echouage_dauphin
Dossier
Mer et littoral Mer et littoral

Pêche : peut-on encore sauver le dauphin commun ?

Publié le 13 septembre 2023

120 000 dauphins morts, pris dans les filets de pêche en hiver dans le golfe de Gascogne, depuis que des études sont menées. Entre 5000 et 10 000 sont tués chaque année à cause de certaines techniques de pêche destructrices. La plupart des dauphins tués coulent au fond de l’océan, mais une partie d’entre eux sont portés par les courants et s’échouent sur les plages du golfe de Gascogne chaque hiver, dans l’indifférence générale. Depuis des années, France Nature Environnement et d’autres associations alertent l’État et l’opinion publique en proposant des solutions concrètes pour éviter l’extinction d’une espèce. Quelles sont ces solutions ? Peut-on concilier pêche et protection des milieux marins ? Réponses dans notre dossier. 

L’actualité du dossier 

Jusqu’au 28 septembre une consultation publique est ouverte : chaque voix compte pour porter la parole des dauphins et des pêcheurs à l’oreille du Gouvernement. Retrouvez dans notre article dédié un résumé des arguments pour étayer votre contribution, ainsi que tous les liens pour faire entendre votre voix.

Je me mobilise !

Pourquoi les dauphins s’échouent sur les plages françaises ? 

7 dauphins échoués sur 10 sont morts des suites d’une capture dans des filets de pêche 

Depuis plus de deux décennies, et particulièrement depuis 2017, le niveau des captures de cétacés dans les engins de pêche inquiète la communauté scientifique car il pourrait menacer la viabilité de la population de dauphins qui hiverne dans le golfe de Gascogne.  

Chaque hiver, les eaux près des côtes s’enrichissent de plancton, ce qui attirerait sardines et anchois. Les dauphins suivent les bancs de poissons dont ils se nourrissent et se rapprochent donc des côtes du golfe de Gascogne. 

Les migrations de poissons attirent d’autres prédateurs que les dauphins : les pêcheurs partent aussi à la rencontre de ces bancs pour remplir les cales de leurs bateaux. Hélas, leurs filets ne font pas la distinction entre une sole, un cabillaud et un dauphin. 

Les dauphins se prennent dans les filets. Les solides cordages leur entaillent le corps et les empêchent de remonter respirer à la surface, ce qui entraîne leur mort par asphyxie. Parfois le dauphin est remonté sur le bateau avec les filets. Dans ce cas, les pêcheurs découpent le dauphin en morceaux, qu’ils rejettent ensuite à la mer. 

Les analyses des cadavres de dauphins retrouvés échoués sur les plages de l’Atlantique permettent de conclure que 70% d’entre eux sont morts des suites d’une capture par un engin de pêche. 

Qu’a fait l’Etat jusqu’à maintenant pour protéger les dauphins ? 

En bref, rien. Depuis plus de 20 ans, l’Etat place clairement les «intérêts» économiques des pêcheurs bien avant la protection de la biodiversité marine, autorisant à la fois certaines techniques de pêche problématiques, mais aussi la pêche dans les aires marines protégées. A tel point qu’il a été condamné à plusieurs reprises à mettre en place des actions.  

