manifestation
Dossier
Démocratie Démocratie

Droits des femmes : un enjeu environnemental

Publié le 5 mars 2024

Le 8 mars est la Journée internationale des droits des femmes : un enjeu juridique, politique, économique, social, culturel… et environnemental ! Quoique bien documenté, le lien entre inégalités de genre et urgence climatique reste pourtant peu connu du grand public. Plus exposées aux effets du dérèglement climatique, les femmes sont aussi moins représentées dans les instances de décision, et pourtant plus actives dans la mise en œuvre des solutions : comment résoudre ce paradoxe ?

France Nature Environnement fait le point sur la situation et propose, sur la base de sa contribution au rapport Inégalités de genre, crise climatique et transition écologique (2023), des pistes de solutions pour conjuguer genre et environnement. La transformation écologique vers un monde vivable et respectueux des limites planétaires va de pair avec l’avènement d’une société plus égalitaire : ces deux luttes sont communes.

NB : ce dossier est centré sur les inégalités de genre, mais nombre de constats valent également pour d’autres inégalités générées par des constructions sociales défaillantes, dont sont victimes les personnes racisées, en situation de handicap ou de précarité, etc.

Constats et chiffres clés

Les inégalités de genre renforcent la vulnérabilité des femmes face aux impacts du  dérèglement climatique

  • 85 % des personnes qui meurent des conséquences d’une catastrophe naturelle d’origine climatique dans le monde sont des femmes et 75 % des réfugié·es environnementaux sont des femmes.
  • Cette plus grande vulnérabilité s’explique notamment par la plus grande proportion de femmes parmi les populations pauvres : elles possèdent moins de 1% des richesses mondiales (Sénat, Parlement européen), et représentent 70% des personnes vivant avec moins de 1 dollar par jour.
  • Lors de la canicule de 2003, en France, le taux de mortalité des femmes était 15% supérieur à celui des hommes (Fouillet at al., 2006)

Les inégalités de genre entraînent une sous-représentation des femmes dans les espaces de décisions politiques

  • Lors de la COP 2022, les femmes ne représentaient que 35% des équipes. Dans les négociations sur le climat, les femmes représentent 12 à 15% des têtes de délégation et 30% des délégué·es (Parlement européen).
  • En France, les femmes représentent 39% des parlementaires et 42% des élu·es des conseils municipaux, mais seulement 20% des maires (INSEE, 2022).
  • Seules 5 régions sur 18 sont présidées par une femme (Observatoire des inégalités, 2022).

Les inégalités de genre engendrent des comportements différenciés face aux enjeux environnementaux

  • 84% des Françaises se disent inquiètes des conséquences du dérèglement climatique contre 74% des hommes (sondage IFOP pour le CESE, oct. 2023), et 65% des personnes éco-anxieuses sont des femmes (Fondation Jean Jaurès, 2021).
  • 86% des Françaises ont modifié ou envisagent de modifier leurs habitudes de consommation afin de minimiser leur impact sur l’environnement contre 75% des hommes.

4 grands axes pour faire de la lutte contre les inégalités de genre un levier d’action face à la crise climatique

En mars 2023, le Conseil économique, social et environnemental (CESE), troisième assemblée de la République, a adopté à l’unanimité des organisations de la société civile qui y sont représentées un rapport intitulé Inégalités de genre, crise climatique et transition écologique. Co-rapporté par l’un des représentant·es de FNE au CESE, il formule 24 propositions concrètes pour articuler lutte contre les inégalités de genre et transition écologique. Plusieurs grands axes de progrès se dégagent.

1. Systématiser le recueil de données sexospécifiques

Les données sexospécifiques, c’est-à-dire ventilées par sexe, permettent de visibiliser les différences et les inégalités liées au genre : un préalable indispensable pour trouver des solutions et améliorer la situation. Une approche genrée peut par exemple mettre en évidence des différences entre les femmes et les hommes concernant :

  • les impacts du changement climatique et des catastrophes naturelles et technologiques
  • les effets de l’exposition à des pollutions ou à des dégradations environnementales sur la santé
  • la participation aux instances de décision
  • l’accès aux métiers de la transition ou à des financements pour des projets liés au climat
  • la perception et la compréhension des enjeux climatiques
  • les comportements et les habitudes de consommation, etc.

