos

2. Les chauves-souris peuvent-elles attaquer l’homme ?

En France, aucune chauve-souris ne boit de sang

Seules trois espèces de chauve-souris dans le monde se nourrissent de sang : on dit qu’elles sont hématophages. Elles se trouvent toutes en Amérique du Sud et s’alimentent essentiellement sur les animaux d’élevage. Les animaux touchés ne meurent pas, car les chauves-souris prélèvent très peu de sang.

Les chauves-souris ne peuvent pas se prendre dans les cheveux

Les chauves-souris se déplacent et s’orientent dans les airs grâce à un système d’écholocation : elles émettent et reçoivent des ondes ultrasonores, qui leur indiquent les obstacles ou les proies situées aux alentours. Ce système, proche du sonar, leurs donne une image sonore très précise en trois dimensions de leur environnement. Elles sont ainsi capables de détecter des objets de la taille d’un seul cheveu !

Elles évitent donc très facilement les têtes des humains et ne s’accrochent jamais dans leurs cheveux. Il est probable que les récits de chauves-souris s’accrochant aux cheveux étaient des légendes inventées autrefois pour dissuader les jeunes filles de sortir la nuit.

3. Les chauves-souris transmettent-elles des maladies ?

Quelques espèces peuvent être porteuses de la rage

En Europe, certaines chauves-souris peuvent être porteuses d’un virus de la rage. Mais seules deux espèces de chauves-souris sur les 35 présentes en France sont concernées. Ce virus se transmet très difficilement d’une espèce à une autre.

En général, une chauve-souris contaminée est affaiblie et ne mord pas, sauf si on tente de l’attraper. C’est pourquoi, comme pour n’importe quel animal sauvage, il est déconseillé de les manipuler.

4. Les chauves-souris sont-elles protégées ?

En danger, les chauves-souris sont des espèces protégées

Toutes les espèces de chauves-souris sont protégées par la loi : il est interdit de les détenir et de les transporter.

Si une chauve-souris vous semble en détresse (elle est posée au sol ou en plein soleil, elle ne réagit pas), il faut appeler le centre de soins de la faune sauvage le plus proche, ou bien une association de protection de la nature, afin de savoir quoi faire en toute sécurité.

Trouver le centre de soins de la faune sauvage proche de chez moi

pipistrelle en vol
Crédit photo : thephoxinus via iNaturalist

Mieux connaître les chauve-souris

Dans le monde, on compte environ 1 400 espèces de chauves-souris. Elles sont présentes sur tous les continents, sauf l’Antarctique.

Les chauves-souris sont les seuls mammifères capables d’un vol actif, grâce à leurs ailes qui sont comme une main aux longs doigts, reliés par une fine membrane de peau. Actives surtout la nuit, elles sont capables de chasser et de s’orienter dans l’obscurité, grâce à leur vue, adaptée aux conditions nocturnes, et à leur système d’écholocation, une sorte de sonar.

En Europe, toutes les espèces de chauves-souris sont insectivores. Elles nous rendent de précieux services en consommant de nombreux moustiques, vecteurs de maladies, ainsi que des insectes ravageurs des cultures. Une seule chauve-souris peut chasser jusqu’à 3 000 insectes par nuit !

Je fais un don

Pour aller plus loin

Résultats du vote : 329 voix pour, 275 contre, 24 abstentions
Communiqué de presse
Biodiversité Biodiversité

Victoire pour la nature : l'UE adopte un règlement historique malgré les tentatives de torpillage​

Publié le 27 février 2024
Bruxelles, le 27 février 2024 - Aujourd’hui, le Parlement européen a franchi une étape décisive…
Hémicycle du Parlement européen
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Restauration de la nature : une victoire historique​

Publié le 27 février 2024
Mardi 27 février 2024, le Parlement européen adopte le règlement sur la restauration de la…
dossier sols protection
Dossier
Biodiversité Biodiversité

Sols : enjeux et solutions en France

Publié le 15 février 2024
Le sol est loin d’être une simple surface sur laquelle nous marchons, c’est le milieu dans lequel nous enracinons notre vie. Les sols…
champ de blé
Dossier
Agriculture Agriculture

5 bonnes raisons de dire non aux nouveaux OGM (NTG)

Publié le 2 février 2024
Alors que la colère gronde dans le monde agricole, les nouvelles techniques génomiques (NTG), que la Commission européenne veut…