tracteur
Actualité
Agriculture Agriculture

Pesticides : 2013-2023, une décennie de perdue pour protéger notre santé et notre environnement 

Publié le 21 décembre 2023

Une commission d’enquête, composée de trente parlementaires, a été chargée par le groupe Socialistes et apparentés d’identifier les causes structurelles et conjoncturelles de l’incapacité de la France à atteindre les objectifs de maîtrise des impacts des produits phytosanitaires. Le rapport, qui sort aujourd’hui, dresse l’état des lieux de dix années de politiques de maîtrise des impacts des produits phytosanitaires. Malgré des avancées, les résultats obtenus sont loin du compte, et les dynamiques à l’œuvre ne vont pas dans le sens d’une reconception profonde des systèmes agricoles et alimentaires. 

PLAN Ecophyto : 15 ans après, Le compte n’y est pas

La France lance officiellement sa politique de réduction de l’usage des pesticides en 2008, impulsée par le Grenelle de l’environnement et la directive européenne 2009/128 dite «utilisation durable du pesticides». Le plan Ecophyto est né, avec son objectif central de réduction de l’usage des produits phytosanitaires de 50%. Depuis, les différents plans mis en œuvre ont échoué à atteindre l’objectif (voir nos analyses en 2015, 2019 et 2021).

Le rapport de la commission d’enquête parlementaire publié ce jeudi 21 décembre ne fait que confirmer l’état des lieux alarmant de la dépendance de l’agriculture française aux pesticides : 

  1. La consommation de produits phytosanitaires pour l’agriculture a augmenté de 14% par rapport à la période 2009-2011 (Nature France).
  2. Le glyphosate, dont le plan de sortie avait intégré la stratégie Ecophyto en 2018, a été ré-autorisé au niveau européen pour 10 ans, et les quantités vendues ont progressé de 25% entre les périodes 2009-2011 et 2016-2018 (Commissariat général au développement durable).
  3. Les agriculteurs sont les premières victimes des pesticides, avec un risque accru de cancer de la prostate, de plusieurs cancers du sang, de la peau et des lèvres, et de tumeurs du système nerveux central (agrican.fr).
  4. Les riverains des parcelles traitées continuent à subir les conséquences d’une exposition directe aux pesticides.
  5. L’eau que nous buvons et les aliments que nous mangeons présentent des cocktails de substances dont la science parvient peu à peu à évaluer l’impact sur notre santé (INSERM, 2021 IPBES, 2016 ; INRAE, 2018 ; ANSES).
  6. Tous les compartiments de l’environnement sont contaminés : eaux, air, sols. Les produits phytopharmaceutiques sont la première cause de la dégradation de l’état chimique des eaux souterraines, et ils persistent dans les sols des décennies après leur interdiction.  
  7. Les activités agricoles sont reconnues comme étant l’une des principales causes de l’effondrement de la biodiversité, observé depuis plusieurs décennies (INRAE et IFREMER, 2022).

Tout savoir sur les pesticides

    Quelques avancées dans un océan de reculs 

    On peut noter plusieurs résultats positifs encourageants mis en avant dans le rapport de la commission parlementaire : 

    1. Une grande partie des molécules les plus toxiques ont été retirées du marché.
    2. Les solutions de biocontrôle, méthodes alternatives aux pesticides telles que le lâcher de prédateurs des ravageurs des cultures, l’utilisation de médiateurs chimiques (dont les phéromones) et l’épandage de substances naturelles qui se substituent aux pesticides de synthèse, se développent : + 182% de ventes en 2021 par rapport à 2009.
    3. Le réseau des fermes DEPHY, impulsé par le plan Ecophyto, démontre qu’une réduction forte des pesticides de synthèse est possible (ecophytopic.fr).

    L’agroécologie, dont le cahier des charges de l’agriculture biologique est l’exemple le plus abouti, demeure le meilleur éventail de pratiques permettant de se passer largement des intrants de synthèse. 

    En savoir plus sur l’agroécologie

    26 recommandations pour inverser la tendance 

    Consolider le régime d’autorisation de mise sur le marché des pesticides, former des professionnel·les spécialistes de l’agroécologie, orienter les aides de la Politique Agricole Commune vers la bio et les bonnes pratiques, impliquer davantage les entreprises agroalimentaires et la grande distribution et protéger efficacement les captages pour l’alimentation en eau potable : voici quelques-uns des enseignements proposés par la commission parlementaire.  