Echouages de dauphins : les dates-clés

Septembre 2023
Le délai de fermeture des pêches arrive à échéance le 20 septembre prochain. Le gouvernement a donc publié un projet d’arrêté. Mais celui-ci est bien loin de remplir l’objectif, et les dauphins risquent toujours une possible extinction. Jusqu’au 28 septembre une consultation publique est ouverte : participez-y pour faire entendre votre voix !
En savoir plus
Mars 2023
France Nature Environnement, Sea Shepherd France et l’association de Défense des Milieux Aquatiques obtiennent une victoire historique devant le Conseil d’Etat. Le Gouvernement va devoir fermer les pêches pour mettre fin au massacre de milliers de dauphins communs et cétacés dans le Golfe de Gascogne.
En savoir plus
Août 2022
Un décret est en préparation pour permettre d’imposer la déclaration des captures et mortalités accidentelles de certaines espèces protégées. Problème : depuis 2019, les professionnels de la pêche sont déjà tenus de déclarer les captures accidentelles de mammifères marins dans leurs filets. Pourtant, trois ans après l’entrée en vigueur de l’obligation, le nombre de déclarations est ridiculement bas au regard du nombre de captures estimé. FNE lance donc un appel à muscler le texte.
En savoir plus
Février 2022
Le bilan du quinquennat qui s’achève est décevant : la tenue du One Ocean Summit du 9 au 11 février à Brest représente la dernière chance pour sauver son bilan. A condition que les bons sujets – Aires marines protégées, statut de la haute mer, protection des cétacés, préservation des fonds marins et traitement de la menace des déchets militaires notamment – soient enfin abordés et traités dans le bon sens. Ce sont nos demandes essentielles pour ce sommet.
En savoir plus
Décembre 2021
En dépit de la dernière recommandation de l’Union européenne, la France refuse de fermer temporairement des zones de pêche. Encore une fois, des milliers de dauphins vont mourir dans les filets et s’échouer sur nos côtes. Devant l’inaction française, France Nature Environnement saisit le Conseil d’Etat en référé.
En savoir plus
Octobre 2021
La Commission européenne recommande «fortement» la fermeture de certaines pêcheries pour éviter la capture et la mort par asphyxie de milliers de dauphins dans les filets de pêche du Golfe de Gascogne en hiver. La Commission donne à la France un nouveau et dernier délai pour présenter des mesures suffisantes et conformes aux avis scientifiques du Comité international des études de la mer (CIEM).
En savoir plus
Mai 2020
Les scientifiques du Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) publient un avis historique, exhortant la Commission européenne à prendre des mesures d’urgence pour éviter de nouvelles morts. En 2019, 11 300 dauphins sont morts dans les filets de pêche.
En savoir plus
Septembre 2019
La France reporte de nombreuses mesures de protection du milieu marin. Le GIEC publie son rapport spécial sur l’océan et la cryosphère. Le constat est alarmant : les océans subissent de plein fouet le réchauffement climatique provoqué par les activités humaines, avec des conséquences dramatiques sur la biodiversité marine et les villes côtières.
En savoir plus
Juillet 2019
Après avoir dénoncé ce fléau pendant plusieurs années, France Nature Environnement s’associe à 25 ONG européennes pour porter plainte contre la France et les autres Etats européens qui n’ont pas pris les mesures nécessaires pour protéger ces cétacés.
En savoir plus
2018
Alors que le Dauphin commun est une espèce protégée par la loi et que l’Etat s’est engagé à réduire significativement les échouages sur les côtes françaises, la situation stagne. Pire : la pêche au bar (et les captures qui en résultent) a parfois lieu directement dans des espaces marins qui sont protégés par l’Union Européenne.
En savoir plus
2017
4 000 dauphins communs sont morts en mer à cause de la pêche dans le golfe de Gascogne, dont 800 échoués. Selon l’Observatoire Pelagis-CNRS, 90% des dauphins échoués portaient des marques de pêche, traces de filets, trous de gaffes et mutilations pour sortir les dauphins des filets où ils ont été emprisonnés.
En savoir plus
2009
La Cour de Justice des Communautés européennes (CJCE) a condamné la France pour ne pas avoir respecté la législation européenne interdisant l’utilisation de la « thonaille ». FNE et le Groupe de recherche sur les cétacés (GREC) se félicitent de cette décision.
En savoir plus

Quelles sont les solutions pour empêcher les échouages de dauphins ? 

Depuis plusieurs années, les scientifiques du Centre International des Etudes de la Mer (CIEM) recommandent d’imposer, pendant l’hiver, la fermeture ponctuelle et localisée des pêcheries responsables des captures de dauphins dans le golfe de Gascogne. C’est la mesure la plus efficace pour protéger les dauphins. 

Sur la base des recommandations du CIEM, France Nature Environnement demande

  • une fermeture pendant 4 mois (3 mois en hiver de mi-janvier à mi-mars et 1 mois en été de mi-juillet à mi-août) des pêcheries à risques ;
  • l’équipement avec des répulsifs acoustiques (pingers) des chaluts bœufs et pélagiques le reste de l’année.  

Il est impératif de fermer la pêche dans certaines zones 

En mai 2020, le CIEM recommande pour le dauphin commun dans le golfe de Gascogne « une combinaison de fermetures temporelles de tous les métiers préoccupants et l’application de pingers sur les chalutiers à couple pour atténuer les prises accessoires en dehors de la période de fermeture. »  

Le CIEM considère que les fermetures temporelles sont « probablement les mesures de gestion les plus efficaces pour réduire la mortalité due aux captures accessoires à court terme. » 

Pourquoi cibler la pêche française ? 

Si le golfe de Gascogne est également fréquenté par des navires espagnols, néerlandais et allemands, 93 % de l’effort de pêche qui y est conduit provient de la flotte française

La prise de mesures de fermeture spatio-temporelle de la pêche française dans le Golfe de Gascogne viendrait réduire considérablement l’effort de pêche total dans le Golfe. 

  • Pour un décompte plus précis du pourcentage de pêcheurs français dans les aires marines protégées du golfe de Gascogne, retrouvez notre cartographie interactive Devine où je vais pêcher

Fermer les pêches dans le golfe de Gascogne va-t-il tuer la pêche française ? 