2. Favoriser le traitement croisé des enjeux genre et environnement

En 2015, à l’initiative de la France, l’Accord de Paris qui concluait la COP21 soulignait « l’importance de briser les silos et de développer des solutions permettant à la fois de limiter les impacts climatiques et de rééquilibrer les relations de pouvoir de genre ». Dans les faits pourtant, le croisement de ces deux enjeux reste marginal. Lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes est pourtant un levier d’action puissant face au défi climatique.

3. Améliorer les conditions de participation des femmes à la prise de décision à tous les niveaux

Les femmes sont aujourd’hui largement sous-représentées dans les instances de décision politiques (cf. Constats et chiffres clés). Or comment élaborer des politiques inclusives et pertinentes pour tous et toutes si la moitié de la population est tenue à l’écart du processus ? La participation des femmes à l’élaboration des politiques de lutte contre le changement climatique est d’autant plus indispensable qu’elles en sont les principales victimes et qu’elles détiennent, du fait de leur socialisation genrée, une partie des solutions.

4. Au-delà des enjeux environnementaux, promouvoir l’égalité effective entre les femmes et les hommes

Selon le dernier rapport du Forum économique mondial sur les inégalités entre les femmes et les hommes (Global Gender Gap Report 2023), il faudra encore 131 ans au rythme actuel pour atteindre la parité au niveau mondial, 67 ans au niveau européen.

Dans un contexte d’urgence climatique, accélérer l’atteinte de cet objectif est doublement crucial : à la fois pour lui-même et pour les bénéfices environnementaux que cela entraînerait. On estime par exemple que si les petites agricultrices disposaient du même accès que les hommes aux ressources productives, les rendements agricoles augmenteraient de 20 à 30% et les émissions de CO2 diminueraient de 2,1 gigatonnes d’ici 2050 (Project Drawdown).

Comment agir en tant que citoyen·ne ?

  • S’informer et contribuer à faire connaître les liens entre inégalités de genre et questions environnementales (urgence climatique, lutte contre l’effondrement de la biodiversité, transition énergétique, logement, transports, etc.).
  • Soutenir les projets et les associations qui agissent en faveur de l’égalité des genres et d’une meilleure prise en compte du genre dans les questions environnementales : associations féministes et environnementales.
  • Si vous travaillez en entreprise, favoriser l’intégration de ces deux enjeux dans le cadre de votre CSE par exemple.
  • Encourager l’adoption de modes de consommation durables et lutter contre les stéréotypes genrés en la matière (ex : cliché viriliste de la consommation de viande)

FNE s’engage !

  • France Nature Environnement agit depuis plusieurs années dans un cadre paritaire dans son Conseil d’administration et son Bureau. Cependant, des axes d’amélioration subsistent : le mouvement n’a jamais été présidé par une femme, et à peine plus d’un tiers de nos 48 associations membres le sont.
  • FNE a signé avec le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes la convention pour une communication sans stéréotypes de sexes, et la déploie sur son site internet, dans ses communications et auprès de ses partenaires
  • Le Conseil d’administration de FNE a créé fin 2022 un groupe de travail interne chargé d’élaborer un plan d’action genre pour améliorer encore son fonctionnement interne et pour mieux intégrer le sujet dans son plaidoyer.
  • Partout en France hexagonale et en Outre-mer, des femmes, très majoritaires dans les équipes salariées du mouvement, portent des projets ambitieux pour la nature et l’environnement, et proposent des expertises reconnues.

Rejoindre le mouvement

Plus de 160 000 signataires pour la protection du loup !
👉 Signez la pétition et partagez-la 👈

Pour aller plus loin

Votez le 9 juin !
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Le 9 juin, choisissez l’Europe que vous voulez !

Publié le 5 avril 2024
Le 9 juin prochain, les électeurs et électrices françaises sont appelées à aller voter pour…
pile de dossiers
Actualité
Démocratie Démocratie

Y a-t-il trop de normes en matière d'environnement ?

Publié le 4 mars 2024
Le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé à plusieurs occasions vouloir lancer un chantier de…
Gabriel Attal
Communiqué de presse
Démocratie Démocratie

2 mois de gouvernement Attal : la déplanification écologique

Publié le 1 mars 2024
Messages contraires à la planification écologique, reculades sur les pesticides, restrictions…
Hémicycle du Parlement européen
Actualité
Biodiversité Biodiversité

Restauration de la nature : une victoire historique​

Publié le 27 février 2024
Mardi 27 février 2024, le Parlement européen adopte le règlement sur la restauration de la…