    Ces recommandations rejoignent les grandes préconisations que nous portons, à savoir : 

    1. La réorientation massive des aides publiques, dont les aides de la Politique Agricole Commune, vers l’agriculture biologique et les pratiques agricoles favorables à l’environnement (l’Inspection Générale des Finances estime en 2022 que 6,5 milliards d’euros par an de subventions de la Politique Agricole Commune sont dommageables à la biodiversité), qui rejoint la recommandation n°19 du rapport de la commission parlementaire 
    2. L’accompagnement local des agriculteurs et agricultrices par des acteurs et instances au fait de l’agroécologie et sans intérêts économiques, ce qui rejoint les recommandations n°17 et 18 du rapport de la commission parlementaire 
    3. Le soutien à la reconception des systèmes par un mécanisme de couverture des risques, qui rejoint la recommandation n°19 du rapport de la commission parlementaire 
    4. La sortie des pesticides de synthèse dans les zones prioritaires telles que les aires d’alimentation de captages, les sites Natura 2000 et les aires protégées, ce qui rejoint la recommandation n°26 du rapport de la commission parlementaire  
    5. La hausse de la taxation sur les pesticides afin de financer les agences de l’eau et les actions préventives pour la qualité de l’eau, une mesure récemment abandonnée alors qu’elle constitue un des piliers financiers du Plan Eau. Augmenter cette redevance n’est pas seulement un outil de financement, mais un encouragement aux pratiques vertueuses. Les leçons des stratégies précédentes nous l’indiquent : il faut un choc fiscal significatif pour enclencher rapidement des recherches de meilleures alternatives par la profession agricole 
    6. Compléter et affermir l’arsenal réglementaire visant à prévenir les pollutions diffuses dans les aires d’alimentation des captages pour l’eau potable, dont la préemption du foncier voire l’expropriation dans la situation où l’ensemble des autres dispositifs disponibles n’auraient pas produit les résultats attendus, comme le propose la recommandation n°26 
    7. Les environnements alimentaires, l’accessibilité et l’information doivent évoluer pour permettre de favoriser la consommation des produits les plus durables. L’affichage environnemental alimentaire est l’un des outils qui permettra d’orienter les actes d’achats, si tant est que cet affichage soit ambitieux et reflète la totalité des externalités du produit. La recommandation n°21 met en avant le levier des marchés publics pour soutenir la production d’aliments issus de l’agroécologie, tel sur le respect de la loi EGALIM pour la restauration collective  
    8. L’adoption de mesures pour éviter la concurrence déloyale de produits importés moins exigeants, comme détaillé dans la recommandation n°20 du rapport de la commission parlementaire.
    9. L’orientation de la recherche vers les pratiques agroécologiques, avec les recommandations n°5, n°9, n°11, n°13, n°14 et n°22 qui proposent des solutions variées.

    Lire la synthèse du rapport

    Lire le rapport complet

    Comment agir à mon échelle ? 

    1. Consommer différemment, en privilégiant les produits issus de l’agriculture biologique et en consommant moins de produits animaux mais de meilleure qualité. 
    2. Exiger que la restauration collective (cantine scolaire, d’entreprise, hôpital, etc.) sur mon territoire de vie, applique les règles de la loi Egalim, à savoir au moins 20% de produits bio dans les menus. Pour en savoir plus, consultez notre dossier «Alimentation : sauver la planète en mangeant»
    3. Se rapprocher d’une des associations de France Nature Environnement sur votre territoire : trouvez ici la plus proche de chez vous.
    4. Signaler une dégradation ou au contraire une initiative favorable à l’environnement près de chez vous via l’application Sentinelles de la nature.
    5. Faire un don à France Nature Environnement : grâce à vos dons, nous préservons l’indépendance de notre mouvement et sommes capables de continuer à mener des actions en justice.

    Plus de 160 000 signataires pour la protection du loup !
    👉 Signez la pétition et partagez-la 👈

    Pour aller plus loin

    supermarché
    Actualité
    Agriculture Agriculture

    Affichage environnemental : les attentes des associations

    Publié le 2 avril 2024
    Quand l’affichage de l’impact environnemental, du champ à l’assiette, sur les produits…
    corn
    Actualité
    Agriculture Agriculture

    Nouveaux OGM : cacher les risques ne les fait pas disparaître

    Publié le 26 mars 2024
    Les OGM issus de des nouvelles techniques génomiques (NTG) présentent bel et bien des risques…
    tracteur qui laboure un champ
    Actualité
    Agriculture Agriculture

    Semaine pour les alternatives aux pesticides : la santé à l’honneur

    Publié le 19 mars 2024
    Chaque année, pour fêter l’arrivée du printemps, de nombreux évènements sont organisés pendant…
    Epandage de pesticides
    Actualité
    Agriculture Agriculture

    Ecophyto : casser le thermomètre ne fera pas baisser la fièvre !

    Publié le 23 février 2024
    Ce lundi 12 février, France Nature Environnement et 6 autres organisations de la société civile…