La fermeture des pêches pendant les périodes de reproduction facilite la pêche le reste de l’année 

De façon globale, l’arrêt de la pêche pendant un délai déterminé permet aux poissons de grandir et de se reproduire. Ce gain quantitatif et qualitatif va augmenter l’abondance des poissons et leur poids moyen. Les pêches pendant le reste de l’année vont être plus faciles et plus fructueuses. 

Plusieurs études (en anglais) démontrent que laisser grandir les poissons est la solution fondamentale pour exploiter durablement les océans : parce que les poissons seront plus nombreux et plus gros, il sera aussi plus facile de les capturer.     

Il est anticipé une augmentation des captures, une meilleure valorisation et surtout une baisse importante des charges. Ces trois éléments combinés aboutissent à une amélioration spectaculaire des bénéfices pour les pêcheurs, sans diminuer l’approvisionnement alimentaire et un meilleur état des ressources.  

C’est ainsi que les fermetures hivernales vont soulager les reproductions, notamment celles du bar. En plus d’épargner les dauphins, la fermeture des pêcheries concernées optimiserait spectaculairement l’exploitation des autres espèces commerciales

La Banque mondiale calcule qu’une gestion économiquement optimale aboutirait à un accroissement de la biomasse globale par 2,3 en Europe et 2,7 dans le monde entier : les profits seraient décuplés (par un facteur 7 pour l’Europe) parce que les tonnages débarqués augmenteraient (+13%) ainsi que les prix moyens (+24%) et surtout parce que les charges de fonctionnement seraient divisées par deux (- 44%). 

Les pêcheurs français peuvent être indemnisés et accompagnés 

France Nature Environnement souhaite l’avènement d’une pêche durable en France et milite pour que l’Etat accompagne les pêcheurs dans cette transition. Il existe des aides financières qui permettent d’indemniser les pêcheurs en cas de fermeture des pêches.

Les fonds publics, notamment le Fonds Européen pour les Affaires Maritimes, la Pêche et l’Aquaculture (FEAMPA) qui sert à promouvoir une pêche durable, peuvent être mobilisés pour aider les pêcheurs impactés par ces fermetures temporaires de zones de pêche. La France touche plus de 500 millions d’euros au titre de ce fonds sur la période 2021-2027. Par ailleurs, le FEAMPA peut soutenir des actions contribuant à la protection et la restauration de la biodiversité et des écosystèmes aquatiques, y compris dans les eaux intérieures.  

Certains pêcheurs sont déjà mobilisés. Ils souhaitent changer leurs techniques de pêche. Il faut les encourager. Et convaincre ceux qui s’y refusent encore.

La France peut se donner les moyens de développer la pêche durable 

Dans le cadre du plan de relance, pour accélérer l’objectif de développement d’une pêche « durable », l’Etat a accordé la dotation d’une enveloppe de 50 millions d’euros et a annoncé le déploiement d’une nouvelle enveloppe de 50 millions d’euros en faveur de la pêche pour renforcer et moderniser le secteur maritime, dans le cadre des assises de l’économie de la Mer à Nice.

Que faire à mon échelle pour sauver les dauphins ? 

Encourager la pêche durable par mes achats 

La pêche reste la principale responsable des captures accessoires de dauphins. Mais vous disposez d’une arme pour les défendre : votre porte-monnaie ! Quelques conseils issus de ce très bon guide, de l’association Bloom. 

  • Diversifiez votre assiette : en France, deux espèces concentrent à elles seules entre 40 % et 50 % de la consommation de produits de la mer : le saumon et le cabillaud (rebaptisé morue lorsqu’il est séché et salé). Nous mangeons en moyenne trop de poisson comparé à ce que la nature arrive à fournir, de l’autre, il y a un flagrant manque de diversité dans les poissons consommés. Résultat : le saumon d’Atlantique, le cabillaud de Manche et de Mer du Nord, le thon rouge, le bar, merlu, merlan et autres églefins sont – par exemple - surexploités. À la place, testez un poisson de saison et aux stocks non surexploités. Cuisinez un bon petit grondin perlon, un filet de rouget ou encore essayez le turbot aux herbes aromatiques

  • En Europe, indiquer la technique de pêche sur les étiquettes est obligatoire. Vous pouvez donc éviter facilement les techniques les plus destructrices pour les dauphins, à savoir la pêche au trémail, les filets maillants, le chalutage de fond et les chaluts pélagiques, et privilégier des techniques plus respectueuses. Cela vous permettra également de soutenir une pêche moins prédatrice et plus artisanale.  

  • Optez pour le circuit court ! Vous habitez près de la mer ? Rendez-vous sur les petits stands de pêcheurs à proximité du port. Vous êtes davantage ville, campagne ou montagne ? Regardez ce que proposent des entreprises telles que Poiscaille, une déclinaison marine des paniers de légumes bio sur abonnement ou encore Pour de bon, place de marché alimentaire du producteur au consommateur. Avantages de ces circuits courts : du poisson frais, d’origine française, qui assure une juste rémunération des pêcheurs. 

  • Les labels sur la pêche ne sont pas suffisants : Il existe de nombreux labels, le plus connu étant probablement Marine Steward Council (MSC) pour les produits pêchés en mer et sa déclinaison pour les produits de la mer issus d’élevage, le label ASC. Vous remarquerez aussi le label « Pêche durable » porté par l’établissement public FranceAgriMer. Seulement, ces labels ne garantissent pas à 100 % des produits issus de pêcheries et élevages réellement durables. 

Plus de conseils sur #MissionAlimentation

Participer à la consultation 

Comme nous vous l’expliquions plus haut, en mars dernier, nous avons obtenu une victoire historique devant le Conseil d’Etat : il a ordonné au Gouvernement d’agir pour garantir la protection des cétacés (dauphins, marsouins…) victimes des prises accessoires dans le Golfe de Gascogne dans un délai de 6 mois.  

Face à la menace grave pour la survie des espèces, la justice a demandé la fermeture temporaire de certaines pêches. Le délai arrive à échéance le 20 septembre prochain, le gouvernement a donc publié un projet d’arrêté. Mais celui-ci est bien loin de remplir l’objectif, et les dauphins risquent toujours une possible extinction.   

Jusqu’au 28 septembre une consultation publique est ouverte : chaque voix compte pour porter la parole des petits cétacés et des pêcheurs à l’oreille du Gouvernement. Dans l’article ci-dessous, on vous fournit toutes les informations, ainsi qu’un résumé des arguments pour étayer votre contribution. 

Je me mobilise

Soutenir l’action de France Nature Environnement 

Depuis des années, France Nature Environnement alerte sur cette situation, et mène des actions en justice pour faire reconnaître la responsabilité de l’Etat et l’amener à enfin mettre en place des mesures de protection du dauphin. Sur ce sujet, et sur tant d’autres, votre soutien est primordial : pour informer, pour combattre en justice et pour défendre un monde vivable. 

  • Vous pouvez vous abonner à notre Newsletter : chaque mois, vous recevrez un résumé de nos actions et un concentré d’informations sur les thématiques environnementales (agriculture, énergie, biodiversité…). 

  • En vous abonnant à notre page Facebook, vous pourrez participer aux discussions sur nos principaux champs d’actions, poser vos questions, obtenir des réponses et découvrir chaque semaine le Vendredi de la Biodiversité 

  • Sur Twitter, suivez notre engagement politique et retrouvez tous nos communiqués de presse. 

  • Et depuis peu, sur Instagram, informez-vous et engagez-vous à nos côtés en relayant nos capsules explicatives sur les grands enjeux de la protection de l’environnement et nos appels à soutien. 

Enfin, soutenez-notre action par un don, ponctuel ou, mieux encore, régulier. Vos dons nous sont indispensables pour conserver notre indépendance et nous mobiliser pour la préservation des espèces et des milieux : en éduquant à l’environnement, en menant des actions en justice ou encore par notre plaidoyer auprès des décideurs politiques. 

Je fais un don

Pour aller plus loin

zone-humide
Actualité
Eau Eau

Journée Mondiale des Zones Humides 2024 : retrouvez des animations près de chez vous !

Publié le 24 janvier 2024
Le 2 février, c’est la Journée mondiale des zones humides ! Pour l’occasion, et durant tout le…
chalutier
Actualité
Mer et littoral Mer et littoral

Restrictions de la pêche dans le golfe de Gascogne : préserver la biodiversité aujourd'hui et les pêcheurs de demain

Publié le 19 janvier 2024
A la suite d’une décision historique du Conseil d’Etat, la pêche va être fermée dès ce lundi 22…
Dauphins Victoire juridique devant le Conseil d'Etat
Communiqué de presse
Actions en justice Actions en justice

Dauphins : le Conseil d’Etat rejette les (trop) nombreuses dérogations à l’interdiction de la pêche

Publié le 22 décembre 2023
C’est une nouvelle victoire historique pour la protection des petits cétacés ! Saisi en référé…
Retour devant le Conseil d'Etat pour sauver les dauphins
Communiqué de presse
Actions en justice Actions en justice

Retour devant le Conseil d'Etat pour sauver les dauphins

Publié le 5 décembre 2023
Nos quatre associations de protection de la nature saisissent à nouveau la plus haute…